Le Journal de Notre Amérique 13 : Dilma au cœur de la tempête médiatique

Equateur, Argentine, Venezuela, Brésil…Depuis quelques mois, une stratégie de contre-révolution à l’échelle régionale est à l’œuvre.

“Nao vai ter golpe”. Il n’y aura pas de coup d’Etat. C’est la consigne scandée dans les manifestations en soutien au gouvernement de Dilma Rousseff au Brésil, soigneusement occultées par nos médias. Chez nous, par contre, le récit dominant est un copié collé de la version de la droite brésilienne. Devinez sa cible ? L’entourage de Dilma au Parti des Travailleurs, ainsi que l’ancien Président et syndicaliste Lula Da Silva. L’accusation portée ? Une prétendue corruption généralisée. Et…la vérité là-dedans ? Eh bien, chers lecteurs et lectrices, nous avons le plaisir de vous dévoiler dans ce numéro les dessous de cette manœuvre coordonnée par le pouvoir judiciaire et le monopole des médias brésiliens.

Ce n’est pas un hasard si tout cela arrive en même temps. Même méthode et mêmes acteurs, le pouvoir judiciaire et les médias argentins s’acharnent contre l’ancienne Présidente de l’Argentine, Cristina Fernandez, dont la popularité, quatre mois après l’arrivée au pouvoir de la droite de Macri, reste énorme. Car les peuples argentin et brésilien n’ont pas oublié les conséquences néfastes de la politique néolibérale menée pendant les années 80 et 90, ni la complicité de ses oligarchies avec les dictatures militaires issues de coups d’Etat il y a quelques décennies. Nous abordons cette face cachée de l’histoire dans les interviews de Hilda Presman et Carlos Aznarez.

Entretemps, les médias européens continuent à déformer la réalité du Venezuela lorsqu’ils montrent les effets et évitent systématiquement d’expliquer les causes. Pourtant, une véritable guerre économique se déroule sous nos yeux, suivant les mêmes méthodes que celles qui précédèrent le renversement de Salvador Allende, et qui consiste à interrompre la distribution des produits de première nécessité afin de semer le mécontentement dans la population et de briser l’union du peuple avec les leaders de la Révolution bolivarienne.

Ironie du destin, l’affaire des “Panama Papers” vient confirmer que la droite en Argentine, au Brésil et au Venezuela n’est pas vraiment en mesure de donner des leçons en matière d’évasion fiscale. Pas de chance, les dirigeants vénézuéliens ne figurent pas dans les documents filtrés de Panama. Les gouvernements de Correa et d’Evo non plus. Par contre, il y a déjà de quoi écrire un bon scénario de “télénovela” avec les noms familiers de la droite apatride qui y figurent en abondance, comme Aécio Neves, Eduardo Cunha et…un dénommé Macri.

Le Journal de Notre Amérique n°13 : Dilma au cœur de la tempête médiatique byInvestigaction

Téléchargez le Journal en cliquant sur cette icône

PDF - 1.5 Mo

Sommaire

Brésil : à propos des systèmes d’écoute et la responsabilité des médias

Échec à la reine : l’Échiquier brésilien en 2016

« L’ambassade des Etats-Unis au Brésil ressemble àcelle aux temps d’Allende au Chili »

Le Brésil vu par Le Monde

Néolibéralisme et fracture sociale en Argentine

L’Argentine et la nouvelle géopolitique des Etats-Unis en Amérique Latine

40 ans après le coup d’Etat en Argentine,les procès contre l’impunité se poursuivent

Brèves

Venezuela : les tactiques de Colgate-Palmolive face au désapprovisionnement programmé

La Révolution Bolivarienne depuis le champ de bataille

La proposition de loi de la droite vénézuélienne :loi d’amnistie ou loi d’amnésie ?

Source : Investig’Action