Darfour : il s'agit bien du pétrole

Sanctions américaines contre le Soudan

L'Union africaine et la Ligue arabe, quel rôle au Soudan ? Les pressions

internationales se multiplient pour contraindre le gouvernement soudanais à

appliquer la résolution du Conseil de sécurité, votée le 30 août, et

prévoyant le déploiement d'une force de l'ONU, en remplacement des troupes

africaines. Le président américain George Bush a renforcé, le 13 octobre,

les sanctions contre Khartoum, par l'interdiction de toute transaction liée

aux activités pétrolières et pétrochimiques.

Le président en exercice de l'Union africaine, Denis Sassou N'Guesso, a

qualifié la situation au Darfour de «préoccupante», alors que le mandat des

soldats de l'UA a été prorogé jusqu'à fin 2006. Si, à Paris, des

personnalités médiatiques dénoncent ce qu'elles définissent déjà comme «le

1er génocide du XXIe siècle», des voix africaines, et non des moindres,

parlent d'«arabisation forcée au Darfour». Une lecture délibérément

ethniciste ?

La volonté de l'administration américaine de remodeler le Soudan ne date pas

de la crise du Darfour qui a éclaté en 2003. Elle remonte à la première

guerre du Golfe en 1991, le Soudan étant ciblé pour ses positions

pro-irakiennes et accusé de détenir des missiles irakiens de longue portée,

susceptibles d'atteindre Israël.

Une usine de lait en poudre infantile sera bombardée au lieu et place d'une

hypothétique fabrique d'armes chimiques. Ensuite, ce pays fut accusé

d'abriter des bases terroristes. Le blocage, en 1997, de tous les avoirs du

gouvernement soudanais aux Etats-Unis ne suffira pas à faire tomber le

régime. Nul n'ignore le prix payé en nombre de morts et de destructions par

l'Irak, simplement soupçonné de détenir d'introuvables armes de destruction

massive. Des morts, qui comme celles du Liban ou de la Palestine n'ont guère

ému certains procureurs du TPI, activant pour traduire en justice les

responsables soudanais.

Le prétexte invoqué aujourd'hui par les faucons de la Maison-Blanche pour

étendre leur influence est évidemment humanitaire. Un bilan de plus de deux

cent mille morts et de deux millions de réfugiés au Darfour interpelle, bien

sûr, toutes les consciences, à moins d'être aveugle. Pourtant, les énormes

enjeux stratégiques, pétroliers en particulier, dans ce pays, convient à une

lecture et des solutions de paix se préoccupant davantage de l'avenir et de

la résolution réelle des conflits.

Premier constat : la réunion extraordinaire du Conseil de paix et de

sécurité de l'Union africaine, le 20 septembre, a prorogé le mandat de la

Force africaine (AMIS) jusqu'à la fin de l'année 2006 au Darfour. Pourquoi

la résolution 1706 s'est-elle empressée de substituer l'UA, plutôt que de la

renforcer ? Et pourquoi des Etats africains ambitionnant un rôle continental

ne s'impliquent-ils pas davantage dans l'appui à la mission au Conseil de

paix africain ? Autre interrogation : comment expliquer les pressions des

ONG dénonçant le plan du gouvernement soudanais qui vise à déployer plus de

15 000 hommes au Darfour ? Ainsi, ce gouvernement, accusé de laisser les

milices éradiquer la population, est suspecté dès qu'il tente de rétablir un

minimum d'autorité. Donc, ce sont bien les institutions soudanaises qui sont

remises en cause. Or, si le gouvernement soudanais refuse le déploiement des

Casques bleus, il n'a d'autre choix que de prêter son concours ou de se

faire assister par les Forces africaines d'interposition. Et là, le

continent africain ferait preuve, réellement preuve, de sa capacité et

volonté politique à gérer ses conflits, imposer la paix, au lieu des

sempiternelles interventions étrangères, tant dénoncées par les africanistes

: des interventions qui, du reste, n'ont fait qu'exacerber la situation dans

les zones de conflit.

La prochaine réunion du Comité des sages, regroupant le Sénégal, le Nigeria

et le Congo, avec Omar El Bachir sera un test. Pour l'heure, seule la Chine

a apporté son soutien à l'UA en remettant un chèque d'un montant de 1 000

000 dollars pour les opérations de maintien de la paix au Darfour. Amr

Moussa, secrétaire général de la Ligue arabe, a exhorté les membres de

l'organisation à assumer leurs engagements. La Ligue, pour rappel, s'est

abstenue lors du vote de la résolution 1706. Que des intellectuels africains

montent au créneau pour dénoncer la duplicité de la Ligue, réclamant, comme

ils le soulignent, une intervention de l'ONU en Palestine, et la récusant au

Soudan, ne surprend guère.

Mais la hiérarchisation des victimes, au nom d'une appartenance,

négro-africaine ou arabo-africaine, n'aide ni la cause humaniste ni le

règlement des problèmes. Plus grave, fustiger le Monde arabe au moment où il

subit les pires agressions collectives de son histoire, et réduire la

question du Darfour à une opération d'«arabisation forcée», cela revient à

entretenir des grilles de lecture raciales confortant le discours dominant,

de ceux précisément qui hiérarchisent les souffrances des victimes.

A l'exemple des initiateurs de la manifestation de Paris, qui ont défendu

toutes les dernières guerres américaines au Proche-Orient et souhaitent

créer un point de fixation nouveau anti-arabe en instrumentalisant, hélas,

le drame des Soudanais. Qu'on le veuille ou non, les pressions sur le Soudan

ont aussi l'odeur du soufre et du pétrole. «Le cordon pétrolier africain

aujourd'hui ne s'étend pas seulement du golfe de Guinée aux confins du lac

Tchad. Il a désormais des prolongements nilotiques, le Soudan étant en passe

de devenir un producteur substantiel d'or noir. Il n'est d'ailleurs pas

exclu que le génocide en cours dans le Darfour s'explique lui aussi, en très

grande partie, par la perspective d'exploitation du pétrole dans cette

région. En l'absence d'un cadre politique solide et légitime, et face aux

réalités d'une souveraineté fortement limitée, les gouvernements locaux

peinent à imposer des conditions aux multinationales dans l'exploitation des

ressources naturelles locales», souligne Achille Mbembe.

Il n'est pas exclu, rappelle-t-il, que les pays de l'arc pétrolier africain

(du golfe de Guinée aux pays nilotiques) «soient, dans un avenir pas tout à

fait éloigné, petit à petit aspirés par le tourbillon […] Les luttes de

pouvoir et les conflits autour de la captation, du contrôle et de la

répartition des ressources rares». En conclusion de son étude, ce chercheur

note aussi : «Comme à l'époque de la traite de l'ivoire et sous la

colonisation, une relation globalement négative existe désormais entre

l'exploitation des matières premières et le développement humain en Afrique.

Si l'on ne brise pas le lien, assure-t-il, entre corruption, extraction et

militarisation, l'exploitation des richesses africaines sera, de plus en

plus, un réel facteur de génocide.» Et d'en appeler à un véritable débat sur

l'extraction des matières premières.

Il s'agit bien d'une guerre pour le contrôle du pétrole, et la construction

d'oléoducs est au cœur de ces enjeux, affirme Elizabeth Struder. «C'est le

cas de l'ouverture de l'oléoduc Tchad-Cameroun, où sont impliqués les

intérêts des firmes transnationales Total, pour la France, CNPC pour la

Chine, Pétronas pour la Malaisie, Lundin pour la Suède, OMV pour l'Autriche,

Talisman pour le Canada et Exxon Mobil pour les Etats-Unis. Ce pipeline doit

passer par le Darfour et entre dans la logique d'éviter les zones à risques

et arabes en particulier. De son côté, l'Inde envisage également un oléoduc

qui passera dans cette région d'Afrique, celui prévu par les firmes ONGC et

Reliance Petroleum en accord avec le Soudan.»

Parmi les différents groupes qui composent les milices du Sud,

«l'administration américaine a particulièrement favorisé ceux qui

revendiquent la sécession», estime-t-elle. Un certain nombre de «missions

chrétiennes», bénéficiant d'importants soutiens financiers aux Etats-Unis,

«s'efforcent depuis plusieurs années d'alimenter la haine raciale contre les

«Arabes». Non seulement le gouvernement américain «a fourni entraînement

militaire, armes et argent à l'APLS mais il a aussi accordé son soutien au

«Mouvement pour la Justice et l'Egalité» [JEM] basé au Darfour. Le JEM est

lié au fondamentaliste Al Tourabi».

Certes, ces enjeux et les plans stratégiques ne seraient guère réalisables

avec des Etats et des régimes aptes à gérer leur développement et leur

projet d'Etat national, mais le conflit soudanais, qui ne diffère pas

fondamentalement de celui vécu en Angola, au Congo, en Sierra Leone,

interpelle plus que jamais une Afrique et un Monde arabe soucieux de leur

destin futur.

La Tribune

Liste Assawra