A la Saint-Valentin, ne dites pas “Je t’aime” avec des fleurs israéliennes !

A la Saint Valentin, il est devenu courant de déclarer sa flamme en offrant une fleur or les fleurs sont aujourd’hui le premier produit d’exportation agricole d’Israël, un pays qui, en hiver, exporte ses fleurs vers nos contrées en même temps que les fleurs de l’hémisphère Sud.
www.convergencedes causes

C’est une aubaine pour la société israélienne Agrexco qui exporte chaque année vers l’Union-Européenne des tonnes de fleurs.

Les fleurs arrivent via des cargos spécialisés de la compagnie au port de Marseille ou encore à l’aéroport de Bierset – Liège via les vols de nuit des compagnies israéliennes Cargo Air Line (CAL) ou El Al. Elles partent alors rapidement en camions vers les Pays-Bas où, « toutes fraîches », elles sont vendues sur les bourses aux fleurs, d’où elles repartent « Made in Holland » vers le reste du monde (Benelux, Scandinavie …).

La société Agrexco, dont une part importante du capital est détenue par l’Etat d’Israël s’est associée à CAL pour constituer LACHS et elle exporte aussi chez nous des agrumes, des légumes et d’autres produits agricoles de marques Carmel, Ecofresh, Bio Top ou encore des dattes (Jordan Rivers) …Beaucoup de ces produits proviennent des exploitations coloniales israéliennes installées dans les territoires palestiniens et notamment de la vallée du Jourdain.. L’aéroport géré par la SAB est ainsi devenu en une dizaine d’années une plaque tournante de ce commerce honteux et juteux avec Israël et ses entités coloniales illégales.

Malgré les pressions citoyennes et associatives, les Ministres de l’Union Européenne ont quant à eux fait le choix politique de participer au commerce avec les colonies et si l’UE a décidé en février 2005 que les douanes auraient à taxer les produits des colonies, elle a accordé longtemps à ces produits un tarif préférentiel en autorisant Israël à violer la règle d’origine convenue lors du partenariat UE-Israël conclu à Barcelone en 1995.

En ce qui concerne les consommateurs, ils sont souvent complices, à leur insu, des crimes de guerre et des violations du droit international commis par Israël et ses colons : l’étiquetage n’indique pas évidemment que ces produits qu’ils trouvent dans les échoppes, sur le marché ou dans les grandes surfaces ont pour origine les territoires occupés ou les colonies et la traçabilité est tout sauf facile !

La colonisation des territoires occupés constitue un des principal obstacle sur le chemin vers la paix. La Cour Pénale Internationale a qualifié de crimes de guerre les transferts de population. C’est une violation flagrante de l’article 49 de la Convention de Genève, signée notamment par la Belgique qui est tenue de la faire respecter. Or Agrexco tire clairement profit de la situation. Cela est d’autant plus grave que le Premier ministre Israélien Ehoud Olmert a annoncé clairement il y un an l’annexion de la Vallée du Jourdain et que depuis le processus est déjà fortement engagé. Israël contrôle déjà 95% de la Vallée.

Les colons et l’armée volent les terres, construisent des serres et des « zones militaires ». Les Palestiniens sont confrontés à l’épuration ethnique, et contraints d’obéir aux ordres militaires de l’occupant. Des villages sont privés d’eau, des habitations déclarées « illégales » par l’armée israélienne sont démolies et de nombreuses familles doivent survivre dans une extrême pauvreté. Alors, dite je t’aime, oui ! Mais pas en soutenant une société qui tire profit de la colonisation, de l’occupation et de l’épuration ethnique ! Il y a bien d’autres façons de dire « je t’aime » !!!

A la Saint Valentin, dites je t’aime mais pas avec des fleurs de la société AGREXCO !

publié le lundi 12 février 2007.

Source : http://www.anti-imperialism.net/lai…

publié sur : [http://www.convergencedescauses.com/]