Sur Wikipedia, 87% à 91% des éditeurs sont des hommes !

L’éditeur de Wikipedia : “Généralement un homme, blanc, vivant dans une grande ville, connectée, entre 20 et 30 ans, sans enfants”. La faible représentation féminine s’expliquerait par l’agressivité des débats, la misogynie et les difficultés de conciliation.

Sue Gardner, ex-directrice de la fondation Wikipedia a résumé neuf raisons, invoquées par les éditrices, pour lesquelles les femmes ne participent pas à l’édition de Wikipedia.

Quelques heures à peine après l’investiture de Carles Puigdemont en tant que Président de la Généralité de Catalogne, une encyclopédie avait déjà mis à jour sa biographie, l’entrée “Catalogne” et de nombreux autres articles : Wikipedia évidemment, une des œuvres collectives les plus monumentales de l’histoire de l’humanité.

Face à 37 millions de pages en 265 langues, des centaines de pages nouvelles chaque jour, 20 millions d’utilisateurs et 73 000 éditeurs actifs, la phrase récente d’Arturo Pérez Reverte, où il définissait internet comme “le triomphe de la stupidité” semble totalement déplacée.

Toutefois, quelque chose cloche dans ce projet de 15 ans d’âge. 87% à 91% de la communauté des éditeurs sont des hommes. Lila Pagola, Professeure à l’Université de Córdoba (Argentine) et éditrice depuis de nombreuses années sur Wikipedia en espagnol, a défini en ces termes le profil du rédacteur type :

“Il s’agit généralement d’un homme, blanc, vivant dans une grande ville, connectée, entre 20 et 30 ans, sans enfants”.

Pour célébrer les 15 ans de l’encyclopédie libre, les groupes de travail « Wikiesfera » et le groupe d’utilisatrices « Wikimujeres » ont organisé un cours pour former de nouvelles éditrices.

“En tant, qu’utilisatrices, nous souhaitons non seulement célébrer l’existence de ce puissant outil collaboratif, mais aussi poursuivre nos efforts pour augmenter le nombre d’éditrices, une condition indispensable si l’on veut réduire la fracture des genres qui existe aussi dans l’environnement numérique”.

Selon les organisateurs, sur Wikipedia, la fracture des genres a d’autres traits que la fracture technologique visible dans d’autres domaines. “Une interface d’édition peu amicale, de l’agressivité dans les débats, une atmosphère sexiste, voire misogyne, un manque de temps libre ou une interaction sociale rare dans les projets” sont quelques-uns des multiples facteurs de cette inégalité.

Sue Gardner, ex-directrice de la fondation Wikipedia, mentionnait dans un article neuf raisons pour lesquelles les femmes ne participaient pas à l’édition de cette encyclopédie.

1. Un manque d’amabilité vis-à-vis de l’utilisateur dans l’interface d’édition de Wikipedia.

2. Un manque de temps libre.

3. Un manque de confiance en soi.

4. L’aversion des conflits et la perte d’intérêt à livrer de longues guerres éditoriales.

5. La croyance que leurs contributions vont être reprises ou éliminées.

6. Certaines trouvent l’ambiance générale de Wikipedia misogyne.

7. La culture de Wikipedia est sexuelle sous des formes qui leur sont désagréables.

8. Celles dont la langue présente des genres grammaticaux trouvent désagréable qu’on s’adresse à elles comme si elles étaient des hommes.

9. Les femmes ont moins d’occasions qu’ailleurs de créer des relations sociales et de rencontrer un ton accueillant.

En 2005, la revue Nature et, en 2012, une étude du consultant Epic portaient le coup de grâce aux encyclopédies traditionnelles : selon elles, Wikipedia serait aussi fiable, voire plus, que les encyclopédies traditionnelles.

Toutefois, la fracture des genres finit par porter préjudice à l’ampleur et la fiabilité des contenus de Wikipedia. Une étude publiée dans “La Revista Internacional de Comunicación” relève que, s’agissant des articles biographiques, Wikipedia est supérieure à l’encyclopédie Britannica, mais que cette dernière est plus équilibrée lorsqu’il s’agit de refléter la vie des deux genres.

Traduction : Collectif Investig’Action

Source :Diagonal