En fait, Israël ne se considère pas comme humainement égal aux Palestiniens

Lettre ouverte à John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence aux Nations Unies

http://www.convergencedescauses.com/index.php?option=com_content&task=view&id=1090

21-11-2007

Cher Monsieur,

Vous devez être au courant du cauchemar qui se déroule en ce moment dans la Bande de Gaza.

Gaza est tout simplement en train de mourir d'une mort lente et douloureuse, des mains des enfants et des petits-enfants de l'holocauste.

Ceci n'est pas une description outrancière ou exagérée d'un peuple supplicié depuis longtemps par une puissance occupante sinistre qui veut à tout prix nous décimer, en utilisant les moyens les plus ignobles et les plus inhumains, comme empêcher que nous parviennent la nourriture et autres produits de base.

Je pourrais encore et encore et encore décrire et expliquer la situation catastrophique de Gaza, où, tous les jours, des enfants et autres civils succombent à leurs maladies parce qu'Israël et d'autres pays voisins ne les autorisent pas à quitter le territoire sous blocus pour être soignés correctement.

Je ne sais pas si votre bureau reçoit les rapports quotidiens et précis de la Bande de Gaza. Mais au cas où il ne les recevrait pas, un coup d'œil rapide aux nouveaux communiqués venus de cette terre torturée devrait suffire à vous donner une idée juste de ce qui est en train de se passer là-bas.

Il est vrai qu'un peu de nourriture et quelques autres produits sont autorisés à entrer à Gaza. Ils sont cependant complètement insuffisants pour répondre aux besoins de plus d'un million quatre cent mille êtres humains assiégés, dont la grande majorité est sans travail, consciencieusement appauvrie et désespérément sans espoir.

En outre, les Gazans, comme le reste de l'humanité, ont besoin de plus que de pain et de thé. Ils ont besoin de vivre une vie digne. C'est leur droit, donné par Dieu, en tant qu'humains. Ce droit ne doit pas être compromis par le cannibalisme politique qui est pratiqué impudemment par un monde qui clame qu'il est civilisé et éclairé, alors qu'en réalité ses actes et sa conduite sont à des millions d'année-lumière de la civilisation et des Lumières.

Je ne vais pas accuser Israël, les Etats-Unis et leurs alliés et amis pour cette tragédie en cours. Le Coran dit : "wala Yas’alu ‘an thunoobihemol Mujrimun”, ce qui signifie que "les criminels ne se soucient guère de leurs péchés".

Il est clair que ce verset du Coran, qui a, je suis sûr, son équivalent dans la Bible, s'applique parfaitement aux Etats et aux armées tueurs et affameurs d'enfants, qui tuent des enfants et des gens innocents en toute connaissance de cause, délibérément, pour des raisons politiques.

Cependant, en qualité de fonctionnaire des Nations Unies, dont la responsabilité inclut de surveiller la situation à Gaza et d'empêcher qu'une catastrophe semblable à celles causées par les nazis ne survienne n'importe où de par le monde, nous vous enjoignons de prendre immédiatement des mesures tangibles pour sauver les habitants impuissants de Gaza de ce qui ressemble à un désastre imminent, en particulier si le blocus actuel draconien continue.

Il ne fait pas de doutes que les tirs, par la guérilla palestinienne, de projectiles Qassam artisanaux sur les colonies israéliennes du secteur sont un problème. Mais c'est un problème créé par Israël parce que l'Etat juif refuse obstinément de cesser de tuer d'innocents Palestiniens, de détruire leurs maisons et de passer leurs fermes au bulldozer. Israël veut continuer à tuer les enfants palestiniens, que la guérilla palestinienne observe un cessez-le-feu ou non.

Ce qui explique suffisamment le rejet intransigeant par Israël des propositions de cessez-le-feu palestiniennes faites en de nombreuses occasions par le Premier Ministre Haniya et autres responsables à Gaza.

La raison de ceci n'est peut-être pas assez claire pour tout le monde, en particulier en Occident où les médias pro-israéliens transforment souvent le blanc en noir, et les gros mensonges en "réalités virtuelles" glorifiées par des millions.

En fait, Israël ne se considère pas comme humainement égal aux Palestiniens et aux non Juifs en général. C'est ça le nœud de la question et la mère de tous les crimes au Moyen Orient.

Aujourd'hui, le peuple de Gaza ne compte pratiquement plus que sur la bonne volonté de la communauté internationale pour sa survie, dont ils ne pensent plus d'ailleurs qu'elle soit garantie, étant donné le silence indifférent et l'insensibilité brutale de la communauté internationale envers son calvaire interminable.

Il est malheureux et regrettable de constater que les Nations Unies aussi observent la tragédie de Gaza avec passivité et une grande indifférence. Cette passivité, contraire à l'éthique et incompatible avec la Charte et les idéaux des Nations Unies, ne sert qu'à enhardir Israël à resserrer davantage son emprise barbare sur cette région torturée et à exacerber les souffrances de son peuple.

Je dis cela parce que je suis convaincu qu'Israël, sous l'épouvantable occupation duquel nous nous languissons depuis plus de 40 ans, hésiterait à entreprendre tant d'actions dévoyées de génocide contre notre peuple si seulement la communauté internationale lui signifiait clairement qu'une telle conduite est inacceptable. Si cela n'arrive pas, Israël continuera à tester la volonté du monde et, si la conscience du monde s'endort ou regarde ailleurs, Israël commettra l'impensable.

Et on n'en est plus très loin. Un Etat qui seulement l'an dernier a lancé 2 à 3 millions de bombes sur le Liban peut commettre un crime tout aussi monstrueux contre les Palestiniens plus vulnérables et absolument sans protection.

Cette semaine, de nombreux membres du parlement israélien, la Knesset, ont protesté vigoureusement contre l'échec de leur armée à "paralyser complètement Gaza", avec quelques députés demandant à leur gouvernement : "Pourquoi y a-t-il encore de la vie à Gaza ? Pourquoi y a-t-il encore de l'électricité à Gaza ? Nous devons leur montrer qui sont les maîtres !"

Ceci indique que si ce n'était la peur de l'opinion publique internationale, Israël imiterait le Troisième Reich. Après tout, ne parlons-nous pas d'un Etat sans conscience, sans morale ?

Israël ne reculera pas tant que la communauté internationale restera aveugle, sourde et muette et regardera ailleurs, pendant que les Gazans et les autres Palestiniens se font tuer, affamer, brutaliser.

Monsieur, ne comptez surtout pas sur les états de la région. Leurs régimes en faillite préfèrent la légitimité qu'ils tirent à plaire et apaiser les Etats-Unis plus qu'agir de manière honorable.

Maintenant, qu'allez-vous faire pour mettre fin à ce cauchemar ? En tant que compagnon humain, je vous demande instamment, au nom des Gazans sans voix et impuissants, des gens ordinaires, non politisés et presque totalement préoccupés par le moyen de joindre les deux bouts, d'agir maintenant de façon significative pour mettre fin à cette obscénité, ce blocus criminel de la Bande de Gaza.

J'espère et je prie pour que vous vous occupiez de cette question avec toute l'urgence qu'elle mérite. Gaza est réellement en grand danger d'effondrement et de mort, et nous ne devons pas permettre que cela arrive.

Gaza est déjà une réplique du Ghetto de Varsovie. Pour l'amour de Dieu, nous ne devons pas permettre que la criminalité israélienne, l'assentiment américain et l'impuissance internationale la transforment en un nouvel Auschwitz.