39 blessés et 2 morts en 24h

Dr. Mousa, de Gaza: “Ces dernières 24h, l’hôpital Al-Awda à Gaza a à lui seul comptabilisé 39 blessés et deux morts”

Ce mardi 6 janvier, j’ai à nouveau pu contacter par téléphone le Dr. Yousef Mousa, directeur de l’Union of Health Work Committees (UHWC), notre organisation partenaire à Gaza. Je lui ai demandé de me faire part des chiffres les plus récents concernant le nombre de victimes accueillies au centre hospitalier Al-Awda.
Source: www.intal.be

Dr. Mousa: “En l’espace de 24 h, entre les matinées d’hier et d’aujourd’hui 39 blessés et deux personnes décédées – dont un enfant d’à peine 2 ans et demi – ont été acheminés vers notre hôpital. 40% des blessés présentaient de légères blessures dûes aux éclats de missiles, 50% d’entre eux souffraient de lésions plus sévères. Quant aux 10% restant, ils ont dû être opérés. Parmi tous ces blessés, il y avait 5 femmes.”

Dans la matinée du 4 janvier, une ambulance de l’UHWC a été touchée par une roquette alors que deux ambulanciers, Ala Sarhan et Arafeh Abdel Dayem tentaient d’évacuer des bléssés du village de Beit Lahiya. Les deux hommes ont été bléssés ainsi que le chauffeur qui les accompagnait. Quelques heures plus tard, Arafeh Abdel Dayem est décédé sur la table d’opération.

Y a-t-il eu d’autres attaques impliquant du personnel médical?

Dr. Mousa: “La nuit passée, une autre ambulance de l’UHWC a connu des difficultées. Alors qu’elle atteignait un bâtiment bombardé par l’armée israélienne, les soldats ont procédé à de nouveaux tirs. Notre ambulance s’est retrouvée coincée dans les débris. La situation était trop dangereuse pour nous permettre d’évacuer nos ambulanciers et les blessés. Ils ont dû attendre jusqu’au petit matin.

Il y a deux jours, des roquettes sont tombées sur une voiture de police garée sur le parking de notre hôpital. Comme ce véhicule stationnait tout près de l’entrepôt où nous stockons des produits inflammables, nous avons essayé de trouver un policier pour qu’il le déplace. Malheureusement, nos efforts ont été réduits à néant quant un hélicoptère Apache l’a détruit en tirant 4 roquettes. Quelques vitres de l’hôpital ont volé en éclats et le gardien a été légèrement bléssé.”

Comment le personnel gère-t-il le stress et le surcroît de travail?

Dr. Mousa: “Nous ne quittons pas l’hôpital, Nous n’avons pas le choix. Nous mangeons et nous dormons sur place car pour la plupart d’entre nous, rejoindre notre domicile est trop dangereux. Notre personnel est réparti en diverses équipes. Elles travaillent douze heures d’affilées et plus si nécéssaire. Les infirmiers et les médecins veulent rester à leur poste car à tout moment de nouveaux blessés peuvent arrivés. Il faut néanmoins dire qu’un certain nombre d’entreeux ne parviennent pas à rejoindre un hôpital car les ambulances peuvent être la cible d’attaques israéliennes.”

J’ai comnuniqué au Dr. Mousa les premiers résultats de notre campagne de soutien au profit de l’hôpital Al-Awda. Aujourd’hui, nous avons fait un premier versement de 4 000 euros. Mais que peut faire le Dr. Mousa avec cet argent?

Dr. Mousa: “Nous allons nous procurer des médicaments et du matériel médical. Dans la situation actuelle, les canaux traditionnels d’approvisionnement ne sont plus opérationnels, mais nous allons nous débrouiller, quitte à nous tourner vers le marché noir. Nous n’avons pas le choix.”

Comme lors de notre premier interview, le Dr. Mousa a clôturé notre conversation par de chaleureux remerciements et un message à destination de la population belge.

Dr. Mousa: “Pour nous, il est important que vous soyez nos ambassadeurs en Belgique et auprès de l’Union européenne, que vous leur transmettiez notre avis, notre réalité. Vous savez, pendant des années, la communauté internationale nous a dit que nous devions être une démocratie, organisé des élections, mais aujourd’hui elle ne veut pas tenir compte des résultats issus des urnes (à Gaza, le Hamas a remporté les élections de 2006). Visiblement, nous n’avons droit qu’à une démocratie qui obéisse aux règles, aux objectifs et à la volonté de l’Europe. N’ y a-t-il pas là, quelque chose qui ne va pas?”

Pour aider l’hôpital Al-Awda, versez votre contribution sur le compte de Médecine pour le Tiers Monde : 001-1951388-18 (communication “Gaza”).