Défi aux médias

Sky News (GB) 10 août 2006 à 13h21min

Interview de Galloway : à propos d’Israël et du Liban

transcription en français refaite par Dominique Arias

Faute de vidéo doublée, la première transcription en français de cette tumultueuse interview avait le mérite d'avoir été très rapidement disponible, au moment même de l'agression israélienne contre le Liban. Elle souffrait néanmoins de petites imprécisions au niveau de la traduction auxquelles nous avons voulu remédier afin que le texte de l'accrochage entre le député Galloway et la journaliste de Sky News, Anne Botting, puisse circuler davantage (avant la parution d'une version doublée en français). La circulation de ce « mini événement médiatique » est notamment intéressante à titre d'argument démonstratif, concernant les techniques et pratiques d'occultation et d'orientation sélective de l'information dans les médias occidentaux – le fameux « double standard », si difficile à traduire (deux poids deux mesures) et systématiquement dénoncé par des auteurs tels qu'Edward S. Herman, Noam Chomsky ou John Pilger.

S'il nous a semblé important de revenir sur cette interview, qui a déjà fait dix fois le tour de la planète (largement reprise et commentée sur de nombreux sites), c'est qu'elle constitue véritablement un cas d'école pour quiconque se préoccupe de questions liées à l'endoctrinement et à la désinformation dans les médias occidentaux, comme pour tous ceux qui ont du mal à trouver des arguments pertinents et réellement démonstratifs dans ce domaine. Dans ce cas précis en effet, Israël violait ouvertement et avec récidive – en attaquant le Liban – le Droit International, la Charte des Nations Unies, les Conventions de Genève (destruction d'infrastructures civiles : port, ponts, routes, centrales électriques ou d'épuration, raffineries, quartiers d'habitations dans la Capitale, villages, déstockage massif de bombes à fragmentations sur des zones rurales cultivées, verrouillage et bombardement de populations civiles tentant de fuir les attaques, etc.), ainsi que les Résolutions de l'ONU et accords de paix qui suspendaient le conflit de 1975-90, en attendant un règlement définitif (qu'on attend toujours) et exigeaient le retrait total des troupes israéliennes du territoire libanais, etc.

Le Liban n'a jamais pu reconstituer son armée depuis la fin du précédent conflit, en dépit de ses alliances avec les plus gros vendeurs d'armes au monde (U.S., U.K., FR = 75 % des ventes officielles d'armement). Imposé par la « Communauté Internationale » plus que par l'ONU, le retrait des troupes syriennes – appelées en renfort par le Liban lors de l'invasion israélienne et stationnées depuis comme unique défense – laissait les frontières libanaises totalement dégarnies face à l'agresseur d'hier, qui occupait toujours militairement une partie du territoire libanais et menait régulièrement des incursions à l'intérieur du pays.

Les positions de la presse comme des milieux diplomatiques de l'ensemble du monde occidental ont pourtant été absolument unanimes (et « alignées » sur les positions U.S.) : « Israël a le droit de se défendre ! » ; « Israël n'a pas à payer de Dommages de Guerre ! » ; « La reconstruction du Liban sera financée par la Communauté Internationale (sous forme de prêts et de contrats conditionnés, remboursables à terme avec intérêts par l'Etat libanais et ses contribuables.) » Galloway est l'un des seuls diplomates crédibles (non extrémiste) à avoir officiellement et très clairement pris position contre cette avalisation d'un « non droit spécifique » accordé aux alliés de La première puissance militaire mondiale.

Dans cette nouvelle transcription, nous nous sommes donc efforcés de restituer en gras les accentuations d'intonation qui, chez Galloway comme chez Anne Botting, marquent leur insistance sur des points précis de leur argumentaire – ceux de la journaliste sont d'autant plus importants qu'elle argumente sciemment sur des positions fausses. Nous nous sommes aussi efforcés de souligner les différentes méthodes de déstabilisation infligées à un interlocuteur dont le propos sort des limites strictes (politiquement correctes) qui encadrent le débat, et que le journaliste (et l'équipe de régie) ont pour responsabilité de faire respecter : le « bornage du sujet. » Dans ce cas précis, l'invité peut juger « disproportionnée » ou non la « réponse d'Israël à l'agression libanaise », mais il lui est interdit de considérer Israël comme l'agresseur et le Liban comme victime en état de légitime défense. Sitôt que les bornes sont franchies, la journaliste coupe la parole de son interlocuteur, s'efforce de changer l'orientation du débat, et si elle échoue, la régie technique intervient à la rescousse en baissant le niveau de volume du micro de Galloway et en relançant la bande son du reportage (qui dissimule définitivement le visage de la journaliste et tout ce qu'elle peut faire, comme recevoir des directives par téléphone ou donner à la régie des consignes gestuelles).

À la radio comme à la télévision, la superposition d'une bande son à une interview pour brouiller l'attention de l'auditeur (trafic routier et appel à la prière en bruit de fond pour les interviews de responsables palestiniens, Iraniens ou de populations supposées « islamistes » par exemple) est assez fréquente. Elle est plus facilement décelable à la radio où l'attention de l'auditeur, débarrassée de l'image, est plus sensible aux imperfections du calage des deux bandes superposées et à la répétition en boucle de la bande de bruit de fond. Outre qu'il déconcentre l'auditeur et donne à l'interview une connotation qui oriente ou restreint considérablement l'interprétation du discours, ce type de « brouillage » est généralement absent lors d'interviews d'interlocuteurs « politiquement corrects. » De même on coupe rarement la parole à ces derniers et on ne parle pas en même temps qu'eux pendant que la régie leur baisse le volume du micro… Sur la vidéo, on constate que le montage en boucle des images du reportage sur la moitié de l'écran a la même fonction de diversion, sur la capacité de concentration de l'auditeur comme sur celle de l'invité, que l'utilisation de la bande son en bruit de fond. Manifestement Galloway connaît ces pratiques et reste très difficile à déstabiliser. En pleine période électorale, noyés dans les discours creux et ampoulés des représentants des grands partis politiques, on aimerait en avoir au moins un ou deux comme ça à la maison… Dommage !

Pour voir la vidéo :

http://skynews-clips.videoloungetv.com/public/skynews/latest/galloway_060806.wmv ou

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=32286

Nouvelle transcription en français

Anna Botting (Sky TV): L’homme qui me rejoint à présent n’est pas connu pour garder ses opinions pour lui. Il s’est passionnément opposé à l’invasion de l’Irak et maintenant il pense que le Hezbollah est en droit d'attaquer Israël. Le député Respect (son parti politique) de Bethnal Green (Londres) est avec nous dans notre studio de Londres Centre. Bonsoir à vous… ou plutôt bonjour à vous M. Galloway. Comment justifiez-vous votre soutien au Hezbollah et à son leader, Cheikh Hassan Nasrallah ?

Le Député Galloway : Quelle manière grotesque d'introduire un sujet et quelle question de départ grotesque ! Il y a vingt-quatre ans, le jour de la naissance de ma fille – et je viens de célébrer son vingt-quatrième anniversaire – j'ai du me précipiter à l’hôpital pour assister à sa naissance, en quittant une énorme manifestation à Londres contre l’invasion et l’occupation israéliennes du Liban. Israël a continué d'envahir et d'occuper le Liban pendant les vingt-quatre années de la vie de ma fille. Le Hezbollah fait partie de la résistance nationale libanaise qui essaie de chasser – et qui est parvenue à chasser la plupart des Israéliens de leur pays en 2000 – Israël du reste de leur pays, et d'obtenir la libération des milliers de prisonniers libanais qui ont été kidnappés par Israël pendant toute la durée de son occupation illégale du Liban. C’est Israël qui envahit le Liban ! C’est Israël qui attaque le Liban, et non pas le Liban qui attaque Israël. Vous venez de nous montrer un reportage sur 10 soldats israéliens, à la frontière, se préparant à envahir le Liban [ndt : sous le feu de leur ennemi], et vous nous demandez de pleurer sur cette opération comme si elle constituait une sorte de crime de guerre. Israël est en train d’envahir le Liban et a tué 30 fois plus de civils libanais…

Anna Botting (Sky TV), qui s'efforce de l'interrompre : Vous venez de mettre le doigt dessus…

Le Député Galloway, gardant la parole de force : … qu'il n'y a eu de morts en Israël. De fait, c’est vous qui devriez justifier le préjugé évident qui est inscrit dans chaque expression de votre visage, et dans chaque intonation de votre voix, et qui sous-tend chacune des questions que vous posez.

Anna Botting (Sky TV), marquant une pause : Bien… Vous avez mis le doigt sur la question, n’est-ce pas, quand vous avez dit que le Hezbollah avait été crée dans les années 80 dans le but de se débarrasser de tous les soldats israéliens présents sur le sol libanais, comme vous venez de le dire, et y était parvenu en 2000…

Le Député Galloway, tentant de l'interrompre : Non ! Ils n'y sont pas parvenus ! Non ! Ils n'y sont pas parvenus !

Anna Botting (Sky TV) qui continue quand même : C’est une défaite…

Le Député Galloway, reprenant la parole : Ils n'y sont pas parvenus ! Et c’est là un point essentiel que vous dissimulez à vos téléspectateurs. Israël a été chassé de la majeure partie du Sud-Liban en 2000 ; il occupe toujours une partie du Liban depuis 2000, et garde des milliers de prisonniers libanais…

Anna Botting (Sky TV), qui essaye de le couvrir en parlant en même temps que lui et en réduisant son propos : … la région des fermes de Shebaa qui fait l'objet du dernier projet de résolution de l’ONU…

Le Député Galloway , qui poursuit en levant le ton : … Des milliers de prisonniers libanais ont été kidnappés par Israël, et le Hezbollah ainsi que le gouvernement libanais réclament leur libération…

Anna Botting (Sky TV), qui s'efforce toujours de le couvrir en parlant en même temps que lui et en réduisant une fois de plus son propos : J’ai parlé il y a quelques instants au porte-parole du ministre israélien des Affaires étrangères et il a dit que les trois prisonniers libanais qui ont été « capturés » – sans doute préfèreriez-vous utiliser ce terme – sont passés devant un juge et font l'objet d'un procès.

Le Député Galloway, s'efforçant de l'interrompre : Non ! Non! Anna ! Pas ceux-là ! Ce n'est pas de ces prisonniers là qu'il s'agit. Oh, de grâce, faites preuve d'une mémoire légèrement supérieure à 4 semaines ! Je vous parle de milliers de prisonniers capturés au cours des 18 années d’occupation israélienne, d'occupation illégale du Sud-Liban par Israël. Ce sont ces prisonniers qui doivent être libérés en échange des soldats israéliens qui ont été capturés au début de cette phase de la crise. (ndt : pendant qu'il est en train de parler – à partir de « occupation illégale » – l'ingénieur du son monte progressivement par-dessus la voix de Galloway le son du reportage qui, littéralement depuis le début, remplace le visage d'Anna Botting sur la seconde moitié de l'écran)

Anna Botting (Sky TV), marquant une pause (le son du documentaire s'arrête net) : Qu'avez-vous à dire au sujet du reportage paru aujourd'hui dans le Sunday Telegraph qui montre que l’Iran a livré au Hezbollah des missiles de longue portée, capables d’atteindre n’importe quelle partie d’Israël ? … L’Iran, qui selon ce député iranien, qui a contribué au financement du Hezbollah… a également dit que ce… que l’Iran a donné l’organisation… l'organis… l'autoris… l’autorisation plus exactement, de cibler Tel-Aviv… Pouvez-vous reprocher à Israël de vouloir détruire ces missiles ?

Le Député Galloway : Mais c’est grotesque !!! L'Amérique a livré à Israël des missiles qui peuvent atteindre non seulement n’importe quelle ville du Liban, mais n’importe quelle ville de tout le monde arabo-musulman, y compris en Iran. Pourquoi l'Amérique aurait-elle le droit de livrer des missiles de longue portée à Israël, y compris des centaines de missiles nucléaires, mais l’Iran n'aurait pas le droit de livrer des missiles…

Anna Botting (Sky TV), qui parle à nouveau en même temps que lui : Parce qu'elle les a livrés à une organisation terroriste !

Le Député Galloway : Mais ils ne sont pas une organisation terroriste ! Si ce n'est dans l’esprit de : SKY (TV), et du « Times », et du « Sun » et de « The News of the World » de Rupert Murdoch…

Anna Botting (Sky TV), qui se met encore à parler en même temps que lui : Oh, allons ! … Je vais vous arrêter là M. Galloway…

Le Député Galloway : Ils ne sont pas une organisation terroriste, c’est Israël qui est un Etat terroriste ! (ndt : l'ingénieur du son baisse progressivement le volume de son micro)

Anna Botting (Sky TV), qui s'efforce toujours de le couvrir en parlant plus fort : Ils sont reconnus comme une organisation terroriste… Qui est un terroriste pour les uns est un combattant de la liberté pour les autres… Tout le monde connaît cela parfaitement ! Aux yeux de la plupart des gens, ils sont considérés comme des…

Le Député Galloway, dont le micro a été nettement diminué de volume : Non ! Ils ne le sont pas ! Ils ne le sont pas !

Anna Botting (Sky TV), qui continue à couvrir son interlocuteur : Ils ont le choix, à mon avis. Il faut… Il faut… Il faut bien comprendre ça… Ils ont le choix, au même titre que l'IRA… de faire de la politique…

Le Député Galloway, essayant toujours de reprendre la parole : Non ! Non ! Non ! Cela n’a rien à voir avec l’IRA !! Ecoutez Anna, vous avez raison, vous avez raison… Est-ce qu'on va jouer à celui qui crie le plus fort ?

Anna Botting (Sky TV), qui continue à parler en même temps que son interlocuteur : Je veux dire qu'ils ont le choix de comprendre ce que c'est que la politique. Ils ont deux ministres Hezbollah au Gouvernement… (ndt : elle abandonne) … Continuez !

Le Député Galloway : Anna ! Qui est un terroriste pour est les uns un combattant de la liberté pour les autres… Mais vous vous plantez complètement quand vous dites… (ndt : à nouveau, lancement de la bande son du reportage, qui le brouille partiellement)… que pour la plupart des gens les hommes du Hezbollah sont des terroristes. Aux yeux de la plupart des gens, Israël est un Etat terroriste ! C'est le fait que vous soyez incapable de comprendre cet état de choses, qui conduit au parti pris qu'on retrouve dans l'intégralité de vos reportages et dans chacune des questions que vous m’avez posées dans cette interview.

Anna Botting (Sky TV), qui marque une pause : Um, um… Pui… Puis-je vous poser une question… Je faisais allusion à l’IRA et au Sinn Fein qui ont décidé d'agir sur le plan politique ; le Hezbollah avait l’opportunité d'agir sur le plan politique, ils ont déjà deux ministres au sein du Gouvernement, très bien vus dans le Sud…

Le Député Galloway : Mais qu’est-ce que vous racontez ? Ils sont déjà une force politique ! Ils sont les gens du Sud-Liban…

Anna Botting (Sky TV): C’est bien ce que je dis… Si vous voulez prendre la peine de m'écouter… Je dis qu'ils ont déjà deux ministres au Gouvernement, ils avaient l'opportunité d'agir sur ce plan, pourquoi ont-il eu besoin de capturer et de tuer deux des soldats israéliens à la frontière…

Le Député Galloway, qui essaye de lui répondre : Parce que Israël occupe leur pays !

Anna Botting (Sky TV), qui ne s'arrête pas pour autant : … ce qui réduit certainement à néant leur ambition à devenir une force politique à l’intérieur d’un Liban démocratique ?

Le Député Galloway : Ecoutez ! Ecoutez ! Parce que Israël occupe leur pays et détient des milliers de leurs compatriotes, comme otages kidnappés, dans ses geôles. C’est réellement très facile à comprendre, sauf… si vous réfléchissez (ndt : à nouveau l'ingénieur su son monte le volume du documentaire, toujours monté en boucle sur l'autre moitié de l'écran) uniquement avec une horloge qui remonte quatre semaines en arrière… pas si vous savez – et vu votre âge vous le savez sans doute pertinemment – que les origines de ce conflit ne remontent pas à quatre semaines, ou à quatre ans, ou à quatorze ans, mais à des décennies ! Vous voulez que les gens croient que la crise a commencé quand l’horloge a commencé à faire tic-tac sur SKY News…

Anna Botting (Sky TV), parlant par-dessus : Non ! Ce n'est pas ça, absolument pas ! Je voudrais vous poser une dernière…

Le Député Galloway, qui termine péniblement : … Malheureusement les Libanais, eux, ne sont pas dupes !

Anna Botting (Sky TV), marquant une pause : Je voudrais vous poser une dernière question. Pensez-vous que les quatre semaines auxquelles nous venons d'assister, comme vous venez de le dire, les 26 jours de cette crise (ndt : elle replace le bornage sur une crise de 26 jours), ont porté un coup d'arrêt aux ambitions du Hezbollah… ? Non seulement les soldats israéliens ont désormais passé la frontière…

Le Député Galloway : Hah ! Le Hezbollah est en train de gagner la guerre !!! Vous venez juste de l'annoncer…

Anna Botting (Sky TV): …Laissez-moi finir ! Laissez-moi finir ! Voulez-vous bien me laisser finir, s'il vous plait ? Non seulement les soldats israéliens ont désormais passé la frontière, et en grand nombre, mais de surcroît, leurs prétentions à être une organisation politique valable pour aider un gouvernement libanais démocratique – à présent que les Syriens, eux aussi sont partis – dans un Etat indépendant… ça aussi, ça s'avère être un échec !

Le Député Galloway : Quelle question stupide ! Quelle personne stupide vous faites ! Le Hezbollah est en train de gagner la guerre ! Vous pouvez le voir sur la deuxième moitié de l’écran ! Le Hezbollah est plus populaire aujourd’hui…

Anna Botting (Sky TV) qui le coupe une fois de plus pour l'orienter sur un point de détail et l'éloigner de l'essentiel : Ce n’était pas ma question !

Le Député Galloway : Le Hezbollah est plus populaire aujourd’hui, au Liban, chez les Chrétiens, chez les Sunnites, chez les Chiites, chez tous les Arabes, chez tous les musulmans, qu’il ne l’a jamais été ! C’est Israël qui a perdu la guerre, et Bush et Blair, pour avoir politiquement organisé cette guerre qui ont politiquement perdu ! C'est une défaite pour Bush, pour Blair et pour Israël ! Tout le monde peut le constater sauf vous !

Anna Botting (Sky TV): D'accord ! Alors, laissez-moi détailler cette question, N’est-ce pas un échec, étant donné que le Hezbollah a été créé pour repousser les soldats israéliens hors du territoire libanais, qu’il y ait maintenant davantage de soldats israéliens sur le territoire libanais qu’il y en avait il y a vingt-six jours ?

Le Député Galloway : Ah… Bein, ils ont surtout l'air de se prendre une sacrée bonne raclée sur l’autre moitié de l’écran que je suis en train de regarder… Vous ne pouvez peut-être pas le voir, mais moi, je les vois se prendre une sacrée bonne raclée, sur le terrain. Alors, si ça c’est une victoire, je ne sais pas trop à quoi une défaite devrait ressembler… La vérité c’est qu'on n'est pas prêt de voir la fin de ce conflit. Les résolutions des Nations unies ne règlent strictement rien. Elles n'accordent strictement rien au Liban, n'accordent strictement rien aux prisonniers dans les geôles israéliennes, et comme le disait mon ex-collègue Anne Clwyd (ndt : belliciste enragée et membre du Labour – dont Galloway a été exclu pour ses positions anti-guerre), Israël vient de kidnapper bien plus de politiciens palestiniens : ministres, députés et des milliers d’autres qui sont détenus dans les geôles israéliennes, et cette guerre va continuer, jusqu'à ce que l'ensemble de la question soit réglée, ce qui signifie nécessairement le retrait d'Israël de tous les territoires occupés qu’il détient toujours depuis la guerre de 1967 ; la libération de tous les prisonniers politiques ; et un Etat palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. Pas de justice, pas de paix ! Vous ne risquez pas de vous retrouver de sitôt sans emploi comme présentatrice du journal à Jérusalem, croyez-moi !

Anna Botting (Sky TV): … Eh bien Comme d’habitude vous avez déclenché une avalanche d'e-mails, aussi bien pour que contre vous Monsieur Galloway, alors restons en là ! Je dois dire que certaines personnes pourraient trouver révoltant, alors que de nouvelles familles sont encore en train d’enterrer leurs morts, de vous entendre dire que c’était une sacrée bonne raclée…

Le Député Galloway : Mais vous vous en foutez ! Vous vous en foutez, vous ne savez même rien des familles palestiniennes. Vous ne savez même pas qu’elles existent ! Citez-moi le nom… d’un seul membre de ces sept membres d'une même famille, massacrés sur une plage de Gaza par un navire de guerre israélien ! Vous ne connaissez même pas leurs noms ! Mais vous connaissez les noms de chaque soldat israélien qui a été fait prisonnier, dans ce conflit. Parce que vous êtes convaincue, que vous en soyez consciente ou non, que le sang israélien a plus de valeur que le sang des libanais ou des palestiniens… C’est ça la vérité ! Et vos téléspectateurs ont assez de discernement pour en être d'ores et déjà conscients.

Le générique est lancé dès que Galloway termine sa phrase.

George Galloway né à Dundee le 16 août 1954 est un homme politique britannique. Il est, depuis les élections générales de 2005, le seul député à la Chambre des Communes du parti RESPECT The Unity Coalition. Il s'est opposé fermement à la guerre en Irak en 2003 et aussi à la guerre au Liban en juillet 2006 entre Israël et le Hezbollah. Il accuse Bush de commettre des crimes de guerre contre le peuple d'Irak , et Israël d'être un Etat terroriste.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Galloway