À PolBru, on tabasse gratis

Délits de sale gueule ou d’opposition : la délinquance policière reste parfois impunie… En 2005, le journaliste Michel Collon faisait condamner les flics Van Impe et Jongen qui l’avaient salement amoché dans un combi après une arrestation arbitraire : quatre côtes cassées, des semaines d’immobilisation. C’était en 1999, lors d’une manifestation pour la paix qui s’opposait aux bombardements de l’OTAN sur la Yougoslavie. Mais que vaut un jugement s’il n’est pas appliqué ?



 


La ville de Bruxelles doit encore 7 000 € à Collon pour le remboursement des frais d’avocats sur un total de 10 000 €, quatre ans après la fin d’un procès dont le plaisir fut largement tiré en longueur : première instance, appel et cassation, le tout sans argument, avec la certitude de perdre aux frais du contribuable.


Aujourd’hui, Freddy Thielemans (PS) continue de protéger sa police, qui n’en était pourtant pas à son coup d’essai : Frank Van Impe s’était déjà illustré dans d’autres affaires en 2002, dont il était fièrement sorti blanchi au bénéfice du doute ou parce que, décidément, ses « compétences » le rendaient indispensable ! Dans une lettre datée de mars 2009 et adressée au bourgmestre de Bruxelles, au Conseil communal et aux présidents de parti, Collon rappelle les faits.


Di Rupo, premier de classe, est le seul à répondre mais botte en touche : « Il m’est impossible de m’immiscer dans une procédure de justice », même « avec la meilleure volonté du monde ». Comment mieux refiler la patate chaude en feignant de n’avoir rien compris… la procédure étant bouclée depuis quatre ans.


La question demeure : pourquoi ne pas payer ? La ville de Bruxelles aurait eu tout intérêt à verser lesdits 7 000 écus, en « stoemelinckx », entre la note de GSM et le contrôle technique des Mercedes. En quelque sorte, faire le moins de vagues possibles face à une affaire peu reluisante pour les forces de l’ordre.


D’autant que certaines langues se sont déliées pour dénoncer la brutalité des flics de PolBru dont l’inclination à la castagne est de notoriété publique dans les Marolles. À tel point d’ailleurs que dans une pièce de théâtre scolaire, des élèves ont un jour représenté Van Impe en Columbo sanguinaire…


Source: Le Pan