Serons-nous toujours « une guerre en retard » ? (Préface du livre Arabesque$)

On peut reprocher beaucoup de choses aux dirigeants des Etats-Unis et à la CIA, mais pas d’être des fainéants. Depuis plus de vingt ans que j’étudie leurs stratégies de guerre et de désinformation, j’ai constaté qu’ils cherchent sans cesse à « faire mieux ». De chaque guerre, réussie ou non, ils tirent des enseignements et améliorent leurs méthodes pour la fois suivante. Irak, Yougoslavie, Afghanistan, Libye, Syrie, et bien d’autres : à chaque guerre, je découvre de nouveaux trucs et de nouveaux procédés. Très créatifs, vraiment !


Mais le « printemps » arabe n’est pas une guerre, diront certains. Bien sûr que si. La guerre ne se mène pas seulement par des bombes, c’est toute forme d’agression visant à imposer le pillage et le maintien des injustices. Manipuler les révoltes arabes pour les saboter, c’est aussi une forme de guerre, non déclarée. Les bombes ont été remplacées par Twitter et les G.I.’s par des experts en ‘com’ aux valises remplies de dollars.

Il est donc très important de comprendre les nouvelles méthodes qui ont été employées pour piéger les peuples et l’opinion internationale. Bien analyser les armes et les stratégies de son adversaire, n’est-ce pas la première étape pour lui résister efficacement ? C’est donc avec un grand plaisir que je salue et recommande la remarquable enquête d’Ahmed Bensaada. Notre équipe Investig’Action a jugé important de mettre à disposition de chacun son livre Arabesque$.

Ahmed Bensaada pose toutes les questions qui préoccupaient chacun de nous :
- Si vraiment les Etats-Unis ont soutenu le « printemps » arabe pour aider « la démocratie », comment se fait-il que cette lutte n’ait touché aucune des monarchies pétrolières ?

- Vu que les Etats-Unis avaient installé, financé, armé et protégé le tyran Moubarak, pourquoi n’a-t-on entendu aucun slogan anti-US dans les rues du Caire ? Pourquoi n’y a-t-on pas, comme ailleurs, brûlé le drapeau étoilé ? Pourquoi leur ambassade est-elle restée à l’écart de toute contestation ?

- Les multinationales US ayant une sainte horreur du syndicalisme et des revendications ouvrières, pourquoi Washington a-t-elle soutenu en Egypte des grèves qu’elle aurait condamnées partout ailleurs ?

- Est-il exact que les grandes multinationales du Net Facebook, Google, Twitter ou Yahoo ont collaboré très étroitement avec le Département d’Etat US et la CIA ?

- Et ces fameux cyberactivistes égyptiens et tunisiens, tout d’un coup placés sous les projecteurs, savaient-ils que les aides financières et les formations que Washington leur avait généreusement offertes depuis quelques années, étaient organisées aussi avec la complicité d’Israël ?

- Pourquoi les dirigeants de ces cyberactivistes égyptiens voulaient-ils absolument cacher qu’ils avaient été formés par un théoricien US nommé Gene Sharp, un des principaux stratèges de la politique impériale des Etats-Unis, déjà impliqué dans de nombreux renversements de gouvernements « gênants » ? Parce qu’ils savaient que la rue les aurait immédiatement rejetés ?

- Pourquoi ces « révolutions » qui avaient tout pour réussir puisqu’elles combinaient une puissante révolte populaire et le soutien généreux de la plus grande puissance mondiale, pourquoi ont-elles abouti trois ans plus tard à…rien du tout ? Les injustices perdurent, l’insécurité a augmenté, certains pays ont carrément sombré dans l’anarchie et le chaos et enfin, les forces populaires sont partout profondément divisées. Et si c’était le but ?

Tant de questions cruciales pour nous citoyens, et jamais posées dans les médias !

D’où viennent les dollars ?

Non seulement Ahmed Bensaada pose les bonnes questions, mais il y répond. Son enquête minutieuse part de la question centrale : d’où viennent les dollars ? Arabesque$ suit à la trace tous les organismes impliqués dans les financements qui ont démarré bien avant le « printemps » et ont permis aux Etats-Unis de contrôler cette révolution populaire et de la neutraliser en douceur. On voit la CIA et ses intermédiaires préparer soigneusement le terrain de la révolte qui arrive pour éviter qu’elle n’aille trop loin. Comment ? En achetant ceux qu’elle va ensuite propulser sous les projecteurs médiatiques internationaux.

Bensaada montre comment, pour réussir ce tour de force, Facebook, Google, Twitter et tous les géants technologiques ont travaillé main dans la main avec la CIA, les ambassades et le département d’Etat. Hillary Clinton et avant elle, Donald Rumsfeld, ministre de la Guerre de Bush, avaient tous deux bien compris qu’à présent la guerre se mène en premier lieu sur la Toile… En fait, ces pratiques ne sont pas vraiment nouvelles. En 2000, nous attirions l’attention sur le financement par la CIA du groupe soi-disant « étudiant » Otpor qui permit de renverser le gouvernement yougoslave de Milosevic.

Ce que les bombes de l’Otan n’avaient pu réussir au printemps 99 (au contraire, elles avaient ressoudé les rangs serbes), les valises de dollars et les experts en ‘com’ made in USA l’avaient réalisé pour beaucoup moins cher un an plus tard. La chercheuse US Eva Golinger avait retrouvé la trace des mêmes « communicateurs », des mêmes experts, des mêmes financements dans la préparation du coup d’Etat anti-Chavez au Venezuela en avril 2002.

Lorsqu’Investig’Action avait publié en français son livre « Code Chavez », en 2005, nous avions en préface souligné que les « experts » d’Otpor avaient exporté leur savoir-faire dans de nombreux pays, avec la bénédiction (et les dollars) des USA pour les débarrasser de gouvernements dérangeants. Entre parenthèses, qu’arriverait-il si une puissance étrangère s’avisait, de la même façon, de financer aux Etats-Unis des partis, des médias, des syndicats ou des ONG en vue d’influencer la politique de ce pays ? Eh bien, une telle ingérence serait immédiatement poursuivie en justice car elle contrevient à la loi « Foreign Agents Registration Act ». Pourtant, les Etats-Unis ne cessent de faire à l’étranger ce qu’ils interdisent sur leur propre territoire !

Et voilà qu’Ahmed Bensaada, grâce à une lecture attentive des documents US, nous démontre que les mêmes réseaux sont toujours à l’œuvre, cette fois au Caire et à Tunis. Et il éclaire très bien le mobile de cette soudaine générosité révolutionnaire de Washington. Le cœur du problème a été expliqué par la Rand Corporation, bureau d’études de l’Armée US : « Compte tenu de la réputation populaire négative actuelle des Etats-Unis dans la région (du Moyen-Orient), le soutien américain aux initiatives de réforme sera mieux réalisé par des institutions non gouvernementales et sans but lucratif. Le gouvernement américain devrait encourager les ONG à offrir de la formation aux réformateurs ». Attention, ceci a été écrit en 2008, donc trois ans avant le « printemps ». Par une institution militaire qui recommande donc de remplacer l’US Air Force par des ONG et les missiles par Twitter.

Cette stratégie n’est pas tout à fait nouvelle : dans les années 60, Kennedy avait déjà développé des « ONG » non seulement pour « mener la lutte contre le communisme », mais surtout pour prendre le contrôle de certains pays intéressants pour les multinationales US. Mais à présent que la puissance impériale des Etats-Unis décline de même que leurs capacités d’interventions militaires directes, on recourt de plus en plus au « soft power », un impérialisme « intelligent » basé sur la manipulation plus que sur la brutalité visible.

Nulle raison de se réjouir pourtant : quand la manipulation des « révolutions » échoue, la violence prend vite le relais comme on a pu le voir en Ukraine (recours à des milices fascistes), en Syrie (envoi de milices terroristes), au Venezuela (tentatives de coups d’Etat avec des agents provocateurs) et ailleurs. En fait, manipulation et violence vont de pair.

Changer un petit peu pour que rien ne change

Au Caire et à Tunis, Washington a poursuivi ses objectifs habituels mais par des moyens plus subtils. Quels objectifs ici ? Non pas favoriser une révolution, mais l’empêcher. En effet, qu’est-ce qu’une révolution ? Un soulèvement populaire pour mettre fin à l’injustice et redistribuer équitablement les richesses. Ce dont Washington ne veut évidemment pas. La révolution a donc été remplacée par un simple changement de têtes. On a détourné la colère vers la seule personne du tyran pour protéger ceux qui l’avaient fait président : cette élite égyptienne corrompue et richissime, mais surtout ces multinationales US qui ont toujours sucé le sang de l’économie de ce pays. Sans oublier la complicité d’Israël, détesté dans les rues du Caire mais adoré dans les palais et les états-majors.

L’analyse très détaillée et complète de Bensaada le confirme : c’est bien ce conseil de la Rand qui fut à la base de la politique des Etats-Unis dans certaines parties du Moyen-Orient. Changer un peu pour que rien ne change. Pour y parvenir, le meilleur moyen n’est-il pas d’agir en coulisses ? De sélectionner, financer, former et guider ceux qu’on va, le moment venu, propulser à la tête du mouvement de masse afin de le contrôler et d’éviter qu’il ne devienne dangereux pour Israël et pour l’ensemble des intérêts US.

Entendons-nous bien, les masses du Caire et de Tunis avaient mille raisons de se soulever contre leurs despotes et leurs exploiteurs. Il y avait déjà eu des grèves fortes et des révoltes spontanées. Et c’est justement parce que les ambassades US, ces nids d’espions, avaient bien pris la température du mécontentement, qu’il fut décidé de prendre les devants et de laisser tomber deux marionnettes âgées, usées et qui ne pourraient plus servir longtemps. On attendait l’étincelle opportune. La mise en scène du « printemps » arabe par les Etats-Unis, c’est au fond la technique qu’emploient les pompiers lorsqu’un grand incendie menace la forêt : allumer eux-mêmes un feu plus petit et bien contrôlé afin de couper l’herbe au plus grand incendie qui menace.

D’ailleurs, il est frappant de voir que les cyberactivistes ont été très vite mis au service du candidat de rechange Mohamed El Baradei, que Washington a tenté d’imposer sur la scène médiatique avant d’y renoncer car il manquait de crédibilité. Ceci dit, pour les Etats-Unis, peu importe le candidat finalement retenu, pourvu qu’il soit docile.

Serons-nous toujours une guerre en retard ?

A juste titre, le livre de Bensaada tire la sonnette d’alarme et rejoint nos préoccupations. Pourquoi n’y a-t-il plus personne dans nos rues quand Washington déclenche une guerre, un coup d’Etat ou une autre forme d’agression ? Pourquoi le mouvement anti-guerre a-t-il disparu ?

Dans le temps, lorsque les Etats-Unis entraient en guerre ou fomentaient un coup d’Etat, les manifestations étaient fortes. Les intellectuels de la gauche européenne avaient à chaque fois le sain réflexe de se demander : où sont les intérêts économiques et stratégiques, quelles sont les classes en présence, quelles infos nous manquent dans la propagande officielle ?

Ainsi, nous étions des millions dans la rue contre la guerre du Vietnam ou le coup d’Etat au Chili. Il y eut encore une remarquable mobilisation contre la guerre d’Irak en 2003 (exceptionnelle parce que le mouvement altermondialiste s’était relancé et que Bush avait affiché un cynisme très maladroit). Mais aujourd’hui, plus rien de tout cela : les guerres impériales sont devenues « humanitaires », les coups d’Etat « démocratiques » et les valises de dollars de la CIA de la « philanthropie ». Aujourd’hui, il n’existe plus de mouvement anti-guerre et à chaque fois, le peuple de gauche est profondément divisé. Hasard ?

La question que nous pose le livre de Bensaada est donc très importante : après tant de manipulations et de médiamensonges (Irak, Palestine, Yougoslavie, Venezuela, Cuba, Bolivie, Honduras, Mali, Côte d’Ivoire, Ukraine, Zimbabwe, Erythrée, Somalie, Libye, Syrie et d’autres encore), qu’avons-nous appris ? Après la manipulation et le torpillage de la révolte du peuple égyptien et du peuple tunisien, qu’avons-nous appris ? Allons-nous, comme les dirigeants US, tirer des leçons pour faire mieux la prochaine fois ou serons-nous toujours une guerre en retard ?

La lecture d’Arabesque$ ne doit pas nous décourager. Au contraire. La manipulation des Etats-Unis repose sur le mensonge. C’est aussi son point faible : une véritable information peut servir d’antidote.

En effet, si Washington, sachant qu’une révolte arabe était inévitable, l’a neutralisée en plaçant à sa tête des marionnettes (conscientes ou non, c’est secondaire) qui n’avaient aucun programme pour résoudre les problèmes du peuple, notre alternative en découle logiquement… Pour réussir, une révolte populaire devra absolument : 1. Proposer un programme de revendications s’attaquant réellement à l’injustice et à la pauvreté. 2. Populariser sur le Net les mouvements et figures qui présentent de véritables analyses indépendantes. 3. Démasquer préventivement et en permanence les « nouveaux habits » de la CIA, ses nouvelles méthodes pour tromper et diviser les gens. Tout cela de façon internationalement coordonnée. Nous avons besoin de construire une info qui aide à résister.

Telle est justement la mission que s’est fixée notre équipe d’Investig’Action. Bien sûr, nos moyens sont forcément limités : dès que vous décidez de dire toute la vérité sur les Etats-Unis, vous pouvez oublier les valises de dollars et vous serez même diabolisé et censuré. Aussi, pour réaliser cette mission, nous ne pouvons compter que sur le soutien et la participation active de tous ceux qui recherchent la vérité. Il faut s’organiser.

Je suis convaincu que le livre d’Ahmed Bensaada vous sera d’une aide précieuse sur cette voie de la lutte sans illusions. Bonne lecture !

Michel Collon Bruxelles, octobre 2015