Brèves Gaza n° 4 : témoignages, analyses, actions…

14 janvier 2009

Témoignage d’un enfant – Histoire d’une famille palestinienne – Quand j’étais à Jérusalem… – Avons traversé les quartiers effondrés – « Comme Juif et résistant, j’ai honte ! » – Boycott à Hollywood – Unicef : femmes et enfants victimes – ONU : « des crimes de guerre » – Même Juppé – Des effets incontrôlables sur l’opinion arabe – A l’ONU, boycott ! – L’Europe et Israël ont réussi à tromper leurs peuples – Au TPI ! – La RATP et la Palestine – Bricmont ; les Palestiniens ne sont pas coupables pour 40-45 – Ouvrons des écoles de déchiffrage – Israël teste de nouvelles armes américaines à Gaza – Aide US – Roland Dumas dénonce Sarkozy, « complice du nettoyage ethnique »

Témoignage d’un enfant :

Le journaliste : Bonjour Louay

Louay (l’enfant) : Bonjour Monsieur,

Le journaliste : raconte nous ce qui t’es arrivé

Louay (l’enfant) : C’était au moment de la trêve des trois heures, on nous a dit que les soldats israéliens sont partis, alors nous sommes retournés à notre maison pour chercher à manger et à boire, puis avons quitté la maison. Mon père est retourné seul à la maison pour chercher d’autres affaires que nous avons oubliées et je l’ai attendu dehors avec mes deux cousins.

A ce moment là les soldats nous ont bombardés.

Histoire d’une famille palestinienne

Vous m’avez demandé de vous raconter brièvement l’histoire de ma famille. La voici. Mon père est originaire de Safad (Nord) et ma mère de Jaffa (à côté de Tel Aviv). Concernant la famille de mon père, ils ont été expulsés de Palestine en 1948, de force, et se sont installés dans différents pays voisins (Liban, Syrie et Jordanie), dans différents camps de réfugiés. Mon père est né en Syrie (1956) et y a grandi. Au début des années 80, étant étudiant en médecine, il fuit la Syrie pour le Liban (suite à la répression du régime syrien), où il intègre un service médical dans le camp de réfugiés de Ain el Helwé. Quelques temps plus tard, il obtient un visa pour la France, pour pouvoir y poursuivre ses études. C’est ainsi qu’aujourd’hui mon père est pédiatre, a son propre cabinet et a obtenu la nationalité française.

Concernant la famille de ma mère :

Jaffa a été le theâtre de nombreux combats entre les forces armées sionistes (Hagana) et les milices palestiniennes de l’époque. Certains membres de ma famille sont morts au combat. Le reste a fui pour la Syrie principalement.

Durant une fusillade à Jaffa, une des tantes de ma mère (un bébé à l’époque) a été retrouvée sous un arbre. Je ne sais pas dans quelles circonstances elle a été abandonnée de la sorte. Cependant, par miracle, et là encore je ne sais pas comment, elle a été restituée quelques jours plus tard à ses parents. Aujourd’hui la majorité de la famille de ma mère est installée en Syrie. Certains de la deuxième et troisième génération sont partis aux USA, et dans les pays du Golfe.

Voilà en gros l’histoire de ma famille.

M.

Quand j’étais à Jérusalem…

Un bien modeste témoignage datant d”un voyage privé en1990. A l”entrée de la vieille ville de Jérusalem un policier à cheval sans raison bouscule un étal. Témoin je crie’ why ?’ aussitôt je suis entouré de policiers . Ma nationalité française fera que je ne serais pas inquiété.

Dans un magasin de faïence quasi vide, je m”interroge et la patronne Palestinienne me répond’ cher Monsieur il n”y a rien car je n”ai plus d”argent pour acheter de la marchandise. Les impôts deviennent insupportables. Le but de l”administration israëlienne est de nous faire partir pour aussitôt occuper le lieu et y planter leur drapeau; Ainsi s”effectue l”appropriation des lieux’

A la gravité du moment, ce simple message qui se veut dénoncer l”indécence de ceux qui osent mettre dos à dos les parties en présence.

FO

Avons traversé les quartiers effondrés :

Hélène Flautre est rentrée à Gaza à 13H30 et a envoyé un message à 15H50.

“Avons traversé les quartiers effondrés, croisons des gens sur leur charette ou mobylette profitant de la trêve; 2 bombes explosent pourtant à 1km de là, visitons un abri d’UN: 1215 personnes, l’école des garçons, ils sont 30000 ds Gaza sans maison, plein d’enfants qui nous serrent la main, sourient, nous retiennent. Des abris comme cela sont bombardés, aucune protection, aide au compte-goutte,des femmes en deuil, l’unrwa assure notre transport seulement pendant la trêve; population piégée, en danger, bombardée. Nous quittons sous les bombes.”

« Comme Juif et résistant, j’ai honte ! »

Lettre à l’ambassadeur israélien en France

Le 3 janvier 2009

Monsieur l’Ambassadeur,

Pour vous c’est shabat, qui devait être un jour de paix mais qui est

celui de la guerre. Pour moi, depuis plusieurs années, la colonisation

et le vol israélien des terres palestiniennes m’exaspère. Je vous écris

donc à plusieurs titres : comme Français, comme Juif de naissance et

comme artisan des accords entre l’Université de Nice et celle de Haiffa ..

Il n’est plus possible de se taire devant la politique d’assassinats et

d’expansion impérialiste d’Israël. Vous vous conduisez exactement comme

Hitler s’est conduit en Europe avec l’Autriche, la Tchécoslovaquie .Vous

méprisez les résolutions de l’ONU comme lui celles de la SDN et vous

assassinez impunément des femmes, des enfants ; n’invoquez pas les

attentats, l’Intifada. Tout cela résulte de la colonisation ILLEGITIME

et ILLEGALE. QUI EST UN VOL. Vous vous conduisez comme des voleurs de

terres et vous tournez le dos aux règles de la morale juive. Honte à

vous :Honte à Israël ! Vous creusez votre tombe sans vous en rendre

compte. Car vous êtes condamné à vivre avec les Palestiniens et les

états arabes. (…)

Personnellement, je vous combattrai de toutes mes forces comme je l’ai

fait entre 1938 et 1945 jusqu’à ce que la justice des hommes détruise

l’hitlérisme qui est au cœur de votre pays. Honte à Israël.

J’espère que votre Dieu lancera contre ses dirigeants la vengeance qu’ils

méritent. J’ai honte comme Juif, ancien combattant de la 2ème guerre

mondiale, pour vous. Que votre Dieu vous maudisse jusqu’à la fin des

siècles ! J’espère que vous serez punis..

André Nouschi

Professeur honoraire de l’Université

Boycott à Hollywood

Des stars de Hollywood (dont Salma Hayek, Sharon Stone, Whitney Houston, Halle Berry, Drew Barrymore, Brooke Shields, Andie Macdowell et Lucy Liu) ont exigé le retrait immédiat de leurs photographies sur les sites internet de Lev Leviev (marques : Zara, Bershka, Pull and Bear, Massimo Dutti, Stradivarius, Oysho, Kiddy’s Class – Skhuaban, Zara Home, Uterqüe). Déjà l’ONG britannique Oxfam depuis janvier 2008 et l’UNICEF depuis juin 2008 ont coupé tout lien avec le célèbre milliardaire (210e fortune du monde) et refusé tout don de sa part, compte tenu de l’origine criminelle de sa fortune et des projets illégaux qu’il finance.. Lev Leviev, principal concurrent de De Beers, a constitué un empire financier sur l’exploitation des diamants africains, notamment angolais, en entretenant des situations de guerre. Via la holding Africa Israël Investments, il possède aujourd’hui de nombreuses sociétés immobilières dans le monde (Danya Cebus, AFI), des groupes financiers, des hôtels, des sociétés gazières et pétrolières (Alon/Fina), des médias (Israel Plus TV) et des chaînes de mode. En violation des résolutions de l’ONU, il a utilisé sa fortune pour construire des colonies de peuplement sioniste en volant des terres dans les Territoires palestiniens. Vous aussi, vous pouvez exiger le respect du droit international : boycottez les sociétés qui servent au financement de l’apartheid et de la guerre.

http://www.voltairenet.org/article158942.html

Unicef : femmes et enfants victimes

La majorité de nombreuses victimes dans les combats en cours dans la bande de Gaza sont des enfants et des femmes, a déploré le Fonds des Nations unies pour l”Enfance (Unicef).

ONU : « des crimes de guerre »

La Haute commissaire de l’ONU pour les droits de l’Homme, Navi Pillay, a pour sa part dénoncé de “très graves violations de droits de l’homme” qui peuvent selon elle “constituer des crimes de guerre”. (-Avec AFP).

Même Juppé

J’ai toujours aimé Israël. J’admire son peuple, si créatif et si courageux. Je suis attaché à l’existence de l’Etat d’Israël, à son intégrité, à sa sécurité qui ont toujours été, à mes yeux des exigences absolues.

Mais, aujourd’hui, j’avoue que je ne comprends plus. Je suis même malheureux de voir les autorités israéliennes, apparemment soutenues par l’immense majorité de leurs citoyens, se fourvoyer à ce point. Où donc l’attaque sauvage qu’elles mènent contre Gaza peut-elle les mener?

http://www.al1jup.com/?p=457

Des effets incontrôlables sur l’opinion arabe

La princesse Haya al-Hussein de Jordanie, Messager de la paix de l’ONU, a mis en garde dimanche contre le risque de “débordements” de l’opinion publique arabe face à l’offensive israélienne à Gaza. “Il s’agit d’une menace que le monde ne peut ignorer. La colère, la frustration, l’humiliation et la douleur ressenties par l’opinion arabe ne peut être contrôlée et risque de déborder”, a déclaré la princesse Haya, épouse du gouverneur de Dubaï, Mohammed bin Rached al-Maktoum.

La princesse, désignée Messager de la paix de l’ONU en septembre 2007, a estimé à “300.000 le nombre de personnes dans la bande de Gaza qui sont confrontées à la famine”.

Publié le 11/01/2009 13:56 – Modifié le 11/01/2009 à 14:04 | © 2009 AFP

La Dépêche.fr

A l’ONU, boycott !

L’Assemblée générale de l’ONU a examiné les 24 et 25 novembre 2008 le rapport du Secrétaire général sur la situation en Palestine. Le président de l’Assemblée, Miguel d’Escoto Brockmann (Nicaragua), a fait de ce débat une question de principes. Ouvrant la séance, il a déclaré :

« Je presse la communauté internationale d’élever sa voix contre la punition collective de la population de Gaza, une politique que nous ne pouvons pas tolérer. Nous exigeons la fin des violations massives des Droits de l’homme et appelons Israël, la Puissance occupante, à laisser entrer sans délai les ressources humanitaires et autres dans la Bande de Gaza. J’ai parlé ce matin de l’apartheid et de comment le comportement de la police israélienne dans les Territoires palestiniens occupés semble si proche de celui de l’apartheid, à une époque révolue, un continent plus loin. Je crois qu’il est très important que nous, aux nations Unies, employons ce terme. Nous ne devons pas être effrayés d’appeler les choses par leur nom. Ce sont les Nations Unies après tout qui ont élaboré la Convention internationale contre le crime d’apartheid, explicitant au monde entier que de telles pratiques de discrimination institutionnelle doivent être bannies lorsqu’elles sont pratiquées.

L’Europe et Israël ont réussi à tromper leurs peuples

Discours de Nabil El-Haggar
au nom des organisateurs, devant 20 000 personnes, Lille, samedi 10 janvier 2009

Quelle formidable mobilisation…! une mobilisation inégalée, nous sommes de milliers venant de toutes les villes de la région, des jeunes et moins jeunes, des femmes et des hommes, des Français de toutes les origines à arpenter les rues lilloises.

L’Europe et Israël ont réussi à tromper leurs peuples en ne disant pas la vérité sur ce conflit et sur la création de l’Etat d’Israël ni sur le mal et les souffrances qui ont été causés au peuple palestinien en 1948. Aujourd’hui, cette mobilisation montre que le mensonge et le camouflage de la vérité ne suffiront plus pour tromper les peuples européens.

Au TPI !

La place où devraient se trouver plusieurs des dirigeants israéliens de ces dernières années, dont les dirigeants actuels, c’est le Tribunal Pénal International comme accusés de crimes contre l’humanité. Si les grands médias avaient un souci de vérité, ils devraient au moins envisager cette éventualité.

AD

LA RATP ET LA PALESTINE


par Michel Gurfinkiel
La RATP a fixé des affichettes sur les arrêts du bus 76 pour annoncer des perturbations le samedi 10 janvier, en raison “d’une manifestation de solidarité avec la Palestine”.
A ma connaissance, c’est la première fois que la RATP indique ainsi l’objet d’une manifestation. Elle ne s’y prendrait pas autrement si elle voulait inciter ses usagers à y participer.


MG

Bricmont ; les Palestiniens ne sont pas coupables pour 40-45

Ceux qui veulent faire quelque chose s’en tiennent trop souvent à des exigences irréalistes — demander la création d’un tribunal international pour juger les criminels de guerre israéliens ou demander une intervention efficace de l’ONU ou de l’Union Européenne. Tout le monde sait très bien que rien de cela ne se fera, parce que les tribunaux internationaux, par exemple, ne font que refléter les rapports de force dans le monde et ceux-ci sont pour le moment en faveur d’Israël. Ce sont ces rapports de force qu’il faut changer et cela ne peut se faire que petit à petit. C’est vrai qu’il y a « urgence » pour Gaza, mais il est tout aussi vrai que rien ne peut être fait aujourd’hui, précisément parce que le patient travail qui aurait dû être fait dans le passé n’a pas été accompli.

(…)

Une autre explication de la mansuétude envers Israël est la « culpabilité » occidentale par rapport aux persécutions antisémites du passé, en particulier les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale. A ce sujet, on remarque parfois que les Palestiniens ne sont en rien coupables de ces horreurs et ne doivent pas payer pour les crimes des autres. C’est vrai, mais ce qui n’est presque jamais dit et qui est pourtant évident, c’est que l’immense majorité des Français, des Allemands ou des prêtres catholiques aujourd’hui sont tout aussi innocents que les Palestiniens de ce qui s’est passé pendant la guerre, pour la simple raison qu’ils sont nés après la guerre ou étaient enfants pendant celle-ci. La notion de culpabilité collective était déjà très discutable en 1945, mais l’idée de transmettre cette culpabilité aux descendants est une idée quasiment religieuse.

3. Pour ce qui est des initiatives pratiques, elles se résument en trois lettres : BDS- Boycott, désinvestissements, sanctions (http://www.bdsmovement.net).

Un argument fréquent contre le boycott est qu’il est rejeté par des Israéliens progressistes et un certain nombre de Palestiniens « modérés » (bien qu’il soit soutenu par la majorité de la société civile palestinienne). Mais la question n’est pas principalement de savoir ce qu’eux veulent, mais quelle politique étrangère nous voulons pour nos propres pays. Le conflit israélo-arabe dépasse de loin l’enjeu local et a atteint une signification mondiale ; de plus, il engage la question fondamentale du respect du droit international. Nous, Occidentaux, pouvons parfaitement vouloir nous joindre au reste du monde, qui rejette la barbarie israélienne, et cela est déjà une raison suffisante pour encourager le boycott.

10 janvier 2009

Ouvrons des écoles de déchiffrage

Alors, ouvrons des écoles populaires de déchiffrage, pourquoi pas de journalisme, mais aussi d’art, de musique, pour que nos voisins, jeunes et vieux, apprennent à déchiffrer explicitement (implicitement je crois qu’ils s’en doutent un peu) les non-dits. Prendre deux bandes magnétiques, deux photos, comparer les faits et les mots, apprendre à “lire” les messages pour les dénoncer avant qu’ils ne fassent leurs effets anesthésiant des cerveaux qu’on ne doit pas laisser libres pour coca-cola !

RL

Israël teste de nouvelles armes américaines à Gaza

Un rapport établi par des experts américains considère qu’Israël, à travers son offensive contre Gaza, expérimente une partie des armes développées par les États-Unis au cours des dernières années et que ce sont ces armes américaines fournies à Israël qui ont fortement encouragé l’état sioniste à déclencher sa guerre contre Gaza.

L’agence “Inter Presse Service” rapporte que M. Mouin Rabbani, rédacteur en chef

du “Middle East Report” à Washington, a déclaré que « les fortes relations militaires israélo-américaines et la nature intrinsèquement belliqueuse d’Israël font que l’armée israélienne prend la tête de la mission de tests des nouvelles armes américaines dans des guerres réelles qu’elle déclenche pour servir les intérêts des Etats-Unis et ses intérêts personnels.

Mouin Rabbani a ajouté que “les armes de même nature mais beaucoup moins efficaces sont vendues aux pays arabes à des prix exorbitants pour financer l’industrie d’armement américaine et les dons militaires des USA à Israël”.

Aide US

L’administration Bush a fourni à Israël des aides “sécuritaires” dépassant les 22 milliards de dollars au cours des 8 dernières années dont 19 milliards de dollars comme aides militaires.

En outre, les États-Unis ont signé des contrats de ventes d’armes d’une valeur de 22 milliards de dollars en 2008 seulement qui comprend l’accord de fournir à Israël 75 avions de guerre de type “F 35 “, et 9 avions de transport militaire, ainsi que 4 navires de guerre.

Le député démocrate Dennis Cochin a envoyé, la semaine dernière, une lettre à la ministre américaine des affaires étrangères, Condoleezza Rice, lui rappelant que l’utilisation des armes américaines par Israël dans la Bande de Gaza, pourrait constituer une violation aux exigences de la loi de 1967 sur le contrôle des exportations.

En effet, la loi américaine précise que l’utilisation des armes américaines, sont limitées principalement à des fins de sécurité intérieure ou de légitime défense. Or les forces israéliennes ont utilisé des avions de guerre de type “F-16” et des hélicoptères “Apache” américaines pour lancer des opérations comme celles qui ont tué 40 palestiniens réfugiés dans une école de l’Organisation des Nations Unies.

Et le député américain conclut qu’ « Israël n’est pas au-dessus du droit international et il doit-être jugé pour ce qu’il est en train de faire».

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/8247D19B-D0AC-4BA0-B8A8-C2986ACF8FFD.htm

Roland Dumas dénonce Sarkozy, complice du nettoyage ethnique

Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien Président du Conseil constitutionnel de la République Française (1), était interrogé par « Radio-Orient », ce jeudi 8 janvier 2009.

” Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak ont manœuvré avec leurs va-et-vient pour laisser le temps à l’armée israélienne de commettre le nettoyage humain à Gaza. C’est une terrible catastrophe quand on voit les résultats des massacres intervenus (…) sans qu’il y a une révolte autre que verbale (…). Des gens qui ne voulaient absolument pas arrêter le conflit immédiatement et qui laissaient le temps à Israël de faire son massacre (…).”

” L’attitude de Monsieur Moubarak avec son complice, le président de la République française consiste à laisser le temps de la discussion, par des allers-retours, à l’armée israélienne de faire son travail, comme elle a l’habitude de le faire tous les deux ou trois ans, c’est-à-dire le nettoyage ethnique et inadmissible, je trouve que c’est amuser la galerie pour rien (…). La diplomatie est complice de l’administration américaine et de l’administration égyptienne… “.