Les bourses respirent après la conférence sur le climat. Nous voilà prévenus

La Conférence de Paris de 2015 sur le climat (COP21) vient de s’achever sur un cortège de bonnes intentions qui nous offre des perspectives intéressantes. Mais les réactions des bourses nous font garder la tête froide.

 

L’enfer du dérèglement climatique est pavé de bonnes intentions

La présentation de l’accord sur le climat obtenu à Paris a été présentée par les médias sous l’angle de l’euphorie, des politiciens rayonnants, d’un “accord historique”, “de réactions généralement positives”, pratiquement sans aucun angle critique. On aurait dit un grand Ouf !, la planète est sauvée. Oui certes la conférence a été une victoire diplomatique retentissante. Tous les pays se sont accordés sur les objectifs, un cadre juridique a été créé pour le suivi, et les textes présentent des passages intéressants sur une approche globaliste, non centrée sur le marché, du développement durable. (1)

Ce n’est pas rien. Mais comme le fait remarquer Jeffrey Sachs, conseiller de Ban Ki-moon : “il est crucial de faire la distinction entre diplomatie et implémentation” (2). L’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 2°C voire à 1,5°C est louable, mais ce ne sont que des bonnes résolutions au niveau planétaire. Si les plans d’action des différents gouvernement nationaux sont appliqués, alors la température de la planète montera plutôt de 2,7°C. Et cela à condition qu’ils aient été exécutés, car ces plans ne sont absolument pas contraignants. Selon Sachs, la limite de 1,5°C sera déjà atteinte au cours des prochaines décennies.

Comme le dit l’écrivain Monbiot de manière forte et concise : “comparé avec ce que la conférence aurait pu être c’est un miracle, comparé avec ce qu’elle aurait dû être, c’est un désastre” (3).

Planète ou profit

En fin de compte dans ce genre de conférence climatique tout est question d’argent. Et il y a beaucoup d’argent en jeu. Les 200 principales entreprises pétrolières, gazières et houillères représentent une valeur de 4.000 milliards de dollars sur le marché (4), soit autant que le PNB total des pays d’Amérique latine. Ces géants ne souffrent pas la moindre atteinte à leur empire économique ou financier. Ils ont financé la conférence de Paris de millions de dollars et leur lobbyistes siégeaient à la table des négociations.

En fait le choix devant lequel nous nous trouvons est plutôt simple. Soit nous allons brûler toutes les réserves de combustibles fossiles dont nous disposons et nous nous acheminons vers une hausse de température entre 3 et 5°, ce qui rendra la planète largement invivable. Soit nous essayons de maintenir la hausse de température sous les 2°C, et nous ne pouvons brûler que 20 à 40% des réserves (5).

Si les géants de l’énergie doivent laisser intacts 60 à 80% de leurs réserves, la valeur commerciale de leurs réserves va s’effondrer, ces entreprises perdront toute solvabilité et le prix de leurs actions va chuter. Il fallait donc examiner comment les bourses allaient réagir après la conférence climatique.

Les bourses respirent : soulagées !

Avec un accord climatique adéquat, les actions des entreprises d’énergies fossiles auraient dû chuter et celles des entreprises d’énergie verte, remonter. Ce n’est absolument pas ainsi que les bourses ont réagi. Après la conférence climatique, les actions “vertes” n’ont gagné que de 1,5 à 2%, alors que les actions gazières et pétrolières ne chutaient que d’un demi pourcent (6).

Et même les actions de la principale coupable, l’industrie du charbon, n’ont pas encaissé les revers, au contraire. Pendant la préparation de la conférence ces actions ont baissé constamment, par crainte d’une conférence imposant des accords contraignants. Mais une fois la conférence terminée, cette tendance baissière s’est arrêtée (7). Ouf !

Les PDG de l’industrie fossile sont plutôt rassurés à l’issue de la conférence. Ils ne croient pas que les accords obtenus auront un impact direct sur leur bizness. “Pour parler franchement, nous ne sommes pas trop inquiets. L’accord ne change pas grand-chose en ce moment” dit un PDG de l’industrie charbonnière (8).

Un cadre supérieur du secteur pétrolier dit “qu’en ce moment l’industrie a bien d’autres préoccupations, bien plus urgentes, à savoir le bas prix du pétrole”. (9)

Un cadre supérieur d’une entreprise d’énergie alternative envisage pour son entreprise “peu de changement significatif pour les 4 à 5 prochaines années” (10).

Les monopoles énergétiques, et avec eux les marchés financiers et les actionnaires, clament joyeusement que le monde politique ne fera pas ce qu’il a promis. “Shall we save the planet ? No, we should, but … unfortunately the profit stands in the way”. C’est sans doute ainsi qu’on peut résumer l’issue de la conférence climatique.

Les peuples vont tout changer

Le problème est sans doute que nous attendons trop des autorités. Selon le FMI les gouvernements nationaux subventionnent chaque année le secteur de l’énergie fossile de 5.300 milliards de dollars (y compris les coûts découlant de la pollution de l’air).

Cela représente 1000 fois ce qu’ils dépensent en recherche et développement dans les énergies renouvelables et 50 fois le montant que les pays riches consentent aux pays en développement pour leur lutte contre le réchauffement climatique. (11)

Cette disproportion complète reflète la préférence des puissants lobbyes et les rapports de force au niveau mondial. Un sommet climatique, aussi bien géré soit-il, ne va guère y remédier.

Le sauvetage de la planète dépendra de la lutte venue de la base, dans chaque pays séparément. Comme le dit Claudia Salerno, ambassadrice du Venezuela en Belgique et négociatrice climatique : “les accords de Paris changent certaines choses, mais les peuples vont tout changer”. (12)

Les pouvoirs publics et les géants de l’énergie devront être contraints à donner la priorité à la planète avant le profit. Le gros de la tâche doit encore commencer. C’est un combat contre le temps.

Notes :

(1) http://www.dewereldmorgen.be/artike….

(2) http://www.ft.com/intl/cms/s/0/eb8e….

(3) Déclaré au debriefing à Bruxelles le 16 décembre 2015.

(4) http://www.economist.com/news/busin….

(5) http://www.dewereldmorgen.be/artike….

(6) Il s’agit du marché boursier aux USA : http://www.dewereldmorgen.be/artike….

(7) Un des deux graphiques montre l’évolution des actions respectives de Peabody (industrie houillère) et de BP (industrie pétrolière) pendant le mois écoulé :http://seekingalpha.com/symbol/BTU ; http://www.hl.co.uk/shares/shares-s….

( 8) http://www.ft.com/intl/cms/s/0/4412….

(9) http://www.ft.com/intl/cms/s/2/daa0….

(10) http://fortune.com/2015/12/14/paris….

(11) http://www.imf.org/external/pubs/ft… ; http://www.ft.com/intl/cms/s/0/181f….

Traduction du néerlandais : Anne Meert pour Investig’Action

Source : Investig’Action