Des «civils» ? Ce que dit une dépêche AFP…

Horreur à Falloujah après une attaque anti-coalition

FALLOUJAH (AFP),

le 31-03-2004

Des habitants furieux de Falloujah ont mutilé à coups de pelle mercredi les corps carbonisés de civils travaillant pour la coalition, en hurlant que leur ville rebelle à l'ouest de Bagdad serait le "cimetière" des forces de la coalition.

Le général Mark Kimmitt, chef adjoint des opérations de l'armée américaine a indiqué que "quatre civils travaillant pour la coalition comme entrepreneurs, circulant à bord de deux véhicules, ont été attaqués à Falloujah".

"Nous pensons qu'ils sont tous morts", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, sans préciser leur nationalité.

Les victimes ont été été tuées par des inconnus qui ont ouvert le feu sur les deux véhicules tout-terrain qui traversaient le centre de Falloujah, à 50 km à l'ouest de Bagdad. Les assaillants ont pris la fuite. Des jeunes gens ont alors commencé à jeter des pierres sur les véhicules en feu.

Des dizaines de résidents brandissant des pelles se sont dirigés vers le lieu de l'attaque. Ils ont extrait un des corps en flamme de l'une des voitures pour le jeter sur la chaussée.

Puis ils ont attaqué deux dépouilles avec des pelles, alors que d'autres dansaient devant les corps, a raconté le photographe de l'AFP sur place.

Ils ont frappé les deux corps et en ont coupé des parties en criant "Vive l'islam". Des jeunes hommes ont accroché une main et un pied coupés aux victimes sur un poteau électrique sur la rue principale, lieu de l'attaque.

"Falloujah sera le cimetière des Américains", criait une homme, le visage caché par un foulard. "Nous sommes prêts à les tuer tous. Nous les attendons. Quand ils vont venir chercher les corps et les voitures, nous allons les couper en morceaux. Qu'ils viennent si ce sont des hommes", a-t-il dit, en référence aux soldats américains.

"Revanche, revanche pour Saddam" Hussein, l'ancien dictateur renversé il y a un an par la coalition dirigée par les Etats-Unis.

Le porte-parole de la coalition Dan Senor a accusé les assaillants d'être "une petite minorité qui veut restaurer" l'ancien régime.

La foule a ensuite pendu les deux victimes, dont l'une n'avait plus de tête, par les pieds à un pont enjambant l'Euphrate, a constaté un journaliste de l'AFP. Les habitants ont alors jeté des pierres aux dépouilles, en criant: "A bas l'occupation, à bas l'Amérique".

Puis des jeunes gens ont descendu les corps et les ont posés sur le sol, laissant d'autres habitants leur donner des coups de pied et les poignarder, selon la même source.

Un véhicule de la police irakienne, qui était stationné près du pont, a été vu en train de s'éloigner de la scène.

Le général Kimmitt a précisé que les Marines, qui sont en charge de cette région, "sont dans la ville ou étaient sur le point d'y entrer". Il n'a pas dit si le convoi attaqué bénéficiait d'une escorte militaire.

Un témoin, Ali Mohammad, 31 ans, a affirmé que le convoi était composé de trois voitures. "L'une d'elles a réussi à s'enfuir en accélérant. La deuxième a été touchée et la troisième a essayé de rebrousser chemin, mais des hommes armés l'ont atteinte", a-t-il raconté.

Selon un autre témoin, Hammadi al-Issawi, 28 ans, un troisième véhicule qui circulait avec les deux voitures attaquées a réussi à s'enfuir en prenant des personnes blessées, certaines étant grièvement brûlées.

Falloujah, une ville sunnite, est le théâtre d'attaques régulières contre les forces américaines et ses habitants sont farouchement hostiles à l'occupation de l'Irak.

Commentaire de Michel Collon, 5 avril 2004

"Civils" ou soldats mercenaires ?

Une exclusivité depuis Bagdad

« Des habitants furieux de Falloujah ont mutilé à coups de pelle les corps carbonisés de CIVILS travaillant pour la coalition"

écrit Le Soir (Bruxelles), ce 1er avril, comme pratiquement tous les grands médias.

Des civils ? Allez jeter un coup d'oeil sur le site de leur société et vous verrez qu'il s'agit en réalité de soldats mercenaires :

http://www.blackwaterusa.com/

On peut gagner jusqu'à 1.000 $ par jour pour ce sale boulot. Mais le risque est à la mesure.

La guerre contre l'Irak se privatise de plus en plus du fait que la résistance cause trop de problèmes à Bush et Blair. C'est ce qui permet de cacher le nombre réel de militaires tués.

Lisez le témoignage d'un ingénieur civil que j'ai rencontré lorsque j'étais en Irak, juste avant la guerre. Un homme très affable, très sérieux : via son témoignage, vous comprendrez ce que ressentent les Irakiens.

Après cela, un autre document du très estimé journaliste britannique Robert Fisk : ce que vous ne lirez pas dans la presse traditionnelle.

"Les actions que les Etats-Unis pourraient mener enflammeraient encore davantage la population contre eux"

Ghazwan Al-Mukhtar, un ingénieur irakien retraité parle depuis Bagdad:

Le lendemain du jour où quatre travailleurs américain d'une entreprise militaire US étaient tués puis mutilés dans les rues de Fallujah, nous nous rendons à Bagdad pour discuter avec un ingénieur irakien retraité, Ghazwan Al-Mukhtar, à propos des mercenaires en Irak ainsi que sur la raison pour laquelle Fallujah s'est muée en foyer de la résistance irakienne.

voir:

No Iraqi shock over slaying of Americans ("Aucun Irakien n'a été choqué par ce qui est arrivé aux Américains")

By Michael Georgy

http://news.ft.com/servlet/ContentServer?pagename=FT.com/WireFeed

Mercredi, ces quatre Américains ont été tués puis mutilés dans la ville irakienne de Fallujah au cours de l'une des attaques les plus spectaculaires contre les intérêts américains depuis l'invasion de l'Irak. A proximité de là, cinq militaires américains perdaient également la vie dans une autre attaque.

Au cours de l'attaque contre ces «

civils » américains, les agences de presse ont pris des photos et des images de leurs corps calcinés et démembrés au beau milieu de la rue. Deux des corps ont été attachés et lynchés sous un pont enjambant l'Euphrate. Les autres ont été traînés dans les rues derrière des voitures avant d'être mis en pièces.

Le New York Times rapporte avoir vu un garçonnet d'une dizaine d'année piétiner une tête calcinée en criant « Où est Bush ? Amenez-le ici pour qu'il voie ça ! »

L'incident s'est produit le jour même où le nombre de soldats américains tués en Irak atteignait le nombre de 600.

Les quatre Américains tués mercredi travaillaient tous pour la société Blackwater qui, généralement, loue les services d'anciens militaires, souvent de la marine de guerre, afin de constituer en gros une armée privée échappant dans les grandes lignes à tout contrôle public.

On ignore combien de ces « employés » privés américains ont été tués, bien qu'il ait été rapporté que l'armée s'appuie de plus en plus sur des sociétés privées de sécurité au fur et à mesure que la résistance à l'occupation s'intensifie.

Il s'avère que les Etats-Unis n'ont rien mis en oeuvre pour sauver les quatre contractants privés ni même pour récupérer leurs cadavres avant plusieurs heures après l'attaque.

Mercredi, le website des autorités provisoires de la coalition ne mentionnait même pas ces attentats. L'un des gros titres du site mentionnait : « La police irakienne à la hauteur dans sa tâche de sécurité publique ». L'analyste du Moyen-Orient, Juan Cole, affirme que le degré de haine contre les Américains au sein de la population irakienne ordinaire n'a rien d'une bonne nouvelle pour les forces d'occupation.

Il écrit : 'Cela contribue à expliquer pourquoi si peu des guérilleros arabes sunnites ont été capturés, puisque la population locale les cache et les aide. Il semble également peu probable que l'intensification des actions militaires américaines puisse avoir le moindre résultat pratique dans la répression de cette insurrection; la plupart des actions que les Américains pourraient entreprendre ne contribueraient qu'à enflammer encore plus le public contre eux. Il me semble très vraisemblable que la violence de la guérilla va encore se poursuivre durant des années. »

La coalition des mercenaires

Les occupants claquent des millions dans une armée privée chargée de la sécurité


par Robert Fisk et Severin Carrell

The Independent (Grande-Bretagne)

Le 29 mars 2004

Une armée de plusieurs milliers de mercenaires a fait son apparition dans les grandes villes irakiennes. La plupart de ces hommes sont d'anciens militaires britanniques et américains recrutés par les autorités occupantes anglo-américaines et par des douzaines de sociétés craignant pour la vie de leur personnel.

Nombre des Britanniques armés sont d'anciens membres des SAS et des Sud-Africains lourdement armés travaillent également pour l'occupation. «

Les hommes savent se servir d'armes et tous sont des SAS », a déclaré le responsable britannique d'une équipe de sécurité opérant dans la partie sud de Bagdad. « Mais il y a aussi des gens qui se baladent avec des armes et qui ne sont rien d'autres que des cow-boys. Nous dissimulons toujours nos armes, mais ces gars s'imaginent qu'ils sont dans un film d'Hollywood. »

Il existe des doutes sérieux, même au sein du pouvoir d'occupation, à propos du choix américain d'envoyer des mercenaires chiliens, dont beaucoup ont été formés sous l'infâme dictature du général Pinochet, pour garder l'aéroport de Bagdad. Bien des Sud-Africians sont en Irak illégalement – ils violent ainsi les nouvelles lois adoptées par le gouvernement de Pretoria afin de contrôler l'exportation sans cesse croissante de mercenaires sud-africains. Bon nombre d'entre eux ont été arrêtés à leur retour : ils ne possèdent pas la licence aujourd'hui réclamée aux soldats privés.

Les pertes parmi les mercenaires ne sont pas comprises dans le décompte officiel des morts effectué par les autorités d'occupation, et cela peut expliquer les soupçons permanents des Irakiens qui estiment que les Etats-Unis sous-estiment leurs pertes militaires en morts et blessés. Certains experts britanniques prétendent que les unités de police privée constituent aujourd'hui les plus importantes exportations britanniques en Irak – cette augmentation étant provoquée par la multiplication des attentats à la bombe contre les forces de la coalition, les organisations d'aide et les bâtiments des Nations unies depuis la fin officielle de la guerre, en mai dernier.

De nombreuses sociétés opèrent à partir de villas situés dans les quartiers de la clase moyenne de Bagdad, villas dont les portes n'affichent aucun nom. Certains argents de la sécurité prétendent qu'ils peuvent ainsi gagner plus de 80.000 livres par an. Mais un travail de mercenaire à court terme et à haut risque peut rapporter beaucoup plus. Le personnel de sécurité travaillant sous contrat de sept jours dans des villes comme Fallujah peut se faire 1.000 dollars par jour. Bien qu'ils ne portent pas d'uniformes, certains agent de sécurité portent une identification personnelle sur leurs gilets de protections, en plus de leurs fusils et pistolets. D'autres refusent de décliner leur identité, même dans les hôtels, ils boivent de la bière en bande, leurs armes à leurs pieds. Dans plusieurs hôtels, clients et personnel se sont plaints de ce que ces agents de sécurité avaient organisé des beuveries et un directeur a même été forcé de faire savoir aux mercenaires se trouvant dans son hôtel qu'ils devaient porter leurs armes dans un sac quand ils quittaient les lieux. Sa demande est restée lettre morte.

Un directeur de société britannique, David Claridge, de l'agence de sécurité Janusian, a estimé que les firmes britanniques ont empoché quelque 800 millions de livres avec leurs contrats en Irak, et ce, une année à peine après le début de l'invasion. Une firme gérée par des Britanniques, Erinys, emploie 14.000 Irakiens comme veilleurs et gardes de sécurité afin de protéger les gisements de pétrole et les pipelines.

Le recours à des sociétés privées pour la sécurité a soulevé pas mal de ressentiments chez les travailleurs du Département de l'Aide Internationale au Développement (DAID), qui craignent que la chose ne sape la confiance des civils irakiens. « L'équipe du DAID préférerait ne pas avoir ça », a déclaré quelqu'un. « Il est beaucoup plus facile pour eux de faire leur boulot sans sécurité visible, mais les risques pour la sécurité sont très grands, là-bas. »

Une société gérée par des Sud-Africains, Meteoric Tactical Solutions, a un contrat de 270.000 livres avec le DAID qui, a-t-il été convenu, consiste à fournir des gardes du corps et des chauffeurs à la plupart de ses fonctionnaires de haut rang en Irak, ainsi qu'à leur personnel subalterne.

Une autre société britannique, ArmorGroup, a un contrat de 876.000 livres pour la fourniture de 20 agents de sécurité au Foreign Office. Ce chiffre connaîtra une majoration de 50% en juillet. La firme emploie également quelque 500 Gurkhas pour protéger les cadres et personnes importantes gravitant autour des firmes américaines Bechtel and Kellogg Brown & Root.

Des parlementaires de l'opposition ont été heurtés par l'ampleur de l'utilisation par le gouvernement de firmes privées pour protéger les fonctionnaires civils britanniques et ils ont affirmé qu'il s'agissait d'une preuve de plus de ce que l'armée britannique était trop petite pour assumer les tâches qu'on lui confiait. Menzies Campbell, le porte-parole démocrate libéral des Affaires étrangères, a déclaré : « Cela suggère que les forces britanniques sont incapables de fournir une protection adéquate et cela soulève en même temps le problème très controversé de la 'sur-extension', et plus précisément à la lumière des remarques émises par le chef de l'état-major de la défense, qui disait, la semaine dernière, que la Grande-Bretagne ne pourrait organiser d'autre opération à l'échelle de l'Irak durant au moins cinq ans. »

Andrew Robathan, un parlementaire conservateur présent dans la commission de sélection du développement international et lui-même ancien officier des SAS, a déclaré : « L'armée ne dispose pas des troupes pour assumer des gardes statiques de cette ampleur. A coup sûr, il aurait été meilleur marché d'avoir un autre bataillon de militaires pour fournir des gardes. »

La plus grosse firme privée britannique de sécurité en Irak, Global Risk Strategies, assiste les autorités provisoires de la coalition et l'administration irakienne à rédiger de nouvelles réglementations. On s'attend à ce qu'elle augmente ses effectifs sur place, les faisant passer de 1.000 hommes à 1.200, au cours de ce printemps, voire à 1.800 au cours de cette année. Toutefois, les montants mêmes de l'aide caritative sont fortement perturbés par les sommes dépensées en sécurité, puisque le DAID a dû prélever 278 millions de livres sur son budget général d'aide à la reconstruction en Irak. Dominic Nutt, de Christian Aid (Aide chrétienne) a déclaré : « Ca nous reste en travers de la gorge. Il est normal que le DAID protège ses effectifs, mais c'est comme si on volait Pierre pour payer Paul. »

Les mercenaires débarquent en masse pour combler les trous

par Paul McGeough (The Age, Australie)

Les firmes privées de sécurité représentent aujourd'hui la troisième force armée en Irak. Chaque fois que les portes s'ouvrent au Niveau 5 du Palestine Hotel, on tombe sur un Gurkha en tenue impeccable qui pointe son arme de gros calibre sur

l'ascenseur.

Tout l'étage et celui du dessus sont désormais occupés par Kellogg Brown & Root, le département construction de Halliburton, l'une des plus grosses firmes américaines opérant en Irak. Et bien que les linguistes de l'occupation n'autorisent pas l'emploi du mot « mercenaire », le Gurkha mentionné ci-dessus fait partie d'une opération privée de sécurité engageant 15.000 hommes et qui constitue la troisième force armée en importance en Irak.