«Etre en partie contrôlé par la CIA ? Ca ne me dérange pas trop.»

Séjournant en Yougoslavie, nous tenions absolument à rencontrer des membres d’Otpor, ce mouvement étudiant dont la presse occidentale parlait tant. Finalement, le 2 août, Gérard a rencontré Nenad et Ivana, comme nous les appellerons, dans un café de Kragujevac. Nous avions préparé quelques questions…

Tout d’abord, qu’est-ce qu’Otpor? «C’est, nous répond Ivana, une

organisation des jeunes des écoles supérieures et facultés. Personne n’a plus de 27 ans, tous nos membres d’Otpor sont également membres du parti démocratique (opposition). Mais nos activités sont différentes : actions, shows, distribution de propagande… Nous voulons écarter ce gouvernement qui fait tant de mauvaises choses…»

Quelles mauvaises choses? «Eh bien, nous avons subi trois guerres, compté beaucoup de victimes, perdu le Kosovo…» Branko et Ivana ne semblent pas au courant que les services secrets allemands avaient engagé depuis 1979 des opérations clandestines pour faire éclater la Yougoslavie. Particulièrement en soutenant les extrémistes séparatistes croates et en menaçant les Serbes qui vivaient en Croatie. Passons…

C’est surtout la vie dure en Serbie qui semble les affecter à présent : «Mon père, explique Nenad, possède la même voiture depuis treize ans, il ne peut s’en payer une autre.» Quant à moi, musicien, je suis obligé pour gagner ma vie de jouer avec certains groupes que je n’aime pas. Ca me rapporte 50 marks (1.000 FB) par mois. Et je suis également obligé de travailler dans la petite société de mon père : 50 marks aussi. Enfin, j’ai travaillé pour le parti démocratique, et ça me rapportait aussi 50 marks.»

Ainsi, les ‘militants’ de l’opposition sont payés en fait. Ivana et Nenad semblent attendre énormément de l’Ouest : «La Yougoslavie est un bon endroit pour investir : au centre de l’Europe, des mines très riches, le Danube et son potentiel électrique, des gens très éduqués, bons travailleurs. Ici, les gens peuvent travailler pour pas cher, disons deux cents DM,»explique Nenad.

Ne craint-il pas que les multinationales qui prendraient le contrôle de la Yougoslavie s’arrangeraient pour payer les salaires les plus bas possibles afin d’augmenter leurs profits ? «Ce serait quand même intéressant pour elles. Et nous garderons le contrôle.» Manifestement, il n’a jamais entendu parler de la loi de la concurrence qui oblige une multinationale à toujours augmenter ses profits pour l’emporter sur ses concurrents, et donc à exploiter le plus possible ses travailleurs. A-t-il entendu parler de Nike qui fait produire ses chaussures en situation de quasi-esclavage en Asie du Sud-est ? Il ne semble pas.

En fait, il défend un certain fatalisme : «On n’aime pas le pouvoir américain, mais il est impossible de les combattre. Tout ce que je veux, c’est résoudre mes problèmes personnels. Garder de l’argent.»

Venons à notre question cruciale. Vous attendez que les Etats-Unis aident votre pays. Mais ils ont joué un grand rôle pour e faire éclater. Est-il vrai qu’Otpor – ou en tout cas ses dirigeants – est payé par la CIA via la fondation – écran qui s’appelle National Endowment for Democracy ? Manifestement, notre question dérange. «Je sais, finit-il par dire, que la CIA est impliquée dans toute cette histoire. Ils ont leur travail à faire et ils sont plus forts que nos propres services.»

«Ecoutez-moi, moi travaille au National Democratic Institute (préciser action)(traduire français), je ne veux pas qu’ils exploitent la Yougoslavie. Mais ils nous disent à renverser le gouvernement, eux aussi sont contre lui.

N’est-il pas gêné par le fait que la CIA contrôle le NDI ? «Je suis aussi contre les USA, mais nous ne pouvons leur résister, et ils doivent faire leur boulot, alors moi, ça ne me gêne pas trop d’être partiellement contrôlé par la CIA.»

Pourquoi la CIA a-t-elle donné une formation aux cadres d’Otpor ?

Mais pourquoi la CIA consacre-t-elle tant d’argent à prendre le contrôle d’Otpor et des autres mouvements d’opposition? Parce qu’en réalité, dans la base de ces mouvements, on trouve aussi beaucoup de gens honnêtes, qui ont beaucoup de reproches à l’égard de Milosevic et des partis au pouvoir, mais qui restent attachés à l’indépendance de la Yougoslavie et ne veulent pas qu’elles deviennent une colonie.

Amener ces gens où ils ne veulent pas, cela demande une stratégie de manipulation sophistiquée. En été 99, le chef de la CIA, Tennent se déplaçait à Sofia, en Bulgarie, pour y «former» l’opposition serbe. Le 28 août dernier, la BBC confirmait qu’une formation spéciale de dix jours était donnée à Sofia aussi, à des militants d’Otpor. Dix jours!

Comment amener les gens où ils ne veulent pas? Prenons un exemple. 90% des Serbes considèrent que le Tribunal de La Haye, qui prétend condamner Milosevic et de nombreux dirigeants serbes, n’est en réalité qu’un faux tribunal, manipulé par Washington, et que seule l’Otan devrait être jugée pour crimes de guerre en bombardant la Yougoslavie. Au point que Kostunica a dû promettre que jamais il ne livrerait Milosevic à ce pseudo-tribunal.

Eh bien, ça n’empêche pas Otpor de défendre la position des Etatst-Unis puisque leur Web-site vante une action de leur locale de Nis, le 8 août dernier, où «un billet aller simple pour La Haye a été ‘offert’ à Milosevic.

On est bien là en face d’une stratégie de manipulation. Les Etats-Unis et l’Otan ont commis de terribles en bombardant la Yougoslavie. Ce sont eux qui devraient être jugés. Mais avec de telles propagandes d’Otpor, ils sont en train de semer la confusion.

Le programme de la CIA est un programme par phases successives. Dans un premier temps, on flatte le patriotisme et l’esprit d’indépendance serbes, on fait semblant de les respecter. Mais après avoir semé la confusion et brisé l’unité du pays, la CIA et l’OTAN iraient plus loin: elles jugeraient un très grand nombre de responsables serbes (alors qu’aucun criminel de guerre croate ou musulman n’a encore été même cité par ce pseudo-tribunal pour les crimes flagarants commis envers des Serbes).

Et ils créeraient ainsi un précédent qui leur permettrait de ‘juger’ tout chef d’un pays qui leur résisterait à l’avenir dans le monde.

Il y a peut-être ou même sans doute des gens honnêtes qui se font avoir par cette manœuvre Otpor. S’ils aiment leur pays, s’ils sont attachés à son indépendance et à sa dignité, il est grand temps qu’ils ouvrent les yeux et étudient les tactiques que la CIA a employées dans l’histoire contre de nombreux peuples.

La CIA est l’ennemi de tous les peuples, elle ne sert que les intérêts d’une poignée de multinationales et de généraux assassins.