Ma démission de The Intercept

Les mêmes tendances à la répression, à la censure et à l’homogénéité idéologique qui frappent la presse nationale en général, ont englouti l’organe de presse que j’ai cofondé, avec pour point culminant la censure de mes propres articles.

Aujourd’hui, j’ai fait part de mon intention de démissionner de The Intercept, le média que j’ai cofondé en 2013 avec Jeremy Scahill et Laura Poitras, ainsi que de sa société mère First Look Media.


La dernière cause, déterminante, est que les rédacteurs de The Intercept, en violation de mon droit contractuel à la liberté éditoriale, ont censuré un article que j’ai écrit cette semaine, refusant de le publier à moins que je ne supprime toutes les sections critiques à l’égard du candidat démocrate à la présidence Joe Biden, le candidat soutenu avec véhémence par tous les rédacteurs de The Intercept basés à New-York qui participent à cet effort de censure.

L’article censuré, basé sur des courriels et des témoignages récemment révélés, a soulevé des questions critiques sur la conduite de Biden. Non contents de simplement empêcher la publication de cet article dans le média que j’ai cofondé, ces rédacteurs d’Intercept ont également exigé que je m’abstienne d’exercer un droit contractuel distinct de publier cet article dans toute autre publication.

Je n’avais aucune objection à ce qu’ils soient en désaccord avec mon point de vue sur ce que montre cette preuve de Biden : comme ultime tentative pour éviter d’être censuré, je les ai encouragés à exprimer leur désaccord avec moi en écrivant leurs propres articles qui critiquent mes points de vue et en laissant les lecteurs décider qui a raison, comme le ferait tout média sain et confiant. Mais les médias modernes n’expriment pas leur désaccord, ils l’étouffent. C’est pourquoi la censure de mon article, plutôt que le débat, a été la voie choisie par ces rédacteurs qui soutiennent Biden.

L’article censuré sera bientôt publié sur cette page. Ma lettre de démission, que j’ai envoyée ce matin au président de First Look Media, Michael Bloom, est publiée ci-dessous.

À partir de maintenant, je publierai mon travail de journaliste ici, sur Substack, où de nombreux autres journalistes, dont mon bon ami, le grand reporter intrépide Matt Taibbi, sont venus pratiquer un journalisme libre du climat de plus en plus répressif qui submerge les médias nationaux traditionnels dans tout le pays.

Ce choix n’a pas été facile : je sacrifie volontairement le soutien d’une grande institution et un salaire garanti en échange de rien d’autre que la conviction qu’il y a suffisamment de personnes qui croient aux vertus du journalisme indépendant et à la nécessité d’un discours libre et qui seront prêtes à soutenir mon travail en s’abonnant.

Comme toute personne ayant de jeunes enfants, une famille et de nombreuses obligations, je le fais avec une certaine appréhension, mais aussi avec la conviction qu’il n’y a pas d’autre choix. Je ne pouvais pas dormir la nuit en sachant que j’autorisais n’importe quelle institution à censurer ce que je veux dire et croire – et encore moins un média que j’ai cofondé dans le but explicite de faire en sorte que cela n’arrive jamais aux autres journalistes, et encore moins à moi, car j’ai écrit un article critique à l’égard d’un puissant homme politique démocrate soutenu avec véhémence par les rédacteurs en chef dans l’imminence des élections nationales.

Mais les pathologies, l’illibéralisme et la mentalité répressive qui ont conduit au spectacle bizarre de ma censure par mon propre média sont loin d’être uniques à The Intercept. Ce sont les virus qui ont contaminé pratiquement toutes les grandes organisations politiques de centre-gauche, les institutions universitaires et les salles de presse. J’ai commencé à écrire sur la politique il y a quinze ans dans le but de lutter contre la propagande et la répression des médias et – quels que soient les risques encourus – je ne peux tout simplement pas accepter une situation, aussi sûre et lucrative soit-elle, qui m’oblige à soumettre mon journalisme et mon droit à la libre expression à ses contraintes étouffantes et à ses diktats dogmatiques.

Depuis que j’ai commencé à écrire sur la politique en 2005, la liberté journalistique et l’indépendance éditoriale sont sacro-saintes pour moi. Il y a quinze ans, j’ai créé un blog sur le logiciel gratuit Blogspot alors que je travaillais encore comme avocat : non pas avec l’espoir ou le projet de commencer une nouvelle carrière de journaliste, mais simplement en tant que citoyen préoccupé par ce que je voyais avec la guerre contre le terrorisme et les libertés civiles, et désireux d’exprimer ce que je croyais devoir être entendu. C’était un travail d’amour, basé sur une éthique de cause et de conviction, qui dépendait de la garantie d’une liberté éditoriale totale.

Il a prospéré parce que le lectorat que j’ai constitué savait que, même lorsqu’il était en désaccord avec les opinions particulières que j’exprimais, j’étais une voix libre et indépendante, non liée à une quelconque faction, contrôlée par personne, s’efforçant d’être aussi honnête que possible sur ce que je voyais, et toujours curieux de savoir s’il était judicieux de voir les choses différemment. Le titre que j’ai choisi pour ce blog, « Unclaimed Territory », reflète cet esprit de libération de la captivité à tout dogme politique ou intellectuel figé ou à toute contrainte institutionnelle.

Lorsque Salon m’a proposé un poste de chroniqueur en 2007, puis lorsque le Guardian a fait de même en 2012, j’ai accepté leurs offres à condition que j’aie le droit, sauf dans des situations étroitement définies (comme des articles susceptibles de créer une responsabilité légale pour le journal), de publier mes articles et mes chroniques directement sur internet sans censure, sans ingérence éditoriale préalable, ni toute autre intervention autorisée ou approbation nécessaire. Les deux organes d’information ont réorganisé leur système de publication pour tenir compte de cette condition, et pendant les nombreuses années où j’ai travaillé avec eux, ils ont toujours respecté ces engagements.

Lorsque j’ai quitté le Guardian au plus fort des reportages de Snowden en 2013 afin de créer un nouveau média, je ne l’ai pas fait, il va sans dire, pour m’imposer davantage de contraintes et de restrictions à mon indépendance journalistique. C’est exactement le contraire qui s’est produit : l’innovation fondamentale de The Intercept était avant tout de créer un nouveau média où tous les journalistes talentueux et responsables jouiraient du même droit à la liberté éditoriale que j’ai toujours réclamé pour moi-même. Comme je l’ai dit à l’ancien rédacteur en chef du New York Times, Bill Keller, lors d’un échange que nous avons eu au New York Times en 2013, au sujet de mes critiques du journalisme traditionnel et de l’idée qui sous-tend The Intercept : « les rédacteurs en chef devraient être là pour donner du pouvoir et permettre un journalisme contradictoire fort, très factuel et agressif, et non pour servir de barrage pour neutraliser ou supprimer le journalisme ».

Lorsque les trois cofondateurs ont décidé très tôt de ne pas tenter de gérer les opérations quotidiennes du nouveau journal, afin de pouvoir se concentrer sur le contenu journalistique, ils ont négocié le droit d’approbation, en particulier du rédacteur en chef. La responsabilité principale de la personne détenant ce titre était de mettre en œuvre, en étroite consultation avec nous, la vision journalistique unique et les valeurs journalistiques sur lesquelles nous avons fondé ce nouveau média.

Parmi ces valeurs, les plus importantes étaient la liberté éditoriale, la protection du droit des journalistes à parler d’une voix honnête, et la diffusion plutôt que la suppression des dissidences des orthodoxies dominantes et même des désaccords entre collègues. Pour ce faire, il faut avant tout veiller à ce que les journalistes, une fois qu’ils ont rempli leur premier devoir d’exactitude factuelle et d’éthique journalistique, soient non seulement autorisés, mais encouragés à exprimer des opinions politiques et idéologiques qui s’écartent de l’orthodoxie dominante et de celles de leurs propres rédacteurs en chef, à s’exprimer avec leur propre voix de passion et de conviction plutôt que sur le ton corporatiste et artificiel de l’objectivité artificielle, au-dessus de toute puissance, et à être complètement libres des croyances dogmatiques ou des programmes idéologiques de quiconque, y compris ceux des trois cofondateurs.

La version actuelle de The Intercept est totalement méconnaissable par rapport à cette vision originale. Plutôt que d’offrir un lieu de diffusion de la dissidence, des voix marginalisées et des points de vue non entendus, elle devient rapidement un simple média de plus avec des loyautés idéologiques et partisanes obligatoires, un éventail rigide et étroit de points de vue autorisés (allant du libéralisme d’establishment au gauchisme mou, mais toujours ancré dans le soutien ultime au Parti démocrate), une crainte profonde d’offenser le libéralisme culturel hégémonique et les sommités de centre gauche de Twitter, et un besoin primordial de s’assurer l’approbation et l’admiration des médias très importants pour lesquels nous avons créé The Intercept afin de nous opposer, de critiquer et de subvertir.

En conséquence, il est rare qu’une voix indépendante radicale indésirable dans les médias mainstream soit publiée dans The Intercept. Les reporters ou auteurs indépendants qui ne souscrivent pas à l’acceptabilité du courant dominant – exactement les personnes que nous voulions promouvoir – n’ont pratiquement aucune chance d’être publiés. Il est encore plus rare que The Intercept publie un contenu qui ne pourrait être publié dans au moins une douzaine de publications de centre-gauche de taille similaire et antérieures à sa création, de Mother Jones à Vox et même à MSNBC.

Il faut du courage pour sortir des sentiers battus, pour remettre en question et pointer du doigt les valeurs les plus sacrées dans son propre milieu, mais la crainte de s’aliéner les gardiens de l’orthodoxie libérale, en particulier sur Twitter, est l’attribut prédominant de l’équipe de direction de la rédaction de The Intercept basée à New York. En conséquence, The Intercept a pratiquement abandonné sa mission principale, qui consistait à remettre en question et à s’en prendre, plutôt qu’à apaiser et à réconforter, les institutions et les gardiens les plus puissants dans ses cercles culturels et politiques.

Pire encore, The Intercept – tout en excluant progressivement les cofondateurs de tout rôle dans sa mission ou sa direction éditoriale, et en faisant un choix après l’autre auquel je me suis opposé vocalement comme une trahison de notre mission principale – a continué à faire publiquement commerce de mon nom afin de collecter des fonds pour le journalisme qu’il savait que je ne soutenais pas. Cela a délibérément permis d’alimenter la perception selon laquelle j’étais la personne responsable de ses erreurs journalistiques afin de s’assurer que la responsabilité de ces erreurs me soit imputée plutôt qu’aux rédacteurs en chef qui consolidaient le contrôle et en étaient responsables.

L’exemple le plus flagrant, mais pas seulement, de l’exploitation de mon nom pour échapper à la responsabilité a été la débâcle de l’affaire Reality Winner. Comme l’a récemment rapporté le New York Times, il s’agissait d’une histoire dans laquelle je n’étais nullement impliqué. Alors que j’étais basé au Brésil, on ne m’a jamais demandé de travailler sur les documents que Winner a envoyés à notre salle de rédaction de New York sans qu’aucun journaliste spécifique ne travaille dessus. Je n’ai appris l’existence de ce document que très peu de temps avant sa publication. La personne qui a supervisé, édité et contrôlé cette histoire était Betsy Reed, ce qui était normal vu l’ampleur et la complexité de ce reportage et sa position de rédactrice en chef.

Ce sont les rédacteurs en chef de The Intercept qui ont fait pression sur les reporters de l’histoire pour qu’ils envoient rapidement ces documents au gouvernement pour authentification – parce qu’ils étaient désireux de prouver aux médias traditionnels et aux libéraux éminents que The Intercept était prêt à monter à bord du train du Russiagate. Ils voulaient contrecarrer la perception, créée par mes articles exprimant le scepticisme sur les revendications centrales de ce scandale, que The Intercept s’était écarté du droit chemin sur une histoire de grande importance pour le libéralisme américain et même pour la gauche. Cette envie – d’obtenir l’approbation des médias très importants que nous avons entrepris de contrecarrer – a été la cause profonde de la rapidité et de l’imprudence avec lesquelles ce document de Winner a été traité.

Mais The Intercept, jusqu’à ce jour, a refusé de rendre compte publiquement de ce qui s’est passé dans l’histoire de Reality Winner : d’expliquer qui étaient les rédacteurs en chef qui ont fait des erreurs et pourquoi tout cela s’est produit. Comme l’article du New York Times l’indique clairement, ce refus persiste jusqu’à ce jour, malgré les demandes pressantes de moi-même, de Scahill, de Laura Poitras et d’autres personnes, selon lesquelles The Intercept, en tant qu’institution qui exige la transparence des autres, a l’obligation de la fournir elle-même.

La raison de ce silence et de cette dissimulation est évidente : rendre compte au public de ce qui s’est passé avec l’histoire du Gagnant de la Réalité révélerait qui sont les véritables rédacteurs en chef responsables de cet échec profondément embarrassant de la salle de presse, et cela réduirait à néant leur capacité à continuer à se cacher derrière moi et à laisser le public continuer à supposer que je suis la personne responsable d’un processus de reportage dont j’ai été complètement exclu dès le départ. Ce n’est là qu’un exemple illustrant le dilemme frustrant de voir une salle de rédaction exploiter mon nom, mon travail et ma crédibilité quand cela lui convient, tout en me refusant de plus en plus toute possibilité d’influencer sa mission journalistique et sa direction éditoriale, tout en poursuivant une mission éditoriale totalement anathème par rapport à ce que je crois.

Malgré tout cela, je ne voulais pas quitter The Intercept. Alors qu’il se détériorait et abandonnait sa mission initiale, je me suis dit – peut-être rationalisé – que tant que The Intercept continuerait au moins à me fournir les ressources nécessaires pour faire personnellement le journalisme auquel je crois, et à ne jamais interférer ou entraver ma liberté éditoriale, je pourrais avaler tout le reste.

Mais la censure brutale de mon article de cette semaine – sur les documents de Hunter Biden et la conduite de Joe Biden concernant l’Ukraine et la Chine, ainsi que ma critique de la tentative de suppression des révélations par les médias, dans une union profondément impie avec la Silicon Valley et la « communauté du renseignement » – a érodé la dernière justification à laquelle je pouvais m’accrocher pour rester. Cela signifie que non seulement ce média n’offre pas la liberté éditoriale aux autres journalistes, comme je l’avais si idéalement envisagé il y a sept ans, mais qu’il ne l’offre même plus à moi maintenant. À l’approche d’une élection présidentielle, je suis en quelque sorte réduit au silence pour exprimer des opinions que des rédacteurs en chef de New York, choisis au hasard, trouvent désagréables, et je dois maintenant d’une manière ou d’une autre adapter mes écrits et mes reportages pour répondre à leurs désirs partisans et à leur empressement à élire des candidats précis.

Dire qu’une telle censure est une ligne rouge pour moi, une situation que je n’accepterais jamais quel qu’en soit le coût, est un euphémisme. Il est étonnant pour moi, mais aussi révélateur de notre discours actuel et de notre environnement médiatique peu libéral, que j’aie été réduit au silence par mon propre média au sujet de Joe Biden.

De nombreux autres épisodes ont également contribué à ma décision de partir : la dissimulation autour de Reality Winner ; la décision de pendre Lee Fang et même de le forcer à s’excuser lorsqu’un collègue a tenté de détruire sa réputation en le traitant publiquement, sans fondement et de façon répétée de raciste ; son refus de rendre compte du déroulement quotidien de l’audience d’extradition d’Assange parce que le journaliste indépendant faisant un travail remarquable était politiquement déplaisant ; son manque total de normes éditoriales lorsqu’il s’agit de points de vue ou de reportages qui flattent les croyances de sa base libérale (The Intercept a publié certaines des affirmations les plus crédules et les plus fausses de la folie maximaliste de la Russie et, de façon horrifiante, a pris l’initiative de qualifier faussement les archives de Hunter Biden de « désinformation russe » en citant sans réfléchir et sans critique – un comble – une lettre d’anciens responsables de la CIA qui contenait cette insinuation sans fondement).

Je sais que cela semble banal à dire, mais – même avec toutes ces frustrations et ces échecs – je pars, et j’écris ceci, avec une véritable tristesse, et non avec colère. Ce journal est une chose à laquelle moi et de nombreux amis et collègues proches avons consacré énormément de temps, d’énergie, de passion et d’amour pour le construire.

The Intercept a fait un travail formidable. Ses rédacteurs en chef et les responsables de First Look ont soutenu sans relâche les reportages difficiles et dangereux que j’ai réalisés l’année dernière avec mes courageux jeunes collègues de The Intercept Brasil pour dénoncer la corruption aux plus hauts niveaux du gouvernement Bolsonaro, et nous ont soutenus alors que nous subissions des menaces de mort et d’emprisonnement.

Il continue à employer certains de mes amis les plus proches, des journalistes exceptionnels dont le travail – lorsqu’il surmonte la résistance éditoriale – ne suscite que la plus grande admiration de ma part : Jeremy Scahill, Lee Fang, Murtaza Hussain, Naomi Klein, Ryan Grim et d’autres. Et je n’ai aucun animosité personnelle pour qui que ce soit là-bas, ni aucun désir de lui nuire en tant qu’institution. Betsy Reed est une rédactrice exceptionnellement intelligente et un très bon être humain avec lequel j’ai développé une amitié étroite et précieuse. Et Pierre Omidyar, le premier bailleur de fonds et éditeur de First Look, a toujours respecté son engagement personnel de ne jamais interférer dans notre processus éditorial, même lorsque je publiais des articles en contradiction directe avec ses opinions bien arrêtées et même lorsque j’attaquais d’autres institutions qu’il finançait. Je n’abandonne pas par vengeance ou par conflit personnel, mais par conviction et pour la cause.

Et aucune des critiques que j’ai émises à propos de The Intercept ne lui est propre. Au contraire : ce sont les batailles acharnées pour la liberté d’expression et le droit à la dissidence qui font rage au sein de chaque grande institution culturelle, politique et journalistique. C’est la crise à laquelle le journalisme, et plus largement les valeurs du libéralisme, sont confrontés. Notre discours devient de plus en plus intolérant à l’égard des opinions dissidentes, et notre culture exige de plus en plus la soumission aux orthodoxies dominantes imposées par les monopoles autoproclamés de la Vérité et de la Justice, soutenus par des armées de foules de répression en ligne.

Et rien n’est plus gravement handicapé par cette tendance que le journalisme, qui, par-dessus tout, exige la capacité des journalistes à offenser et à mettre en colère les centres de pouvoir, à remettre en question ou à rejeter les piéties sacrées, à dénicher des faits qui ont un impact négatif même sur (surtout sur) les personnalités les plus aimées et les plus puissantes, et à mettre en évidence la corruption, où qu’elle se trouve et quels que soient les bénéficiaires ou les victimes de son exposition.

Avant l’expérience extraordinaire d’être censuré cette semaine par mon propre organe d’information, j’avais déjà exploré la possibilité de créer un nouveau média. J’ai passé quelques mois à discuter activement avec certains des journalistes, auteurq et commentateurs les plus intéressants, indépendants et dynamiques de tout l’éventail politique sur la possibilité d’obtenir un financement pour un nouveau média qui serait conçu pour combattre ces tendances. Les deux premiers paragraphes de notre document de travail se lisent comme suit :

Les médias américains sont pris dans une guerre culturelle polarisée qui oblige le journalisme à se conformer à des récits tribaux et de pensée de groupe qui sont souvent coupés de la vérité et qui répondent à des perspectives qui ne reflètent pas le grand public mais plutôt une minorité d’élites hyper-partisanes. La nécessité de se conformer à des récits culturels et des identités partisanes artificiels et très restrictifs a créé un environnement répressif et peu libéral dans lequel de vastes pans d’informations et de reportages ne sont pas diffusés ou sont présentés à travers la lentille la plus déformée et la plus éloignée de la réalité.

La quasi-totalité des grandes institutions médiatiques étant capturées dans une certaine mesure par cette dynamique, il existe un besoin profond de médias libres qui franchissent les frontières de cette guerre des cultures polarisée et répondent à la demande d’un public affamé de médias qui ne joueraient pas pour un camp mais qui poursuivraient plutôt des lignes de reportage, de réflexion et d’enquête où qu’elles mènent, sans craindre de violer les piéties culturelles ou les orthodoxies de l’élite.

Je n’ai absolument pas renoncé à l’espoir que ce projet ambitieux puisse être réalisé. Et j’aurais théoriquement pu rester à The Intercept, garantissant un revenu stable et sûr à ma famille en avalant les diktats de mes nouveaux censeurs.

Mais j’aurais profondément honte si je faisais cela, et je crois que je trahirais mes propres principes et convictions que j’exhorte les autres à suivre. En attendant, j’ai donc décidé de suivre les traces de nombreux autres auteurs et journalistes qui ont été expulsés des médias de plus en plus répressifs pour diverses formes d’hérésie et de dissidence et qui ont cherché refuge ici.

J’espère exploiter la liberté qu’offre cette nouvelle plateforme non seulement pour continuer à publier le journalisme d’investigation indépendant et percutant et les analyses et opinions franches que mes lecteurs attendent, mais aussi pour développer un podcast et poursuivre le programme YouTube, « System Update », que j’ai lancé plus tôt cette année en partenariat avec The Intercept.

Pour ce faire, j’aurai besoin de votre soutien : les personnes qui pourront s’abonner et s’inscrire au bulletin d’information joint à cette plateforme permettront à mon travail de prospérer et de continuer à être entendu, peut-être même plus qu’auparavant. J’ai commencé ma carrière de journaliste en dépendant de la volonté de mes lecteurs de soutenir le journalisme indépendant qu’ils estiment nécessaire de maintenir. Il est quelque peu décourageant à ce stade de ma vie, mais aussi très excitant, de revenir à ce modèle où l’on ne répond qu’au public qu’un journaliste devrait servir.

Traduction « ce ne sont pas les bons journalistes qui manquent, mais des postes à pourvoir pour eux dans les grands médias » par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.


LETTRE DE DÉMISSION

Message transmis

Sujet : Démission
Date : Thu, 29 Oct 2020 10:20:54 -0300
From : Glenn Greenwald <[email protected]>
To : Michael Bloom <[email protected]>, Betsy Reed <[email protected]></[email protected]></[email protected]></[email protected]>

Michael –

Je vous écris pour vous informer que j’ai décidé de démissionner de First Look Media (FLM) et de The Intercept.

La cause principale (mais pas la seule) est que The Intercept tente de censurer mes articles en violation à la fois de mon contrat et des principes fondamentaux de la liberté éditoriale. L’exemple le plus récent et peut-être le plus flagrant est une colonne d’opinion que j’ai écrite cette semaine et qui, cinq jours avant l’élection présidentielle, critique Joe Biden, le candidat qui se trouve être vigoureusement soutenu par tous les rédacteurs de The Intercept à New York qui imposent la censure et refusent de publier l’article à moins que j’accepte de supprimer toutes les sections critiques du candidat qu’ils veulent voir gagner. Tout cela viole le droit que me confère mon contrat avec le FLM de publier des articles sans interférence éditoriale, sauf dans des circonstances très étroites qui ne s’appliquent manifestement pas ici.

Pire encore, les rédacteurs de The Intercept à New York, non contents de censurer la publication de mon article à l’Intercept, exigent également que je n’exerce pas mon droit contractuel distinct avec le FLM concernant les articles que j’ai écrits mais que le FLM ne veut pas publier lui-même. En vertu de mon contrat, j’ai le droit de publier tout article que le FLM rejette dans une autre publication. Mais les rédacteurs de The Intercept à New York exigent que non seulement j’accepte leur censure de mon article à The Intercept, mais que je m’abstienne de le publier avec un autre organe de presse, et utilisent des menaces à peine déguisées en avocats pour me contraindre à ne pas le faire (en proclamant que cela serait « préjudiciable » à The Intercept si je le publiais ailleurs).

J’ai été extrêmement désenchanté et attristé par la direction éditoriale de The Intercept sous sa direction à New York depuis un certain temps. La publication que nous avons fondée sans ces rédacteurs en 2014 ne ressemble absolument pas à ce que nous avions l’intention de construire – ni dans son contenu, ni dans sa structure, ni dans sa mission éditoriale, ni dans son objectif. Je suis devenu gêné de voir mon nom utilisé comme outil de collecte de fonds pour soutenir ce qu’elle fait et de voir les éditeurs m’utiliser comme un bouclier derrière lequel se cacher pour éviter d’assumer la responsabilité de leurs erreurs (y compris, mais pas seulement, avec la débâcle de Reality Winner, pour laquelle j’ai été publiquement blâmé bien que je n’y aie joué aucun rôle, alors que les éditeurs qui étaient en fait responsables de ces erreurs sont restés silencieux, me permettant d’être blâmé pour leurs erreurs et couvrant ensuite toute comptabilité publique de ce qui s’est passé, sachant qu’une telle transparence exposerait leur propre culpabilité).

Mais pendant tout ce temps, alors que les choses empiraient, j’ai pensé que tant que The Intercept restait un lieu où mon propre droit à l’indépendance journalistique n’était pas bafoué, je pouvais vivre avec tous ses autres défauts. Mais maintenant, même ce droit minimal mais fondamental n’est pas respecté pour mon propre travail, censuré par une équipe éditoriale de New York de plus en plus autoritaire, axée sur la peur et la répression, qui s’efforce d’imposer ses propres préférences idéologiques et partisanes à tous les auteurs tout en veillant à ce que rien ne soit publié sur The Intercept qui contredise leurs propres opinions idéologiques et partisanes étroites et homogènes : exactement ce que The Intercept, plus que tout autre objectif, a été créé pour empêcher.

J’ai demandé à mon avocat de prendre contact avec le FLM pour discuter de la meilleure façon de mettre fin à mon contrat. Je vous remercie.

Glenn Greenwald

 

Source : Blog G.Greenwald