500 000 métallurgistes débrayent en Allemagne

Vendredi dernier, les grèves d’avertissement de 24 heures dans les industries métallurgique et électrique ont pris fin. Selon le syndicat IG Metall, les chaînes de montage ont été fermées dans 97 entreprises, touchant environ 304 000 employés. Dans l’ensemble, plus de 500 000 travailleurs ont participé aux grèves de 24 heures qui avaient débuté mercredi.

 

En Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, toute l’industrie automobile a été fermée vendredi. Les travailleurs se sont mis en grève dans de nombreux chantiers navals et dans les usines d’Airbus à Hambourg, Brême et en Basse-Saxe. En outre, plus de 56 000 employés des sites Volkswagen de Wolfsburg, Salzgitter, Braunschweig, Kassel, Emden et Hanovre ont débrayé temporairement.

La détermination des travailleurs à combattre les entreprises est énorme. IG Metall a limité les votes de grève à un peu moins de 280 entreprises sélectionnées, mais partout l’appel à la grève a reçu 95 à 100 % de soutien. Les travailleurs résistent à des années de réduction des salaires et à des charges de travail accrues qui ont rapporté des milliards aux PDG et aux actionnaires. Par exemple, le groupe Daimler a affiché un chiffre d’affaires et un résultat net records au 1er février. Les actionnaires se sont vu promettre des dividendes allant jusqu’à 4 milliards d’euros.

 

L’enregistrement des grévistes dans le hall d’exposition à Leipzig

 

Cependant, IG Metall est tout aussi déterminé à conclure un accord au rabais avec les entreprises. Vendredi, le dirigeant syndical Jörg Hofmann a déclaré : « Maintenant, c’est aux employeurs de comprendre ce signal et de repartir sur une bonne base. Si les employeurs montrent cette volonté, les négociations peuvent être poursuivies lundi. » Selon un reportage du Stuttgarter Nachrichten, les syndicats et les employeurs ont déjà convenu de poursuivre les négociations lundi pour conclure rapidement l’accord modèle pour le Bade-Wurtemberg. « Dans les coulisses, la discussion n’a jamais été rompue de toute façon », écrit le journal.

IG Metall a organisé les grèves pour contrôler la colère des travailleurs. Les syndicats s’attendent à une résistance farouche, notamment en raison des attaques contre les acquis sociaux et des projets de réarmement que mettra en place le futur gouvernement allemand.

Le fait que les syndicats soutiennent pleinement le programme de droite d’un nouveau gouvernement de la Grande coalition entre le Parti social-démocrate (SPD) et les partis conservateurs s’est bien vu lors du récent Conseil des syndicats. D’après un reportage de Der Spiegel, divers représentants syndicaux ont fait pression sur le leader du SPD, Martin Schulz, pour qu’il conserve Sigmar Gabriel au poste de ministre des affaires étrangères. Au cours des derniers mois, Gabriel a mené la campagne tambour battant pour le retour de l’Allemagne à une politique étrangère et de grande puissance agressive, exigeant, entre autres choses, que l’Allemagne agisse à nouveau comme un « carnivore » sur la scène mondiale.

IG Metall soutient la politique militariste et anti-ouvrière de la Grande Coalition et fait tout ce qui est en son pouvoir pour démobiliser les travailleurs. Il a systématiquement isolé les grèves et a évité toute action de grève ou manifestation majeure conjointes. Aux piquets de grève et aux innombrables mini-rassemblements devant les portes des usines, on rencontre presque exclusivement des délégués syndicaux et membres des comités d’entreprise.

À Leipzig, IG Metall a déplacé le lieu d’inscription des grévistes des piquets de grève vers le parc des fêtes foraines. Là, les employés de l’usine Porsche avaient été convoqués jeudi et ont ainsi été complètement séparés des travailleurs de l’usine BMW qui sont venus le lendemain. La scène rappelait plus un bureau de poste qu’une grève en cours.

Dilakshan, qui travaille chez Daimler Axis à Mettingen, a déclaré que les travailleurs ne participaient pas aux piquets de grève parce qu’ils savaient qu’ils étaient dominés par des dirigeants du syndicat et des comités d’entreprise qu’ils détestent. Les travailleurs ont été informés qu’ils n’auraient pas à participer aux piquets pour obtenir une indemnité de grève, a déclaré Dilakshan.

 

Piquets de grève à l’usine Mercedes à Sindelfingen

 

Luigi, un travailleur de l’usine Mercedes de Sindelfingen, a déclaré que les travailleurs veulent faire grève mais ne s’intéressent pas aux protestations creuses du syndicat. « Les travailleurs savent que IG Metall ne fait pas grève pour les six pour cent de plus de salaire et une semaine de 28 heures. Un sale compromis a déjà été élaboré. C’est juste une fraude. »

Les travailleurs ordinaires qui ont participé aux piquets et aux rassemblements ont exprimé leur scepticisme envers les syndicats et leur hostilité envers la Grande coalition.

Lors du rassemblement au siège social de Bosch à Stuttgart-Feuerbach, Peter, qui a commencé comme apprenti à l’usine il y a quarante ans, a déclaré : « J’ai vu beaucoup de négociations de ce genre. » Il a dit qu’IG Metall devrait être plus agressif, mais il n’y croit pas étant donné les expériences du passé. « Le rôle des syndicats est finalement de maintenir l’ordre dans les usines et de sauvegarder la production. »

Peter a décrit les projets d’une Grande Coalition renouvelée comme une honte. Même le dernier gouvernement a restreint l’entrée des réfugiés, a-t-il dit. Maintenant, ils veulent fermer complètement les frontières, tout en créant de nouvelles raisons pour que les gens abandonnent leurs foyers. « Vous pouvez voir à la télévision les photos des villes bombardées. Et l’Allemagne continue de fournir des armes partout dans le monde et de causer d’autres destructions. »

 

Piquet de grève à l’usine BMW de Berlin

 

Aux piquets de grève à l’usine BMW de Berlin, un jeune travailleur permanent a déclaré sa solidarité avec les nombreux travailleurs intérimaires qui reçoivent des salaires beaucoup plus bas, une pratique acceptée par les syndicats, et ne sont pas concernés par les revendications salariales actuelles. « Je pense que les revendications syndicales relatives aux travailleurs intérimaires ne sont pas suffisamment prises en compte. Nous avons tellement d’intérimaires dont les emplois sont incertains chez BMW. Ils sont à peine représentés ici au rassemblement. »

Interrogé sur le gouvernement de coalition, il a déclaré : « Le SPD n’est plus un parti ouvrier. Il n’a plus rien à voir avec nous, car la direction d’IG Metall est également largement représentée au sein du SPD, donc, on ne peut pas s’attendre à ce qu’il élargisse la grève. » La perspective internationale du Sozialistische Gleichheitspartei (SGP, Parti de l’égalité socialiste) l’a impressionné. « Il est logique que nous devions affronter les entreprises internationales en tant que main-d’œuvre internationale. »

Axel, qui travaille à l’usine BMW de Leipzig, a longuement parlé de la charge de travail croissante. « Ils exigent de plus en plus d’efforts d’un nombre de travailleurs en diminution. En même temps, dit-il, son salaire est loin d’être suffisant pour subvenir aux besoins de sa famille, et c’est pourquoi sa femme doit travailler.

Il a également attaqué les politiques réactionnaires de la Grande coalition. « Nous avons vu ces dernières années que la vie est devenue très difficile pour un certain nombre de personnes. Un enfant sur cinq en Allemagne est touché par la pauvreté. Vingt ou 25 pourcents des employés allemands travaillent dans le secteur à bas salaires. »

Axel a dit qu’il voit un lien direct entre les conditions des travailleurs et la poussée vers la guerre. « L’industrie allemande de l’armement réalise des sommes d’argent énormes et stimule ainsi le développement des guerres à l’international. » Axel a déclaré que les problèmes du monde pourraient être résolus par l’expropriation de la richesse de Jeff Bezos (84 milliards d’euros de patrimoine personnelle). « Puis on en aura terminé avec la guerre. »

Des travailleurs se sont également prononcés contre la guerre et le militarisme dans la grande usine Ford de Cologne. « Les guerres comme en Syrie, le militarisme en Allemagne, les exportations d’armes de l’industrie allemande de l’armement. Je regarde cela avec inquiétude », a déclaré Yussuf.

Il a dit qu’il se méfie également des syndicats, en raison de leurs liens étroit avec le SPD. « IG Metall dit qu’il soutient les partis qui soutiennent les travailleurs. Je ne le pense pas. » IG Metall soutient une nouvelle grande coalition, a-t-il dit, mais ces partis ne soutiennent pas les travailleurs. « Cela n’a jamais été le cas de la CDU [Union Démocratique Chrétienne] et ce n’est plus le cas du SPD depuis de nombreuses années. C’est pourquoi on leur a passé un savon lors des dernières élections générales, et ce ne sera pas la dernière fois », a-t-il déclaré.

Un travailleur plus âgé a exprimé sa méfiance envers les syndicats et a dénoncé leurs négociations avec les employeurs. « Tout n’est qu’une façade. Le résultat est déjà connu », a-t-il déclaré.

« Il s’agit de tout ce qu’on a perdu, ce que nos pères et grands-pères ont construit. La répartition de la richesse et du revenu est absolument injuste », a-t-il dit. Il se plaignait que « avec des salaires de 1200 euros, c’est ce que gagnent les travailleurs intérimaires, vous ne pouvez pas projeter un avenir ». Il plaçait tous ses espoirs dans les travailleurs plus jeunes. « Les jeunes doivent se mobiliser contre les mesures d’austérité dans leur ensemble. »

 

 

Source : wsws


 

Eux n’hésitent pas : loi travail, négociations secrètes TTIP, retraites à la casse, chômeurs exclus en masse. Dans une Europe du fric, qui n’a jamais voulu être sociale.

 

Et en face ? Du côté des travailleurs ? D’abord, malgré tout, cette très bonne nouvelle : le peuple est dans la rue, partout en Europe et au-delà. Debout.

Mais quelle sera, demain, la place des syndicats? Cogérer la misère imposée, de recul en reculade ? Ou bien renouer avec les glorieuses traditions de résistance ?Camarades, je demande la parole ! propose des pistes pour rénover, démocratiser et moderniser le syndicalisme. Afin de ne pas rater le rendez-vous avec la jeunesse agressée, mais révoltée aussi et en recherche. Elle a droit à un avenir.

 

Retrouvez sur notre boutique ce nouveau livre, essentiel dans la période actuelle