Agression du RER D : des excuses, svp !

Notre émoi et notre indignation sont grandes face à la légèreté et à l'irresponsabilité de nos gouvernants, de la quasi unanimité des dirigeants politiques et des médias, qui se sont une fois de plus précipités sans attendre d'être en possession d'éléments déterminants, pour livrer en pâture à l'opinion publique "des jeunes Maghrébins et Africains", accusés d'un délit antisémite très grave, dont la réalité devait cependant être rapidement mise en doute. La jeune femme déclarant avoir été agressée sur la ligne du RER D, a désormais reconnu la totale affabulation.

Il nous semble que la plus grande prudence aurait dû être de mise dans ce genre d'affaires, notamment après la série de faux actes antisémites auxquels nous avons eu droit récemment et qui ont fait couler beaucoup d'encre quand il s'est agi de crier à l'antisémitisme, et bien peu quand il s'est avéré que l'information était erronée.

Faut-il rappeler que le rabbin Farhi a mensongèrement déclaré qu'il avait été poignardé par un individu criant "Allah Akbar", qu'Alexandre Moïse, président de la Fédération sioniste de France, a porté plainte contre les nombreuses menaces qu'il s'envoyait lui-même avant d'être confondu et condamné, que la police a démonté l'histoire de la jeune fille de Montpellier à laquelle on aurait dessiné une étoile juive sur le bras, qu' Elie Chouraqui a manipulé un reportage télévisuel sur le soi-disant antisémitisme d'élèves d'origine maghrébine de Montreuil, que l'incendie de l'école juive de Gagny a été présenté comme un acte antisémite alors qu'aucune preuve dans ce sens n'a été apportée, bien au contraire, et qu'en juin dernier nous avons eu droit à la fameuse affaire d'Epinay où un malade mental a poignardé plusieurs personnes de diverses origines (juive, haïtienne, algérienne et portugaise), ce qui n'a pas pas empêché les pouvoirs publics de ne s'intéresser qu'à la victime juive et à faire croire à un acte antisémite ?

Et chaque fois nos gouvernants, relayés par différents dirigeants politiques et journalistes, reproduisent le même schéma qui consiste à ne jamais dénoncer les nombreuses agressions racistes effectivement commises dans notre pays, mais à hurler avec les loups, à afficher leur compassion de manière sélective, en l'occurrence quand le mot "juif" est prononcé, et à se dispenser d'excuses quand il s'avère qu'ils nous ont alarmés pour rien.

En outre, nous avons régulièrement droit au couplet qui consiste à prétendre que ce sont les critiques formulées à l'encontre de la politique israélienne qui "attisent la haine" et sont responsables des actes antisémites commis en France. Un climat odieux est créé de toutes pièces pour nous faire croire que la France entière est antisémite, sous l'influence de l'islam, bien entendu.

Il nous parait criminel non seulement de jouer de la sorte avec l'émotion, et d'afficher un tel mépris pour la vérité et pour les minorités régulièrement mise à l'index, mais aussi de banaliser peu à peu l'antisémitisme par la même occasion. Car quand un acte antisémite grave se produira vraiment, ce que l'on ne peut exclure, qui le prendra encore au sérieux à ce rythme ?

Et qui aura envie de s'indigner si l'indignation devient une denrée aussi sélective ? Nombreux sont les citoyens choqués par ce "deux poids, deux mesures" qui fait que nous n'entendons quasiment jamais parler des actes racistes anti-arabes ou anti-africains, pourtant fort nombreux, et avérés, dans notre pays.

Il nous semble urgent que les responsables politiques et médiatiques du dernier déchaînement aient au moins la décence de faire des excuses à ceux qu'ils viennent d'accuser injustement, stigmatisant par là même toute un partie de la population. Nous exigeons également que soient publiés tous les rapports concernant les enquêtes effectuées sur les affaires soi-disant antisémites qui ont fait grand bruit ces derniers mois avant d'être pudiquement enterrées.

Nous appelons pour ce faire à un rassemblement jeudi 15 juillet à 18 h devant le siège de France Télévisions, au 7, Esplanade Henri de France. 75015 Paris. M° Balard ou RER C Station Bd Victor, ainsi qu'à une manifestation de solidarité vendredi 16 juillet à 11 H sur le marché de Sarcelles.

Euro-Palestine, CAPJPO (Coordination des Appels pour une Paix Juste au proche-Orient), Vigie Media Palestine,

Communiqué du 14 juillet 2004

Euro-Palestine

ADRESSE : Euro-Palestine

23 rue du Départ

75014 PARIS

E-mail : [email protected]

SITE INTERNET : www.europalestine.com <http://www.europalestine.com>