« Si nous nous couchons, nous sommes morts ! »

Grand penseur incontournable de l’Afrique contemporaine, utilisant son savoir comme une arme, Joseph Ki-Zerbo est un des premiers intellectuels organiques africains à écrire l’histoire de ce continent jusqu’alors falsifiée par l’idéologie coloniale.

Né à Toma (Burkina Faso) en 1922, Joseph Ki-Zerbo est, en 1956, le premier Africain agrégé d’histoire en France.

Panafricaniste convaincu, il fut un compagnon proche, par les faits ou par l’inspiration, de Sékou Touré, Kwame NKrumah, Patrice Lumumba, Ahmed Ben Bella et Julius Nyerere.

Dans le cadre de la lutte contre l’impunité qui se renforça au Burkina Faso après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo le 13 décembre 1998, il formula le cri de ralliement repris aujourd’hui par tous les jeunes Africain-e-s engagés pour la démocratie et la justice sociale : « Si nous nous couchons, nous sommes morts ! » ; en langue dioula : « N’an laara an saara ! ». Il est décédé en 2006.

Ce petit livre édité par le CETIM (Centre Europe Tiers Monde) présente quelques-uns des textes les plus pertinents à lire ou relire aujourd’hui de Joseph Ki-Zerbo, notamment sur les modalités de développement endogène de l’Afrique, sur le rôle des intellectuels, des paysans et des ouvriers dans ce projet, sur l’importance de la culture dans le processus de libération et sur la dépendance de l’Afrique qui, après les indépendances juridiques, perdure d’autant plus dans le cadre de la mondialisation néolibérale.

Ce livre est un recueil de textes publié par CETIM pour faire connaitre cet intellectuel africain décédé il y a exactement 10 ans.

Pour acheter le livre ou visiter la boutique en ligne du CETIM

Source : Investig’Action