Islamisme (6/6): Il n’y a pas un, mais deux Al Qaida

L’islamisme, un concept fourre-tout? Dans le livre Jihad made in USA, Mohamed Hassan distingue cinq courants différents aux intérêts parfois contradictoires. Ce sixième et dernier extrait est consacré à la mouvance dite “jihadiste”. 

Voir le premier extrait sur les traditionalistes

Voir le second extrait sur les réactionnaires.

Voir le troisième extrait sur les Frères musulmans

Voir le quatrième extrait sur les islamo-nationalistes

Voir le cinquième extrait sur Sayyd Qutb



Vous avez dit que la pensée de Qutb allait trouver un certain écho en Arabie saoudite, bastion du wahhabisme. Mohamed Qutb, le frère de Sayyid, aurait compté parmi ses étudiants Oussama ben Laden et Ayman al-Zawahiri. La pensée de Qutb a-t-elle inspiré Al-Qaïda ?

Certainement. On voit donc que les Frères musulmans et les jihadistes partagent un socle idéologique commun.

 

Mais ils ne sont pas d’accord sur tout. Zawahiri a rédigé un réquisitoire particulièrement sévère à l’encontre des Frères, estimant que la solution politique était une traîtrise.

C’est principalement sur la méthode que les Frères musulmans   et les jihadistes ne sont pas d’accord. Sinon, ils poursuivent le même objectif. Leurs cadres viennent des mêmes milieux : petite bourgeoisie, propriétaires terriens, commerçants, etc. Et leur principal ennemi, ce sont les États nationalistes et laïcs du monde arabe. Cet ennemi passe avant même les puissances impérialistes. Si bien que pour combattre les premiers, ils n’hésitent pas à s’allier aux seconds.

 

Comme en Afghanistan dans les années 80 où la CIA encadrait les jihadistes ?

Oui. Cette guerre d’Afghanistan illustre la théorie du “Rollback” mise sur pied par les États-Unis dans les années 50. Pour le président Eisenhower et son secrétaire d’État, John Foster Dulles, il ne suffisait plus de contenir la montée du communisme dans le monde, il fallait aussi renverser les gouvernements qui étaient proches de l’Union soviétique. C’était le cas du gouvernement afghan à la fin des années 70.

La technique a été appliquée avec brio en Afghanistan où la CIA a enrôlé la jeunesse musulmane pour non seulement renverser le gouvernement afghan mais aussi pour précipiter la chute de l’Union soviétique. Le principal artisan de cette habile manœuvre était Zbigniew Brzezinski, véritable responsable de la politique étrangère de la Maison-Blanche. De l’aveu même de Brzezinski, l’idée derrière l’encadrement des jihadistes afghans était de lâcher des moustiques pour forcer une intervention de l’ours soviétique. « Nous ferons de l’Afghanistan le Viêtnam des Soviétiques », professait Brzezinski.

 

Et les jeunes musulmans étaient sensibles aux sirènes de la CIA ?

La propagande tournait à plein sur ce  thème  :  renverser,  au nom de l’islam, un gouvernement laïc donc impie. Ce message a trouvé un certain écho pour plusieurs raisons. Tout d’abord, bien qu’ils n’aient pas de représentation officielle en Afghanistan, les Frères musulmans étaient présents à l’université de Kaboul où ils diffusaient leur idéologie. Les renseignements pakistanais étaient au courant et le voyaient d’un très bon œil.

En Afghanistan, les Frères ne se contentaient pas de contrer l’influence soviétique sur les campus. Ils participaient également  à la destruction de toutes les infrastructures mises en place par le gouvernement en matière d’éducation, du droit des femmes, etc. C’était une entreprise très réactionnaire. Elle a créé un terreau propice à l’arrivée de wahhabites tels que Ben Laden qui ont pu introduire leur religion arriérée dans le conflit afghan.

 

Les combattants ne venaient pas seulement d’Afghanistan mais affluaient d’un peu partout. Comment l’appel a-t-il rencontré un tel succès ?

Les Frères musulmans avaient préparé le terrain en Afghanistan mais la CIA et ses alliés ont recruté partout dans le monde arabe et même en Occident. L’Arabie saoudite et son réseau de mosquées se sont révélés d’une aide précieuse.

Pour comprendre pourquoi autant de jeunes ont répondu à l’appel, il faut aussi regarder ce qui s’est passé dans le monde arabe durant les années qui ont précédé cette guerre d’Afghanistan. Pour se débarrasser du nationalisme arabe, les marionnettes de la région ont enclenché un processus d’islamisation. Parallèlement, elles menaient une politique d’ouverture économique qui avait conduit à l’appauvrissement d’une grande partie de la population. Vous aviez donc dans le monde arabe tout un tas de jeunes désœuvrés qui ne connaissait rien à la lutte des classes mais à qui l’on n’avait parlé que de Dieu et de la charia. Non seulement ils n’avaient  rien à perdre mais, lorsqu’on les invitait à se battre pour Allah, le message les touchait directement au cœur.

Par ailleurs, les gouvernements locaux ne voyaient pas d’un mauvais œil que ceux qu’ils considéraient comme des jeunes sauvages et desquels ils ne savaient que faire partent au casse-pipe au nom d’Allah.

 

L’Occident n’était pas non plus réticent à l’idée visiblement…

C’était déjà le cas dans les années 80 pour l’Afghanistan et ça l’est encore aujourd’hui par rapport à la Syrie. Les gouvernements occidentaux n’empêchent pas ces jeunes de partir mais s’inquiètent qu’ils reviennent. Autrement dit, ces jeunes considérés comme des moins que rien sont juste bons à mourir sur le champ de bataille. Pour nos dirigeants, c’est une manière utile de se débarrasser d’eux.

 

On répète souvent qu’il n’y a pas de profil type pour ces jeunes européens partis faire le jihad en Syrie. Il y a eu des convertis de familles relativement aisées, des Arabes issus de quartiers populaires, des musulmans qui pensaient participer à une action humanitaire, d’autres qui se sentaient l’âme de révolutionnaires…

Il y a tout de même un point commun à ces combattants, quelque chose qui les relie d’une certaine façon aux autres jeunes du Moyen-Orient : leurs gouvernements sont incapables de leur offrir des perspectives d’avenir. En Occident, nos dirigeants les ont persécutés, frustrés et discriminés. Et, au final, ils les emploient comme chair à canon pour leurs guerres. C’est une honte !

 

Revenons à l’Afghanistan. Dans les années 80, les États-Unis y ont donc soutenu des jihadistes ?

C’était pour les États-Unis ce qu’ils appellent une « alliance temporaire ». L’ennemi de mon ennemi est mon ami… temporairement ! Dès que l’Union soviétique est tombée, Washington a fait sauter les bouchons de champagne et a quitté l’Afghanistan plus vite qu’elle n’y était y arrivée. Évidemment, les États-Unis n’avaient pas imaginé les conséquences d’une telle opération.

Après avoir vaincu les Soviétiques, Oussama Ben Laden se sentait capable de tout. Il a créé une nouvelle organisation, Al Qaïda, avec pour objectif de libérer tous les pays musulmans par la voie du jihad. Pour les raisons que je viens d’évoquer, le mouvement a trouvé de nombreux adeptes parmi les jeunes musulmans.

Encore faut-il relativiser ce succès au regard du nombre total de musulmans sur la planète. Aujourd’hui, les médias étant ce qu’ils sont, les Occidentaux croient qu’un dangereux terroriste sommeille dans chaque musulman. La réalité est moins terrifiante et moins vendeuse évidemment. Au regard du milliard  et demi de  musulmans  qui  vivent  leur  religion  paisiblement,  ceux qui tombent dans le terrorisme représentent une part relativement insignifiante.

 

Pourtant, les médias n’arrêtent pas de nous parler d’Al Qaïda. L’organisation serait ou aurait été partout dans le monde.

Certes, l’appel des jihadistes a pu rencontrer quelques adeptes un peu partout dans le monde musulman. Mais du côté des médias, on tend à faire un amalgame de tous les mouvements ou même des actes jihadistes. Au-delà de l’aspect sensationnaliste et du caractère idéologique de cette propagande, il y a une autre raison à cela. Un phénomène particulier s’est en effet produit avec Al Qaïda. Ces dernières années, il suffisait qu’un terroriste fasse sauter une bombe quelque part dans le monde et se revendique de cette organisation pour que l’on fantasme sur la puissance de son réseau. Vous auriez vous-même pu envoyer des enveloppes avec un peu de farine à l’intérieur puis poster une vidéo sur YouTube pour que les médias s’excitent sur la présence d’Al Qaïda en Belgique…

Remarquez d’ailleurs que le nom « Al Qaïda » signifie « la base ». Au fil des années, elle est devenue une espèce de socle commun  à une myriade de mouvements éparpillés partout dans le monde, des Philippines au Mali en passant par le Yémen ou le Caucase.

 

On peut rajouter la Libye et la Syrie aux pays que vous mentionnez, deux pays qui étaient dans le collimateur de l’Otan. Trente ans après la première guerre d’Afghanistan, l’Occident a-t-il noué une nouvelle alliance temporaire avec Al-Qaïda ?

Selon moi, il faut distinguer deux Al-Qaïda. La première, celle d’Oussama Ben Laden, voyait plus loin que le bout de son nez. Cette organisation-là, après avoir combattu l’Union soviétique, pensait pouvoir s’attaquer à une autre superpuissance : les États- Unis.

 

 

L’implication de l’Union soviétique était évidente dans le cas de l’Afghanistan. Mais pourquoi Al-Qaïda s’est-elle attaquée aux États-Unis par la suite ?

Dans leur stratégie guerrière, les jihadistes distinguent deux ennemis : le proche et le lointain. L’ennemi proche, ce sont les gouvernements locaux dirigés par de mauvais musulmans selon la vision de Sayyid Qutb qui a inspiré les jihadistes. L’ennemi lointain, ce sont les grandes puissances qui collaborent avec les ennemis proches.

Après la guerre d’Afghanistan qui a entraîné la chute de l’Union soviétique survint la première guerre du Golfe en 1990-91. Saddam Hussein avait envahi le Koweït et ses troupes se trouvaient aux portes de l’Arabie saoudite. Oussama Ben Laden a alors proposé à la famille royale de lever une armée mais les Saoud ont préféré jouer la carte de l’allié US, autorisant les GI à stationner dans le royaume pour mener leur opération Tempête du Désert. Pour Ben Laden, c’était une injure. Les Saoud ouvraient grand les portes des terres saintes de l’islam à l’armée des États-Unis ! Dans leur célèbre communiqué de février 1998, Ben Laden et Zawahiri disent très clairement : « Depuis plus de sept ans, les États-Unis d’Amérique occupent les terres d’islam dans les plus saints des lieux, la péninsule arabique, pillant ses biens, commandant ses chefs, humiliant son peuple, terrorisant ses voisins et tentant de transformer ses bases dans la péninsule en bases destinées à combattre les peuples musulmans voisins. »

Plus que jamais, les Saoud apparaissaient donc comme un ennemi proche aux yeux des dirigeants d’Al Qaïda. Mais ils avaient aussi compris que cet ennemi proche tirait sa force du soutien que lui apportaient les États-Unis, un ennemi lointain. C’est donc là qu’il fallait frapper.

 

En quoi la seconde Al-Qaïda que vous mentionnez est-elle différente ?

Les anciens cadres, comme Ben Laden ou Zarqawi, ont été éliminés par les États-Unis. Aujourd’hui, il y a selon moi une autre Al-Qaïda qui n’a plus rien à voir avec l’ancienne et qu’il faut démystifier. Ce n’est plus une organisation, c’est seulement un logo qui regroupe des mouvements fragmentés comme le front Al- Nosra et toute une myriade de petites organisations qui se battent entre elles en Syrie ! Ce sont plus des groupes terroristes que de véritables organisations pourvues d’une idéologie. Il apparaît aussi que cette nouvelle Al-Qaïda a délaissé son combat contre les ennemis lointains pour s’attaquer à des ennemis proches bien choisis, à savoir les États nationalistes arabes comme la Libye et la Syrie ou les dirigeants chiites d’Irak.

 

En janvier 2014, le nouveau leader d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, appelait les groupes impliqués en Syrie à cesser immédiatement de se battre entre eux. Il ajoutait également qu’il fallait s’unir contre « l’ennemi laïc et confessionnel, soutenu par les forces des rafidhites (chiites) safavides (en référence à l’Iran), ainsi que la Russie et la Chine. » Il semble que les ennemis lointains ne sont pas oubliés, mais plutôt qu’ils ont changé…

Selon moi, ce  revirement  relève  d’un  choix  tactique.  Après  les attentats du 11 septembre, les États-Unis se sont engagés  dans la guerre contre le terrorisme. Ils ont porté un coup dur à l’organisation d’Al-Qaïda. Aujourd’hui, en changeant leur fusil d’épaule, les jihadistes ne s’offrent pas seulement du répit, ils peuvent aussi compter sur le soutien des États-Unis et de leurs alliés régionaux. De leur côté, ces derniers ont la possibilité de faire tomber des gouvernements ennemis sans devoir envoyer leurs troupes.

 

Un retour à la méthode afghane des années 80 ?

C’est la même technique en effet. D’ailleurs, l’artisan du piège afghan, Brzezinski, est aujourd’hui encore un proche conseiller d’Obama. En une dizaine d’années, les néoconservateurs ont ruiné les  États-Unis avec leurs  guerres  d’Afghanistan  et d’Irak. Ces expéditions militaires ont coûté beaucoup d’argent mais n’ont pas apporté les résultats escomptés. L’image des États-Unis a également été sérieusement écornée dans le monde et, sur le plan intérieur, le président US serait incapable de vendre une nouvelle intervention militaire à ses électeurs.

D’où ce changement de stratégie. Obama opère un retrait tactique d’Afghanistan et d’Irak mais, en réalité, c’est une opération très formelle, car les États-Unis disposeront toujours de bases militaires dans ces pays. Il faut également ajouter tous les mercenaires privés qui sous-traitent des missions pour le Pentagone. Malgré tout, Obama a pu « vendre » ce soi-disant retrait, se présenter comme un pacifiste et obtenir un Prix Nobel ! Il n’a pas pour autant tourné le dos à la stratégie de domination mondiale menée par ses prédécesseurs. Il ne pourrait d’ailleurs en être autrement car  la situation pousse inévitablement les États-Unis à défendre bec et ongles leurs intérêts dans le monde. Il y a la crise économique, l’émergence de nouvelles puissances comme la Chine et la Russie, le passage d’un monde unipolaire à un  monde  multipolaire… Une situation qui tend à faire tomber les États-Unis de leur rôle hégémonique et à les ramener au rang de puissance régionale.

Ce que Washington n’est pas prêt à accepter. Ses multinationales ne le tolèreraient pas, elles ont besoin de continuer à profiter de marchés, de débouchés et de ressources aux quatre coins de la planète. En Amérique latine, en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie, Obama continue donc à jouer la carte de l’ingérence, mais plus  subtilement  que  les  néoconservateurs.  C’est  le  retour du « soft power ». Pour déstabiliser les pays ennemis, comme nous l’avons expliqué dans notre précédent livre « La stratégie du chaos », on s’appuie sur des groupes internes plutôt que d’envoyer ses propres soldats.

Les États-Unis n’ont plus les moyens d’intervenir sur le terrain, ils peuvent tout au plus organiser des frappes aériennes. Cependant, si  cela  a  permis  de  faire  tomber  Kadhafi  en  Libye,  ça  reste relativement inefficace comme on le constate avec l’opération lancée contre l’État islamique. Mais ça alimente le complexe militaro-industriel qui pèse beaucoup dans l’économie US. Dans les mois qui ont suivi l’annonce d’Obama sur le bombardement de positions de l’État islamique, les cours de l’action Lockheed Martin ont grimpé de 9,3 %, ceux de General Dynamic de 4,3 % et ceux de Raytheon et de Northrup Grumman de 3,8 %. De fait, durant la première nuit des frappes en Syrie, le 23 septembre 2014, les navires US ont tiré 47 missiles Tomahawk, chacun coûtant près de 1,4 million de dollars !

 

En s’étant appuyée sur des groupes jihadistes en Syrie et en Libye, Washington n’a-t-elle pas joué avec le feu ? En Afghanistan, après la chute des Soviétiques, Ben Laden s’est retourné contre les États-Unis. En Libye, après le renversement de Kadhafi, l’ambassadeur US a été tué dans un attentat. Et en Syrie, on entendait des jihadistes dire : « First Bashar, then Nato ». Ces combattants constituent-ils vraiment de bons alliés ?

Les utiliser, c’est une chose. Les contrôler, c’en est une autre. Comme pour la guerre d’Afghanistan, il s’agit d’une alliance temporaire. De part et d’autre. Les jihadistes ne sont pas comme les islamistes réactionnaires, ce ne sont pas des marionnettes totalement soumises à l’Occident. Certains se demandent parfois pourquoi ils s’attaquent à un pays musulman comme la Syrie plutôt que de s’attaquer à Israël par exemple. Ce n’est pas parce qu’ils sont totalement manipulés par les impérialistes mais plutôt parce qu’ils ont développé une stratégie assez lâche et pas très poussée du point de vue politique.

L’idée d’Al-Qaïda aujourd’hui est en effet de conquérir des États arabes laïcs, plus accessibles que les États-Unis ou Israël, pour gagner en puissance. Selon le chef actuel de l’organisation, Ayman al-Zawahiri, chaque guerre qui se présente est une bénédiction du ciel. Car ces conflits offrent aux jeunes combattants d’Al-Qaïda la possibilité de gagner toute l’expérience nécessaire pour  s’aguerrir et mener ensuite des combats plus importants. Dans son livre « Chevaliers sous la bannière du Prophète », Zawahiri explique comment l’Afghanistan a constitué un terrain d’apprentissage idéal pour ses jeunes soldats. Bien meilleur que West Point ou n’importe quelle autre académie militaire.

Mais c’est une vision politique très limitée. Al-Qaïda s’est attaquée à deux États nationalistes, la Syrie et la Libye, pour monter en puissance, obtenir du soutien et parce que la laïcité dans le monde arabe reste une aberration à ses yeux. Mais ce faisant, les jihadistes mettent la région à feu et à sang et divisent les peuples du Moyen- Orient. Indirectement, ils jouent, eux aussi, donc le jeu du Divide and Rule et contribuent à renforcer la domination occidentale.

 

Vous dites que les renseignements saoudiens ont infiltré les groupes jihadistes pour les manipuler. Pourtant, l’Arabie saoudite a pris des mesures pour sanctionner ceux qui financent le terrorisme islamiste.

Comme je l’ai dit, utiliser et contrôler, ce n’est pas la même chose. En son temps déjà, le prince Turki entretenait avec Ben Laden des relations pour le moins suspectes aux yeux de certains. Dans son livre « Au cœur des services spéciaux », l’ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE, Alain Chouet, explique comment les premiers attentats commis par Ben Laden servaient dans une certaine mesure les intérêts du prince Turki, chef des renseignements saoudiens à l’époque. Al Qaïda est officiellement créée en 1998 mais des actions avaient déjà été menées auparavant en Arabie saoudite : des soldats américains et saoudiens blessés par balles, une voiture piégée devant un bâtiment de la garde nationale saoudienne à Riyad ou un camion chargé d’explosifs contre la base américaine de Khobar… À propos de ces attentats, Alain Chouet indique : « Le décryptage politique de ces attentats n’était pas évident. En Arabie même, la plupart visaient en effet soit des implantations de la Garde nationale saoudienne, soit des sites ou du personnel militaire étranger confiés à la vigilance ou à la protection de celle-ci. Or, cette dernière était sous les ordres du prince Abdallah qui n’était encore que le régent, héritier présomptif du trône alors occupé par le déclinant roi Fahd, et qui était vivement contesté par ses frères cadets issus d’un autre lit, le prince Turki, chef des services spéciaux, et le prince Sultan, ministre de la Défense. Tous ces attentats semblaient mettre en cause la capacité de gestion et de contrôle d’Abdallah et susciter aux États-Unis un vif  sentiment de méfiance et de rejet à son encontre. »

Rejetant à juste titre l’idée que le prince Turki ait « fabriqué » Ben Laden, Chouet explique comment le chef des renseignements a pu utiliser Ben Laden par la suite, notamment avec les attentats contre les ambassades US au Kenya et en Tanzanie en 1998. Par représailles, le président Bill Clinton a fait bombarder une usine pharmaceutique au Soudan. On découvrira par la suite que Ben Laden n’avait rien à voir avec cette usine mais le fait est que l’Arabie saoudite avait des différends avec le Soudan qui était ainsi invité à rentrer dans le rang vis-à-vis des Saoud. L’usine appartenait en outre à un homme d’affaires saoudien et produisait des médicaments en concurrence directe sur le marché africain avec des entreprises pharmaceutiques US. Le prince Turki et Washington avaient donc des intérêts communs dans cette prétendue attaque contre Al-Qaïda au Soudan.

 

Et pour les attentats du 11 septembre ?

Le prince Turki a été démis de ses fonctions une semaine avant les attentats du World Trade Center. Selon Chouet, parce que l’Arabie saoudite, comme beaucoup d’autres services de renseignements d’ailleurs, sentait que quelque chose d’important se tramait. Et elle ne voulait pas être directement mise en cause. De fait, même si  le prince Turki a pu utiliser Ben Laden, ce n’était pas sa créature. De son côté, si le leader d’Al Qaïda a pu bénéficier de soutiens utiles, il ne gardait pas moins une dent contre la famille royale. Ben Laden ne reconnaissait aucune légitimité aux Saoud. Il parlait de l’Arabie et non de l’Arabie saoudite. Il incarnait cette bourgeoisie saoudienne qui se sent lésée par la mainmise de la famille royale sur tout le pays et qui voudrait voir des réformes dans le royaume.

Les Saoud savent donc très bien qu’ils doivent prendre garde au retour de flamme lorsqu’ils cherchent à utiliser les jihadistes. Et c’est ce qui se passe maintenant en Syrie. Les renseignements saoudiens, dirigés par le prince Bandar, ont en quelque sorte ressuscité Al Qaïda. Mais cette organisation ne ressemble plus en rien à ce qu’elle était. Selon la volonté des Saoud, elle s’est engagée dans un conflit sunnites contre chiites. L’Arabie saoudite mène en effet une lutte pour la suprématie régionale contre les chiites d’Iran et leurs alliés du Hezbollah, de Syrie et d’Irak. Ce n’est donc pas un hasard si le discours d’Al Qaïda a tellement changé. Avant, elle parlait de chasser la présence américaine  du Moyen-Orient et blâmait les gouvernements arabes qui avaient ouvert grand les portes des terres musulmanes aux étrangers. Aujourd’hui, elle fustige les chiites. Sa propagande religieuse, destinée à recruter des mercenaires, tourne autour des contradictions opposant le sunnisme au chiisme. Elle va pour cela chercher des textes très anciens. Encore une fois, c’est une vision très arriérée, sectaire et très faible du point de vue politique.

 

Est-ce ainsi que vous expliquez l’évolution du conflit irakien ? Après le renversement de Saddam Hussein, une résistance s’était formée pour combattre l’occupant US. Mais ce combat s’est rapidement mué en un conflit confessionnel opposant sunnites et chiites…

Effectivement, c’est une évolution voulue par l’Arabie saoudite et les États-Unis. Une évolution rendue possible par l’entremise de cette nouvelle Al Qaïda. L’Arabie saoudite ne tolérait pas que le nouveau gouvernement irakien soit proche de l’Iran et renforce ainsi l’influence de Téhéran dans la région. De son côté, les États- Unis préfèrent voir la résistance se déchirer plutôt que d’attaquer ses soldats.

Au départ, le plus gros de la résistance irakienne était constitué de baathistes, des partisans de Saddam Hussein. Mais, sous l’effet de la « débaasification » menée par Paul Bremer d’une part et l’arrivée massive de jihadistes venus de pays voisins d’autre part, le noyau baasiste et laïc de la résistance irakienne s’est dissout.   Et la résistance irakienne des débuts est devenue un mouvement islamique infiltré par les renseignements saoudiens et jordaniens. Un mouvement qui n’a aucune vision, il s’emploie juste à tuer. Pour l’année 2014, on compte chaque jour près de 25 morts en Irak ! Voilà le bilan de l’invasion US. Et il y a encore des gens qui osent appeler cette armée à intervenir pour stopper des conflits…

 

Aujourd’hui, ces mouvements jihadistes infiltrés échappent-ils au contrôle  de l’Arabie saoudite ?

Il y a un changement  important en effet. Le prince Bandar qui était à la tête des renseignements saoudiens est considéré comme un parrain du terrorisme islamique. Il a été nommé pour accomplir un objectif bien précis : utiliser les groupes jihadistes pour renverser le gouvernement syrien. Mais c’est un échec. Les jihadistes ne font pas le poids face à l’armée syrienne qui n’est pas tombée dans le panneau de la propagande confessionnelle. Et, malgré des manipulations grossières sur l’emploi d’armes chimiques, ceux qui soutiennent les jihadistes en Syrie n’ont pas pu forcer une intervention de l’Otan pour soutenir les mercenaires en déroute.

Toutes ces manœuvres sans  résultats  ont  fortement  contrarié les dirigeants saoudiens. Le prince Bandar a ouvert une boite de Pandore mais n’a pas atteint son objectif. À présent, la famille royale a très peur de ce que vont pouvoir faire tous ces jihadistes s’ils désertent le terrain syrien. Comme par le passé, ils pourraient se retourner contre les Saoud.

Ces derniers ont donc pris des mesures radicales  pour calmer le jeu. Tout d’abord, le prince Bandar a été viré. Jeté comme un mal propre, il a été prié de boucler ses valises et de quitter le royaume. Ensuite, comme vous l’avez mentionné, une loi est passée pour sanctionner les Saoudiens qui financeraient des réseaux jihadistes. Enfin, Riyad veut également faire revenir tous ses jeunes qui sont partis se battre. Un appel a été lancé. Ceux qui ne rentreront pas dans le délai imparti se verront déchus de leur nationalité. Les autorités saoudiennes ont par ailleurs renvoyé une bonne partie de la main-d’œuvre immigrée pour que les jeunes jihadistes qui reviendraient au royaume puissent se réintégrer correctement en trouvant du travail.

 

C’est un changement radical pour l’Arabie saoudite ! Dans les années 60, pour se prévenir de mouvements sociaux qui commençaient à poindre, ses dirigeants avaient tout bonnement supprimé la classe ouvrière saoudienne en recourant à une main-d’œuvre immigrée. Une particularité rendue possible grâce à l’argent du pétrole. Quant aux travailleurs venus du Pakistan, du Yémen et d’autres pays voisins, ils travaillaient dans des conditions proches de l’esclavage. Aujourd’hui, les dirigeants saoudiens ne craignent-ils pas d’affronter des mouvements sociaux si une classe ouvrière se développe à nouveau ?

Après les années 60, il y a toujours eu une petite classe ouvrière saoudienne mais elle était minoritaire par rapport à la main-d’œuvre étrangère et principalement composée de chiites. Car les Saoud ont toujours craint les mouvements sociaux effectivement. Mais ils craignent encore plus ces jeunes Saoudiens qui se sont engagés dans des mouvements jihadistes et qui pourraient échapper à tout contrôle ! N’oublions pas que les idéologues comme Sayyid Qutb qui ont inspiré ces groupes jihadistes sont très critiques à l’égard de dirigeants musulmans tels que les Saoud. Je ne pense pas que ces derniers craignent vraiment les cadres de cette seconde Al Qaïda qui est une imposture. Mais l’organisation regroupe une multitude de mouvements que même Zawahiri ne peut contrôler. Il n’arrive pas à les empêcher de se battre entre eux en Syrie ! Il ne pourrait sans doute pas les empêcher de s’attaquer aux  Saoud si certains décidaient d’agir de la sorte. D’autant plus que tous ces combattants ont été recrutés sur base d’une propagande jihadiste. On ne les a pas appelés en leur disant : « Nous allons attaquer la Libye puis la Syrie pour faire plaisir à l’Arabie saoudite et aux États-Unis qui nous soutiendront pour accomplir cette mission. » On leur a plutôt parlé de mécréants. Un concept qui a été apposé à Kadhafi puis à Assad et qui pourrait tout aussi bien s’appliquer aux Saoud par la suite.

 

Vous parliez d’une alliance temporaire tant du côté des jihadistes que des États-Unis. Nous avons vu quelle stratégie poursuivent les premiers. Qu’en est-il des seconds ? L’opération syrienne ne semble pas rencontrer le même succès que celle menée en Afghanistan dans les années 80…

À court terme, il faut reconnaître que la stratégie des États-Unis est bien pensée. L’utilisation de groupes islamistes entre parfaitement dans les plans des impérialistes pour renverser les États nationalistes arabes qui résistent.

C’est bien pensé, d’autant plus qu’il n’y a pas que dans le monde arabe que cette stratégie peut être activée. Aujourd’hui, près de 15 % de la population russe est musulmane. Si l’on considère le territoire de l’ex-URSS où Moscou exerce toujours une certaine influence, cette proportion devient même beaucoup plus importante dans certaines régions. Les États-Unis pourraient donc recourir à l’intégrisme musulman pour déstabiliser la Russie. D’ailleurs, cette technique avait déjà été utilisée du temps de Boris Eltsine en Yougoslavie, en Tchétchénie et ailleurs en Asie centrale.

La possibilité s’offre aussi pour la Chine qui compte une importante minorité musulmane dans le Xinjiang. C’est même une grande partie de l’Asie qui peut être déstabilisée avec la présence de groupes intégristes en Malaisie, en Indonésie et aux Philippines.

Les États-Unis ont donc une bonne carte à jouer pour poursuivre leur stratégie du chaos : une politique de la terre brûlée qui ne leur permet pas de prendre le contrôle d’un pays et de ses ressources, mais qui empêche les concurrents d’en profiter.

 

Mais le “court terme” ne risque-t-il pas de poser des problèmes à “long terme” ?

C’est différent évidemment. Regardez la Libye… Oui, les impérialistes sont parvenus à renverser Kadhafi. Mais l’État a été détruit par la même occasion. Aujourd’hui, le pays est en proie à des bandes armées qui se déchirent. Et l’expédition militaire de l’Otan a eu des répercussions sur le Mali, forçant une intervention française. L’impérialisme a besoin d’exporter ses capitaux en Libye, de profiter du pétrole bon marché, de trouver des débouchés pour ses entreprises dans la reconstruction nécessaire du pays… Mais là, ce n’est pas du tout possible ! L’Occident a vraiment de gros problèmes avec la Libye.

Washington et ses alliés ont voulu réitérer l’opération en Syrie mais  cela s’est soldé par un échec, le gouvernement  syrien a résisté à l’assaut. Après avoir essuyé un sérieux revers, les jihadistes de l’EEIL sont retournés en Irak et sèment encore et toujours le chaos. Là aussi, l’Occident a semé les graines d’une situation explosive.

Nous pouvons donc constater que la stratégie visant à utiliser les groupes islamistes est certes bien pensée mais aussi très dangereuse. Tout d’abord, elle peut laisser entrevoir des résultats probants à court terme mais rien n’est gagné d’avance pour autant. Kadhafi est tombé, pas Bachar. Ensuite, à moyen terme, l’Occident pourrait se retrouver avec des problèmes encore plus importants à affronter. Combien de temps cela va-t-il encore durer ?

Nous vivons une situation dangereuse et le danger se présente pour l’humanité tout entière. Pas seulement à cause de la Syrie. À travers l’agression de ce pays, l’Occident alimente un conflit plus vaste à l’encontre de l’Iran, de la Russie et de la Chine… Les États- Unis sont une puissance impérialiste déclinante. Le danger est que cet empire s’accroche à sa première place envers et contre tout, plongeant le monde dans un conflit général qui pourrait même devenir nucléaire.

 

RETROUVEZ JIHAD MADE IN USA SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE