Les Cuban Five sont libres !

Après des années de confrontation et d’agression envers Cuba, les États-Unis annoncent aujourd’hui la reprise de relations diplomatiques avec l’île des Caraïbes. La lutte pour la libération des Cinq Cubains, enfermés injustement dans les prisons américaines, menée depuis des années et dans des dizaines de pays – dont bien évidemment en Belgique – a donc payé. Après plus de seize années, ils ont finalement été libérés aujourd’hui.

{{ {{{Un échange historique}}} }}

Alan Gross était emprisonné à Cuba depuis 2009 pour avoir voulu y installer un réseau de communication sophistiqué pour le compte de la CIA. Il a été libéré ce matin, mercredi 17 septembre, en même temps qu’un autre agent incarcéré depuis 30 ans.

Les USA de leur côté, libèrent les trois Cuban Five toujours en prison. Ces agents cubains avaient infiltré pendant les années 90 des réseaux terroristes agissant depuis Miami et effectuant des attentats contre l’île. Après un procès politique, manipulé par la mafia anti-castriste, ils sont déclarés coupables sur toute la ligne en 2001. Au total, ils écopèrent de quatre fois la perpétuité plus 77 ans. Leurs conditions de détention étaient par ailleurs condamnées par un large réseau d’organisation de défense des droits humains, d’avocats, de politiciens, d’artistes et autres militants.

Deux d’entre eux (Fernando González et René González) avaient déjà été libérés après avoir accompli leur peine dans leur entièreté mais Gerardo Hernández, Antonio Guerrero en Ramón Labañino étaient toujours détenus dans leur prison de haute sécurité. Ils ont été libérés aujourd’hui et se trouvent d’ailleurs déjà dans la capitale cubaine.

{{{ {{Les actions de solidarité ont payé}} }}}

Les Cubains ont élevé les Cinq au rang de “héros de la Révolution”. Ils étaient chéris par le peuple cubain. Partout, jusque dans les moindres recoins de l’île, on pouvait trouver leur photos et affiches. Aussi bien au sein des maisons que dans des écoles, des bâtiments officiels ou sur des panneaux publicitaires.
La libération des Cuban Five était devenue une condition incontournable à une normalisation des relations avec Washington. Depuis une dizaine d’années, c’était également la campagne principale de solidarité avec Cuba à travers le monde. Des centaines de comités ont ainsi vu le jour, dans des dizaines de pays, pour exiger leur libération.

C’est d’ailleurs sous la pression de l’opinion publique internationale que la peine de trois des Cinq avait été réduite en 2009. En 2013 et 2014 deux d’entre eux, René González et Fernando González, avaient déjà pu regagner l’île après avoir accompli leur peine dans leur entièreté.

La longue lutte de libération – fort active également en Belgique – pour les Cinq connaît donc enfin une issue. Après plus de 16 années d’incarcération injuste, les Cuban Five sont donc libres. Un terme est donc mis à leur souffrance et à celle de leur famille.

{{{ {{Une amélioration des relations}} }}}

L’échange des prisonniers prend en fait place dans un accord historique entre les États-Unis et Cuba. Ce midi – heure de Washington – le président américain a annoncé leur libération. Au même moment, le président cubain Raùl Castro donnait également une conférence à La Havane.

On s’attend dans un futur proche à ce qu’Obama annonce une panoplie de mesures diplomatiques qui devraient changer la nature des relations entre les USA et Cuba. Parmi les mesures attendues, citons le voyage de citoyens des États-Unis à Cuba qui serait rendu possible ou l’importation d’un certain nombre de biens. Par ailleurs, il sera désormais permis à Cuba d’investir sur le marché financier. Cuba sera également enlevé de la liste des États “sponsorisant le terrorisme”.

De son côté, Cuba autorisera des investissements étasuniens sur son sol et libèrera d’autres prisonniers, considérés comme prisonniers politiques par les USA. Enfin, des représentants officiels de la Croix Rouge et des membres de la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies recevront la liberté de circuler où ils le veulent sur l’île.

Assiste-t-on ici au début de la fin de l’embargo économique le plus long de l’histoire ? Il est encore trop tôt pour le dire. En fait, la levée du blocus ne fait pas partie des compétences du président mais de celles du Congrès, où les Républicains sont actuellement majoritaires. La question se pose : pourraient-ils soutenir une éventuelle proposition d’Obama en ce sens ? Les prochains mois nous révèleront certainement si une normalisation totale des relations entre Washington et La Havane est à l’ordre du jour. Le sommet de l’Organisation des États Américains, en avril 2015 pourrait être l’opportunité idéale pour une telle percée.
Dans tous les cas, il se chuchote d’ores et déjà que l’on assiste ici à un changement historique dans l’attitude des Etats-Unis vis-à-vis de Cuba. Rappelons que le géant américain exerce son embargo économique agressif contre l’île depuis 53 ans déjà.

Affaire à suivre sans aucun doute !

Source : Investig’Action

Marc Vandepitte collabore avec l’organisation Iniciativa Cuba Socialista (ICS) et a rendu visite à trois reprises – en compagnie de Katrien Demuynck – à Gerardo Hernández Nordelo, un des Cuban Five dans sa prison californienne.