Venezuela : les tactiques de Colgate-Palmolive face au désapprovisionnement programmé

Comme l’indique la loi anti-monopole dans son article 12 relative à la l’interdiction des cartels, l’une des expressions concrètes de ces derniers est la réduction de la production à des fins de manipulation autour du désapprovisionnement programmé au Venezuela.

Les plaintes publiques relatives à cet article ont conduit à la création de la Superintendance Nationale pour la Défense des Droits Socio-économiques (Sundde).

C’est à cet effet que l’entité a annoncé le mardi 15 mars dernier qu’elle allait amorcer un processus d’inspection et de contrôle fiscal de la transnationale Colgate-Palmolive.

Dans un communiqué de presse publié sur son site internet, la Sundde a expliqué que le processus se déroulerait simultanément à son siège administratif situé à Los Cortijos, à Caracas, ainsi qu’à son usine de production située à Valence dans le Carabobo, sous l’acte de fiscalisation numéro 27144-2016.

Les travailleurs dénoncent la guerre transnationale

La pénurie dans les rayons vénézuéliens des produits d’hygiène personnelle et d’entretien ménager fait suite à une décision politique, étant donné que la compagnie ne propose que des produits à emballage plus volumineux, ce qui fait chuter l’offre jusqu’à 80%.

C’est ce qu’ont affirmé les ouvriers vénézuéliens de la transnationale au quotidienÚltimas Noticias, qui ont assuré que la simplification de la production opérée par l’entreprise depuis environ deux ans consiste à destiner la totalité des matières premières aux plus gros emballages (dont la quantité est plus grande) et à diminuer la quantité de produits disponibles ainsi que l’offre d’achat.

« La production est constante (en tonnes), mais elle est en baisse en termes d’unités emballées » déplorent Carlos Rodríguez, secrétaire de séance et de correspondance ; Félix Bello, secrétaire général ; et Ernesto Moya secrétaire de discipline du syndicat National de Travailleurs de Colgate Palmolive.

Rodríguez a expliqué qu’en ce qui concerne les adoucissants, 140 000 unités de prix et de tailles différents étaient produites (avec 50 tonnes de matière première). Aujourd’hui, avec la même quantité de matière première, seulement 5 000 unités de taille maximale sont produites, mais ce sont celles dont le prix est le plus élevé.

Cette diminution cache les cas du dentifrice Colgate, de l’adoucissant Soflán, du liquide vaisselle Axión et des détergents ABC et Ajax.

« Les grandes entreprises n’ont jamais produit à perte. Les décisions de gestion qui ont été planifiées et exécutées ne répondent ni à des causes administratives ni à des problèmes de coûts de production. Il y a un intérêt à attaquer la gestion de Nicolás Maduro à travers le désapprovisionnement planifié et le mal-être que cela provoque chez les consommateurs », affirme Félix Bello.

Aspirateur à dollars et tactique corporative

Entre 2004 et 2012, Colgate a reçu 588 millions de dollars à travers la Cadivi(Commission d’Attribution des Devises, NdT). Mais en 2014, l’entreprise n’a perçu que 109 millions d’avoirs de la part de Cencoex (Centre National du Commerce Extérieur, qui a remplacé la Cadivi, NdT) ce qui correspond à 35% de plus que ce dont elle avait bénéficié de manière mensuelle entre 2004 et 2012.

La guerre économique et tactique vise à réduire l’offre dans le cadre d’une guerre perceptive provoquant une augmentation de la demande pour ces produits grâce à cette supposée pénurie. Cependant, le désapprovisionnement mis en place à travers cette guerre suppose également d’importants bénéfices financiers pour cette corporation qui brade et escroque la population avec des dollars (provenant de subventions) octroyés par l’État vénézuélien.

Ce n’est pas la première fois qu’une société est mise en cause pour des actes de sabotage au sein de l’économie vénézuélienne. Des ouvriers d’Empresas Polar, de Coca-Cola, de Kimberly Clark, de Procter&Gamble et de General Motors ont affirmé à plusieurs reprises que ces entreprises ont déclenché une guerre économique au Venezuela.

Avec cette mesure, la Sundde cherche à rétablir les processus de production afin de garantir le respect de la loi anti-monopole et de contrer les velléités de guerre et de déstabilisation directe du secteur économique venant d’une des principales entreprises globales de produits de consommation personnelle.

Source : Mision Verdad