Diego Garcia ou l’archipel des oubliés

L’atoll de Diego Garcia est situé au cœur de l’océan Indien. Ce joyau corallien d’une rare beauté, pourtant en sécurité hors de la zone des cyclones, a subi trente années d’agressions. Volées à leurs habitants, les Ilois, ces îles ont été transformées en base aéronavale anglo-américaine de lancement de missiles balistiques. Spoliée, abîmée, Diego Garcia est devenu l’escale de la mort pour la défense des intérêts du consommateur américain et européen.

Les Ilois ou Chagossiens habitaient leur archipel et formaient une population paisible et soudée qui vivait essentiellement de la pêche et du coprah, tous ont été délocalisés, dans l’indifférence générale, par les Britanniques au profit des américains. Exilés aux Seychelles et à l’Ile Maurice dans le dénuement, les Ilois ont entrepris des actions en justice pour reprendre possession de leurs îles. Leur résistance est non-violente: manifestations et grèves de la faim devant les ambassades des deux États « pirates ».

Les Ilois ont été sacrifiés sur l’autel de l’argent et de la guerre par la cupidité et l’irresponsabilité de politiciens de l’Ile Maurice, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique fourvoyés aux finalités mercantiles et criminelles des lobbies des industries de l’armement.
Plus de 500 millions de dollars US auront été nécessaires pour aliéner Diego Garcia en « air joint » UK/US, plateforme aéronavale de réapprovisionnement en combustible et de soutien durant la guerre froide. Servant de base aux bombardiers B-52, elle contribuera à la guerre du Golfe en 1991, au bombardement contre la Somalie en 1992 et à l’offensive ‘’renard du désert’’ contre l’Irak sous Clinton en 1998. En octobre 2001, des bombardiers B-1 et B-52 décolleront de Diego Garcia pour des attaques massives sur l’Afghanistan.
La contribution de Diego Garcia à la suprématie du cartel militaire anglo-américain est capitale: l’Irak, ancienne création de l’ex-empire britannique, retrouvera les griffes du lion à coiffure royale, sous les serres implacables du rapace américain.

Le grand tribunal de Londres avait dans un premier temps condamné le Royaume-Uni à restituer ‘‘partiellement’’ les Chagos. L’ONU a reçu une délégation d’Ilois, des actions en justice sont menées contre les États-Unis et le Royaume-Uni.
Mais le Royaume-Uni et les États-Unis qui se proclamaient les champions de la liberté, aux institutions démocratiques exemplaires, n’entendent pas obtempérer — prisonniers de leur machine de guerre fondamentalement réfractaire à la paix dans le monde, ils violent la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, transgressent toutes les règles internationales dans un silence assourdissant.
Jusqu’où ira la folie de cette l’alliance anglo-américaine? Diego Garcia et l’Irak, dernières colonies UK/US où premières d’une nouvelle série de condominiums à venir, avec la lune et Mars?

Pour donner naissance à leur nouvel ordre mondial. Ce nouvel ordre mondial des conspirateurs de la Finance Monétaire Internationale qui pilotent l’ONU, et qui entendent avoir tout pouvoir pour imposer aux nations et aux hommes leur dictature et leur monnaie de singe virtuelle distribuée selon leurs intérêts — pourquoi ne pas présager le plus sombre avenir pour Diego Garcia, d’où des missiles balistiques à ogives nucléaires iraient pulvériser Israël et la Palestine puis l’Iran: instaurant une guerre de religion contre l’Islam qui embraserait ensuite le Moyen et le Proche-Orient — les survivants « épurés » de leurs croyances religieuses deviendraient les dévots dociles et serviles de l’argent unique déifié.

Nous devons réapprendre à devenir humains, désintéressés, fraternels et solidaires, au-dessus des fractures raciales, religieuses et des leurres politiques et idéologiques, il est vital que nous triomphions définitivement contre les accords souterrains de ce nouvel ordre mondial — cette mondialisation insensée mise en oeuvre par des fous dangereux et des ignorants qui détiennent Diego Garcia.

 

 

Source: Tlaxcala