Brèves Honduras (français)

COMMENTAIRE DE MICHEL COLLON :
Sommes-nous bien informés ? Non. Le public européen ignore la vaste protestation populaire au Honduras, et sa répression.
On veut faire croire qu’Obama est innocent. Comme si les militaires honduriens n’étaient pas formés et encadrés par Washington. Comme si le gentil Obama ne venait pas d’augmenter le budget de la CIA, donc des coups d’Etat.
Sa tactique est classique : d’abord, il refuse de condamner le coup d’Etat et appelle au “dialogue”. Si les putschistes l’emportent, tant mieux. S’ils perdent, il les désavouera.
Classique aussi, la diabolisation du président Zelaya. Solliciter un deuxième mandat présidentiel, comme dans la plupart des pays européens ?
Quelle horreur ! Comment un leader résistant aux USA ose-t-il demander d’être réélu ? 400.000 Honduriens ont signé pour qu’il en ait le droit ?
Leur voix comptent moins que celle de l’Armée, du patronat et des évêques. En Amérique latine, l’Histoire se répète. A nous de contribuer à y mettre fin.



 


UN APPEL DU HONDURAS :


Bonsoir Michel,
Au même instant que tes messages arrivent, bien des choses importantes sont en train de se passer en Honduras. Radio Progreso est interdite d’antenne depuis ce lundi vers 10H00 h d’Honduras. La page web de la station est aussi bloquée. En revanche, ALER a réussi à faire passer mon signal de Progreso à travers son système satellitaire.
Je te demande au nom de nos frères honduriens de faire tout ton possible pour diffuser la nouvelle et faire le nécessaire pour empêcher que la population hondurienne reste dans l’ignorance de ce qui est en train de se
passer là-bas. Plusieurs dirigeants et membres de la résistance populaire hondurienne n’arrêtent pas de demander cela. Faire savoir qu’ils occupent des postes de péage, des ponts etc et ont promis de rester mobilisés dans une grève nationale au finish jusqu’au retour de Mel Zelaya, le président légitime de ce pays. http://www.aler.org
Pour ceux qui parlent ou comprenent la langue cliquez sur ALER satelite en directo.
VENCEREMOS! NOUS VAINCRONS!
Bien à toi,
Alejandro






INFORMATIONS BREVES ET URGENTES


Rassemblées par Cédric Rutter et Michel Collon, mardi 30 juin


Le président Zelaya retournera jeudi au Honduras – Hillary Clinton – Envoyez un mail de réprobation au pseudo-président -Appelez l’administration Obama – Un caricaturiste arrêté – Répression de la protestation populaire – Communiqué Telesur – Libération de la journaliste arrêtée – “Délit impardonnable : demander au peuple” – Jamais sans le consentement des USA – L’ambassadeur de Cuba agressé. -Guatemala, Salvador et Nicaragua font blocus – Chili et Mexique : retrait des ambassadeurs


DERNIERE MINUTE :


Le président Zelaya retournera jeudi au Honduras


Le président du Honduras informe le groupe de Rio qu’il retournera jeudi prochain au Honduras accompagné par le secrétaire général de l’Organisation des États Américains et d’une commission composée de présidents d’Amérique latine et des Caraïbes.
http://www.alternativabolivariana.org/




Hillary Clinton


La secrétaire d’Etat H. Clinton a déclaré aujourd’hui que le gouvernement des Etats-Unis n’était pas prêt à appeler “coup d’Etat” les événements au Honduras car cela obligerait Washington à couper l’aide économique à ce pays, ainsi que leurs relations. Cette indécision est due au fait que ceux ont pris illégalement le pouvoir sont des groupes et des partis politiques qui ont reçu des financements du gouvernement des États-Unis par l’intermédiaire du Fond National pour la Démocratie, l’Institut Républicain International et l’Institut Démocratique National pour les Relations Internationales. De plus, l’armée hondurienne est largement financée par le Pentagone et le Département d’État.


Eva Golinger, www.codechavez.com




Appelez l’administration Obama


Pour demander la condamnation totale du coup d’Etat :


Département d’État : 202-647-4000 o 1-800-877-8339


Maison Blanche : 202-456-1111, centrale téléphonique : 202-456-1414





Envoyer un mail de réprobation au pseudo président :


[email protected]


Condamnez, manifestez !


www.observatorio.cl  





Un caricaturiste arrêté
“Le fameux caricaturiste Allan Mc Donald m’a téléphoné au moment où il était arrêté avant d’être enfermé par les forces armées du Honduras en présence de sa fille âgée de 17 mois. Il a montré à travers ses caricatures dans le quotidien hondurien el Heraldo de Honduras, le Times et sur rebelion.org, sa position en faveur du référendum promu par le gouvernement de Manuel Zelaya Rosales. Son matériel et ses dessins ont été détruits, puis il a finalement été relâché.”
Verenice Bengtsson, 28 juin


Répression de la protestation populaire
Les militaires répriment la population qui proteste au Honduras. Un mort, 7 blessés, des personnes disparues dont le maire de San Pedro Sulá. Informations confirmées par l’équipe de TeleSUR- après la répression par l’armée sous les ordres de Roberto Michelletti pour tenter de faire taire les protestations de la rue.
Radio YVKE

Cette video  montre comment un manifestant a été tué lors de ces manifestations. Source : TlaxcalaMundial



L’unité des forces armées se rompt
29 jun. 2009 – Un bataillon de l’armée hondurienne se déclare fidèle au président Zelaya, se détournant ainsi du gouvernement putschiste. Après avoir discuté avec les membres de la protestation de la ville de San Pedro de Zula, ils se sont unis à la lutte pour rétablir l’ordre constitutionnel.
Source :Tribuna Popular TP.




Communiqué Telesur
Des journalistes honduriens exigent que la Société Intermaéricaine de Presse se prononce contre les graves violations de la liberté d’expression et de l’information. Esteban Meléndez, journaliste, a condamné devant les caméras de TeleSUR, ce gouvernement et les actes de violence commis envers les citoyens ainsi que les quelques journalistes indépendants qui couvrent les événement malgré la censure totale.
Telesur 29 juin

Libération de la journaliste arrêtée
Adriana Sivori, correspondante pour Telesur à Tegucigalpa, a annoncé que son équipe et des journalistes ont été faits prisonniers et emmenés par les militaires. Mais grâce à la réaction rapide et aux pressions de différents gouvernements (Organisation des Etats Américains, les Nations Unies et autres acteurs internationaux), ils ont été relâchés.  29 juin

“Délit impardonnable : demander au peuple”
29-06-2009 “
Le président Zelaya avait décrété une augmentation significative du salaire minimum des relations plus étroites avec les partenaires sociaux. Au niveau de la politique internationale, il s’était lié avec les gouvernements progressistes qui rejettent les politiques néolibérales qui ont dominé les années 90. Il avait intégré son pays à l’Alliance Bolivarienne des Amériques (ALBA) et restauré les relations diplomatiques avec Cuba.
Dimanche
, il a commis le délit impardonnable de “demander au peuple”. Il avait eu l’idée d’installer une urne supplémentaire à l’occasion des élections municipales et législatives pour que les citoyens se prononcent sur une possible convocation d’une Assemblée constituante au cours de l’année prochaine.
L’initiative a été appuyé par la signature de 400.000 Honduriens, les trois syndicats ouvriers, le Bloc Populaire du Honduras et toute une série d’organisations sociales. Mais pas par le monde patronnal qui craint pour ses privilèges fiscaux et la politique d’exploitation des ressources naturelles du pays, comme en Equateur, Bolivie et Venezuela.”
Telesur

Jamais sans le consentement des USA


29 juin 2009 – 8h30 :


James Petras :
“Obama n’a pas pris de décision face au coup d’Etat […] le gouvernement de Zelaya est un gouvernement réformiste et modéré qui essaie de réussir des changements de manière progressive à travers le système électoral”.
Petras a critiqué le silence du président des Etats Unis et le fait qu’il n’a pas été disposé à rompre les relations avec les putchistes. “Zelaya a fait deux choses qui ont exacerbé la droite ; il a laissé l’organisation syndicale et paysanne exprimer ses revenidcations sans exercer de répression. Et en profitant de la conjoncture favorable, il s’est joint à l’ALBA (Alliance Bolivarienne des Amériques) pour recevoir une aide économique et des concessions pétrolières. Pour cette raisons, Washington a lancé le coup d’état en accord avec les militaires”.
Source : Radio Pacífica KPFK

L’ambassadeur de Cuba agressé.
28 juin 2009 – Fidel Castro Ruz : « Ne me bouscule pas, cojones ! » Je ne me rappelle pas si Cervantès a déjà utilisé ce mot, mais notre ambassadeur Juan Carlos Hernández a sûrement enrichi notre langue.
On ne peut négocier avec les hauts gradés putschistes. Il faut exiger leur démission, et que des officiers plus jeunes et non compromis avec l’oligarchie se substituent à eux. Sinon, il n’y aura jamais de gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple » au Honduras.
Les putschistes, acculés et isolés, n’ont aucune échappatoire possible si on leur fait face avec fermeté.
Même Mme Clinton a déclaré dans l’après-midi que Zelaya était le seul président hondurien. Et les putschistes, sans l’appui des États-Unis, n’osent même pas respirer.


Guatemala, Salvador et Nicaragua font blocus


29 juin 2009 – 17h53
Le groupe intergouvernemental CA-4 qui comprend quatre pays d’Amérique centrale a comdamné le coud d’Etat contre le gouvernement de M. Zelaya et a pris la décision de suspendre les activités commerciales pour 48 heures comme mesure de pression et d’isolement contre le gouvernement installé par l’armée.
Radio Mundial

Chili et Mexique : retrait des ambassadeurs
29 juin 2009 – 21h55 – “Le Chili a rappelé son ambassadeur au Honduras”, selon le chancelier chilien, Mariano Fernández, pour exiger la restitution de Zelaya.
Quelques minutes après, le président mexicain, Felipe Calderón, a annoncé qu’il retirait son ambassade à Tegucigalpa, depuis que des demandes d’asile ont été présentées par des fonctionnaires du gouvernement de Zelaya.
Radio Mundial