Brèves Honduras (Français) – 1er octobre

Le Honduras en état de siège: la répression s’intensifie, la résistance ne faiblit pas

La situation s’aggrave au Honduras. Une semaine après son retour, Manuel Zelaya a appelé la communauté internationale à « réagir immédiatement avant que le meurtre d’un dirigeant se produise ». Cet appel à l’aide intervient alors que le gouvernement putschiste de Micheletti durcit ses positions et profère des menaces. Les principaux médias d’opposition ont été fermés. Un état de siège pour 45 jours a été fixé, autorisant la police et l’armée à arrêter toute personne jugée suspecte [1]. Pendant ce temps, à 90 jours du coup d’Etat, des milliers de personnes continuaient samedi de réclamer la restitution au Honduras du président Zelaya. « Après 90 jours, personne ici ne renonce »; « qu’il le veuille ou non, Micheletti partira »; « Mel, notre ami, le peuple est avec toi », entonnait la foule marchant pacifiquement dans une artère principale de Tegucigalpa bordée de centaines de policiers anti-émeutes et de forces militaires [2].

Photo: Manuel Zelaya à l’ambassade du Brésil au Honduras, 21 septembre de 2009. Photo de Orlando Sierra (Réseau Voltaire).

[1] 20 minutes
[2] Le Grand Soir

 

Micheletti provoque le Brésil

Le président Lula da Silva a réagi fermement à l’insolite ultimatum posé par le régime putschiste du Honduras: définir dans les 10 jours le statut du président hondurien constitutionnel, réfugié dans l’ambassade du Brésil  depuis une semaine. De plus, la dictature a exigé que le gouvernement brésilien prenne immédiatement des mesures pour que Zelaya ne se serve plus de la protection que lui offre la protection diplomatique pour appeler à la violence. Elle a aussi menacé de  prendre des mesures supplémentaires en accord avec le droit international. De plus, les putschistes ont empêché le retour au pays de fonctionnaires de l’OEA et à des ambassadeurs. En réponse, le président brésilien a déclaré que son gouvernement ne tolérerait pas un ultimatum d’un gouvernement putschiste. Un régime répudié par les gouvernements et sociétés du monde entier, imposé par les armes et la violence, n’est pas en situation d’imposer ses conditions à une puissance régionale comme le Brésil. Seules explications possibles:  les putschistes se trouvent dans une situation désespérée ou ils ont la certitude d’une protection inavouable de l’appareil militaro-industriel états-uniens.

Source: La Jornada

 

Attaques Acoustiques et Chimiques

Ces derniers jours de nombreuses informations en provenance du Honduras font état de l’utilisation contre l’ambassade brésilienne par les putschistes de produits chimiques et engins assourdissants. Des observateurs et journalistes sur place ont confirmé l’utilisation de LRAD ( Long Range Accoustic Device – engin acoustique de longue portée) et cela a également été documenté par des photographes. Alors que les armes acoustiques ont été utilisées ces derniers jours, vendredi les forces armées ont pulvérisé l’ambassade avec des gaz toxiques et selon certains comptes-rendus elles en aurait introduit dans le bâtiment via le système d’évacuation. Une conférence de presse a révélé les résultats d’analyses du gaz, réalisée par le spécialiste Dr Mauricio Castellanos. Le rapport conclut que « ce mélange est d’un point de vue technologique purement militaire et interdit par les accords internationaux. L’exposition prolongée à ce gaz est mortel pour n’importe quel organisme vivant. »

Source: Counterpunch

 

Soutenez le Honduras: boycottez Chiquita

En réponse à l’appel lancé par le Front National contre le Coup d’Etat au Honduras, et dans le but de rejeter et boycotter les entreprises qui financent le coup d’Etat, nous demandons votre soutien pour mener un boycott mondial indéfini contre la compagnie bananière Chiquita qui appuie les putschistes (voir l’article du Grand Soir).

Comment faire?

    1.    N’achetez pas de produits Chiquita
    2.    Diffusez le boycott parmi vos amis, famille et proches
    3.    Imprimez sur des t-shirts, posters, flyers le logo du boycott
    4.    Publiez le lien du blog sur vos pages web
    5.    Allez sur la page de Chiquita et envoyez le message suivant

I DON’T BUY CHIQUITA BECAUSE IT SUPPORTS COUP DE ETAT IN HONDURAS
(Je n’achète pas Chiquita car elle soutient le coup d’Etat au Honduras)

Source: http://boicotchiquita.blogspot.com/

 

Honduras: le fournisseur de gaz israéliens, un vieil associé de la connexion Bush-Posada

Yehuda Leitner, résident au Honduras, dénoncé comme fournisseur d’armes et de gaz toxiques à la dictature hondurienne de Roberto Micheletti, est un ex officier de l’armée israélienne qui a appartenu dans les années 80 au réseau de contrebande du multimillionnaire Gerard Latchinian, qui fournissait en armes les cubano-américains Félix Rodriguez et Luis Posada Carriles dans leurs opérations du scandale Iran-Contra. La ministre des Affaires étrangères du gouvernement constitutionnel du Honduras, Patricia Rodas, a dénoncé ce vendredi 25 septembre à Washington  le fait que des sources du renseignement militaire demeurées fidèles à Zelaya ont rapporté que « les produits chimiques et les armes du siège de l’ambassade du Brésil à Tegucigalpa ont été fournis par les entreprises Alfacom et Intercom », propriétés du citoyen israélien Yehuda Leitner, qui « a servi d’intermédiaire  avec Israël ». (…)
Yehuda Leitner fait fortune plus que jamais au Honduras.  Il a accès directement au bureau du dictateur Micheletti et de ses spécialistes de la répression.   Il gère ses opérations de pourvoyeur de la mort depuis ses bureaux du quartier  Colonia El  Prado, rue Golan, Numéro 2231, à Tegucigalpa.

Source: article de Jean-Guy Allard