En Palestine condamnée

18 juin 2007

Il ne fallait pas être devin pour prédire ce désastre. Depuis des années – de processus de paix malmenés en provocations ciblées – le gouvernement israélien essayait de provoquer un conflit inter-palestinien. L’intelligence politique, la patience et la lucidité des acteurs avaient permis d’éviter le pire. Les Palestiniens se savaient divisés sur le plan idéologique mais ils restaient unis dans la résistance à l’oppresseur.

C’est la carotte d’une autorité sans pouvoir qui aura eu raison de leur conscience politique et de leur sagesse. Je l’avais répété au début des repositionnements politiques, avant puis après les élections : il s’agissait d’un piège et le couvercle allait bientôt se refermer sur le peuple palestinien dans son ensemble. Le triste spectacle de ces derniers jours ne fait que confirmer des prédictions si prévisibles. Quel gâchis !

Nous voilà avec deux autorités sans pouvoir, en conflit…avec le seul pouvoir de répandre la mort et la désolation. Des règlements de compte, des assassinats à coup de fatwa ou de dénonciations. C’est intolérable…et le gouvernement israélien, spectateur cynique de ces déroutes, continue à calculer l’étendue de ses gains et avantages. Le chef de cabinet de Sharon nous l’avait annoncé : il n’est pas question d’un processus de paix. Il est question, simplement, de gagner du temps ! Et si les Palestiniens tombent dans le piège et les y aident, comment ne s’en réjouiraient-ils pas ?!

Aucune raison religieuse ou d’Etat ne peut justifier ce conflit interne et les tueries qui en découlent. Le monde musulman devrait être en première ligne pour s’interposer et amener les acteurs à la raison et au bon sens. De là où nous sommes, il nous faut dire, répéter et faire entendre que nous ne sommes pas dupes des jeux et des silences des puissants, des collaborateurs et des lâches mais que rien ne peut justifier que les Palestiniens deviennent les ennemis de leur propre cause. Cela ne peut pas être ! Notre condamnation des tueries, des meurtres et des exécutions sommaires (et de toutes les soi disant fatwas qui les justifieraient) doit être claire, forte, déterminée. Il faut faire cesser ces horreurs et la dérive générale : les Palestiniens de l’intérieur doivent porter ce message à l’instant où, de l’extérieur, nous rappelons à tous les gouvernements (du monde majoritairement islamique comme de l’Occident) ainsi qu’à la communauté internationale des peuples que jamais le monde ne sera en paix si les Palestiniens n’obtiennent leur droit légitime à un Etat et à la dignité. On peut aisément les rendre responsables de ce désastre de quelques semaines et faire mine d’oublier l’immense trahison que signifient ce long silence et cette hypocrisie de plusieurs décennies quant au déni de leurs légitimes revendications.

Il est urgent également de condamner et de mettre un terme au blocus imposé à Gaza par les forces israéliennes d’occupation qui cherchent à asphyxier la population pour la pousser à bout. Cette stratégie est inhumaine et intolérable.

Quel goût amer, quel sentiment d’oppression.. face aux images des opprimés palestiniens… se trompant si gravement d’ennemis.

Tariq Ramadan