« Pourquoi nous portons plainte contre Théo Francken? »

L’ONG Vluchtelingenwerk Vlaanderen se pose la question de savoir si le Premier ministre ne devrait pas prendre le dossier de l’asile des mains du secrétaire d’Etat compétent. Cela suite à ses récentes communications à la presse. Vluchtelingenwerk considère que cela justifierait également une plainte auprès de la Commission européenne.

Mercredi 2 septembre, le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Théo Francken, a déclaré aux médias qu’il s’opposait à l’enregistrement de plus de 250 demandeurs d’asile par jour. Il souhaite également revoir leur statut.
Vluchtelingenwerk rappelle au gouvernement que ce statut est déjà régi par la Convention de Genève et repris par les directives européennes. L’éventuel intérêt d’un statut complémentaire est surréaliste. Ce statut est parfaitement conçu et rédigé, il définit précisément les droits et devoirs de chaque partie. Il serait par contre urgent de résoudre les problèmes administratifs et de lever les obstacles pratiques à l’intégration des réfugiés et migrants reconnus. Ainsi des cours de langues, des équivalences de diplômes, de l’accès au travail, pour lesquels un statut B accessoire n’est vraiment pas utile.

Pour l’enregistrement et l’accueil des demandeurs d’asile, le secrétaire d’Etat dispose d’une administration et de budgets. Fedasil, l’agence en charge de la coordination de l’accueil dispose des crédits pour les besoins annexes et les compétences accessoires sont attribuées à la demande par le gouvernement. De même, le secrétaire d’Etat dispose d’un pouvoir de décision pour l’engagement de personnel complémentaire auprès du service des étrangers.
Il est inadmissible de laisser s’installer une image de chaos devant la porte des services compétents en prétextant un problème de capacités. Tous les réfugiés qui sont arrivés jusqu’ici ont également droit à être accueillis et aidés avec humanité. La limite arbitraire de 250 actuellement proposée est incompréhensible et le mot « impossible » n’a pas sa place ici !

Vluchtelingenwerk ne peut admettre que le secrétaire d’Etat refuse d’aider ces personnes déracinées comme notre pays se devrait de le faire. C’est pourquoi nous demandons que le Premier ministre se saisisse du dossier.

Les organisations concernées entrevoient des réponses simples aux problèmes du secrétaire d’état :

{{{Le chaos au service des étrangers }}}

Mettre plus de personnel pour l’enregistrement des demandeurs d’asile.

Réquisitionner une salle d’attente à la capacité satisfaisante.

Implémenter une procédure simplifiée d’enregistrement au jour 1 en sorte que le demandeur d’asile puisse faire valoir ses droits auprès de Fedasil. Les compléments de formalités d’enregistrement se feront par la suite.

Suspendre les règlements dits de Dublin en sorte que les soi-disant recherches de Dublin ne soient plus nécessaires, libérant ainsi du temps et des moyens pour l’enregistrement des demandeurs d’asile.

{{{Remédier à la pénurie de places d’accueil pour les demandeurs d’asile }}}

Créer des places d’accueil.

Recourir au Service Civil et à la Défense. Ils ont l’expertise nécessaire, les infrastructures, les compétences et le matériel tels que tentes, lits, nourritures et boissons…pour faire face dans le court terme aux besoins de base de grands groupes de personnes.

Mettre en action le plan de répartition global et faire paraître les décisions afférentes au Moniteur. De cette façon, les demandeurs d’asile seront équitablement répartis et reçus dans toutes les communes du pays.
Vluchtelingenwerk aimerait surtout que plainte soit déposée auprès de la Commission Européenne

Traduit du néerlandais par Oscar GROSJEAN pour Investig’Action.

Source: [Dewereld Morgen->http://www.dewereldmorgen.be/artikel/2015/09/02/vluchtelingenwerk-waarom-wij-klacht-indienen-tegen-theo-francken]