“L’inscription de la Règle Verte dans la Constitution est devenue une nécessité”

L’absence d’une candidature des Verts à la présidentielle française a permis à la France Insoumise (FI) de prendre un tour d’avance sur ses adversaires, en faisant le pari d’un programme écosocialiste. Agronome et docteur en sciences économiques, Philippe Assens est un militant contre les OGM et défenseur de la nature comme bien commun de l’humanité. Son engagement en faveur de la “Règle Verte” l’a amené à se présenter comme candidat de la FI aux élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Dans cette interview, il nous en apprend plus sur les propositions de l’écosocialisme.

 

Vous avez financé le matériel de votre campagne par un acte symbolique: la vente de semences de haricots. Quelle idée vouliez-vous mettre en avant ?

 

L’idée générale de cet acte symbolique est de dénoncer la privatisation du vivant, à travers celle du génome, par une poignée de multinationales dont la firme Monsanto est le chef de file. En quelques années, ces firmes ont réussi à s’accaparer un chiffre d’affaire annuel de 50 milliards d’euros sur un marché potentiel de 250 milliards. Il s’agit du plus gros hold-up d’un bien commun de l’humanité, car les semences ont été sélectionnées depuis des milliers d’années par des générations de paysans qui, jusqu’alors, reproduisaient et échangeaient librement les semences.

 

De plus, les graines d’insoumis bio que je propose ont des propriétés stables dans le temps, contrairement aux hybrides commercialisés par ces firmes, qui dégénèrent si on les ressème après récolte. Pour cette raison, il s’agit aussi de lutter contre une perte continue de la biodiversité et, contrairement à ce qui est dit par ces firmes, de la productivité globale de l’agriculture mondiale. Le message central est donc que le vivant n’est pas une marchandise et que le génome doit rester un bien commun.

 

D’autre part, j’ai choisi des graines de haricots car il me paraît aussi essentiel de promouvoir un régime alimentaire davantage basé sur la consommation de protéines végétales plutôt que d’encourager à la production de viande, surtout dans des fermes usines monstrueuses, nuisibles à l’environnement et terribles pour la condition animale.

 

Enfin, ce mode de financement participatif symbolise aussi la nécessaire indépendance de la politique vis-à-vis des lobbies financiers et industriels.

 

Dans un monde où les multinationales règnent sans partage, votre discours semble particulièrement audacieux, quel accueil a-t-il eu ?

 

Jean-Luc Mélenchon s’est engagé lors de son discours fondateur du 18 mars 2017 place de la Bastille, à inscrire le principe « le vivant est un bien commun » dans la constitution de la VIème République. Si cela était le cas, il s’agirait d’un événement majeur au niveau mondial. En effet, si la France proclamait que « le vivant n’est pas une marchandise », il pourrait y avoir spontanément un mouvement mondial des organisations paysannes demandant également l’inscription de ce principe dans la charte des Nations unies, ce qui pourrait changer concrètement le quotidien et l’avenir de milliards de paysans à travers le monde.

En France, obnubilés par les petites histoires des partis politiques dans l’élection présidentielle, les médias n’ont pas relayé cette innovation majeure pourtant presque aussi importante que la déclaration des droits de l’homme.

 

Justement, pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste la règle verte ?

 

C’est une règle de bon sens qui consiste à ne « pas prendre à la terre plus qu’elle n’est capable de régénerer ». En tant qu’agronome, cette règle représente pour moi la compétence de base de l’agriculture et, partant, de toute l’activité humaine : en effet, si elle n’est pas capable de reproduire la fertilité de la terre, la société industrielle conduit l’ensemble de l’humanité à sa perte.

Avec la « règle verte » et ce principe de « non-privatisation du vivant », le programme l’Avenir en Commun porté par le mouvement participatif « La France Insoumise » représente une nouvelle façon de considérer l’homme dans son environnement : en plus de disposer de droits, l’être humain a le devoir de prendre soin de la planète qui lui permet de vivre. Il s’agit là de la base de l’écosocialisme qui va progressivement s’imposer comme la forme moderne de la gauche traditionnelle.

 

Dans le contexte de l’urgence climatique, l’inscription de cette règle dans la Constitution est devenue une nécessité car le libre jeu du marché conduit inexorablement à l’épuisement des ressources naturelles au détriment du plus grand nombre, notamment des plus pauvres et des plus fragiles.

 

La modernisation de l’agriculture a eu un fort impact sur la société, entraînant une coupure assez brutale entre les générations. Ce modèle est-il compatible avec le développement durable ?

 

En plus de la reproduction de la fertilité du sol, la reproduction de la force de travail est un critère de base de la durabilité des modes de développement. Or, la modernisation agricole, que l’on peut résumer à l’insertion de l’agriculture, d’abord dans l’économie industrielle, puis aujourd’hui dans l’économie de marché, n’assure ni l’un ni l’autre. De plus, avec la rupture générationnelle, ce sont des compétences et des connaissances qui disparaissent de manière irréversible.

 

Depuis les années 1960, une idée fausse a été imposée par le capitalisme, à savoir que la modernisation technique était neutre sur les rapports sociaux. Or ce n’est pas le cas. L’industrialisation de l’agriculture a engendré de nouveaux rapports entre le rural et l’urbain et a ainsi transformé l’ensemble des référentiels socioculturels et de l’organisation du travail. A présent, le libéralisme achève cette transformation en développant une société basée sur le productivisme et le consumérisme, qui abîme la santé des consommateurs, détruit des emplois et localise la production dans les zones de plus grande pauvreté.

 

Sur quoi cette idée s’est-elle appuyé ?

 

Cette idée fausse repose au départ sur un discours trompeur des promoteurs du capitalisme industriel : s’il est vrai que la mécanisation a augmenté de manière spectaculaire l’efficacité du travail agricole et diminué sa pénibilité, la plus grande part de l’augmentation de la productivité est en réalité due à la mise en production d’un tiers de la surface agricole jusqu’alors réservée à l’alimentation du bétail utilisé pour la traction animale. Les libéraux nous dupent en faisant croire que la croissance de la production est d’abord due à l’efficacité du cocktail « mécanisation – produits phytosanitaires chimiques– libéralisation des marchés ».

 

La disparition de l’emploi agricole n’est pas une fatalité, il suffit juste pour cela de dénoncer les discours fallacieux et de remettre les choses dans le bon ordre. Automatiquement tout ira mieux pour les producteurs et les consommateurs avec le développement de l’agro-écologie et des circuits courts : c’est donc essentiellement au départ une question politique.

 

Vous vous présentez comme candidat aux législatives dans la 3ème circonscription des Pyrénées Orientales. Ce département connaît un important taux de chômage. Pas mal de jeunes sont contraints à chercher du travail ailleurs. Quel avenir pour celles et ceux qui sont sans emploi ?

 

Il n’y a pas de solution miracle et, en matière d’emploi, il convient de rester prudent et modeste. Néanmoins, je pense que notre département dispose d’atouts considérables pour devenir un leader territorial dans la nouvelle économie décartonnée qui s’annonce. Pour se mettre en place, cette nouvelle économie exige en premier lieu la définition d’une stratégie de développement économique, puis une politique d’investissement planifiée et le développement des compétences des jeunes générations par la formation initiale et continue.

 

D’autre part, il existe encore une forte appartenance culturelle à l’identité « catalane », alimentée par le dynamisme de Barcelone et de Gerone. Mais, alors que cet atout pourrait être bénéfique pour relocaliser la production et la consommation, cette qualité – que nous envient beaucoup de territoires – n’est pas valorisée.

 

Qu’est-ce qui bloque alors ?

 

Le problème, c’est que le manque de leadership politique et le déficit d’intelligence économique sur le territoire ne permet pas l’émergence d’une telle dynamique. Aussi, la première chose à faire pour un avenir en commun dans ce département est de renouveler rapidement la caste politique et technocratique qui sclérose le territoire par des comportements claniques défavorables à l’innovation.

 

Source : Investig’Action