La communauté internationale exhorte les Etats-Unis à mettre fin aux sanctions contre Cuba

Partout dans le monde, des voix s’élèvent pour réclamer à Washington la fin de l’état de siège économique contre Cuba et l’adoption d’une politique plus rationnelle.

Lors du sommet régional de la Communauté des Caraïbes tenu à La Havane en décembre 2014, les quinze Etats-membres ont unanimement réclamé aux Etats-Unis la fin des sanctions contre Cuba. Par son président Gaston Browne, premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, la CARICOM a exhorté Washington à abandonner la mentalité de la Guerre Froide : « J’appelle le président Obama à lever immédiatement cet embargo absurde (1) ».

Depuis plus d’un demi-siècle, les Etats-Unis imposent des sanctions économiques extrêmement sévères qui affectent toutes les catégories de la population cubaine et tous les secteurs de la société. Dotées d’un caractère extraterritorial et rétroactif, elles constituent une grave violation du Droit international et représentent le principal obstacle au développement économique de l’île.

En octobre 2014, pour la 23ème année consécutive, 188 pays ont voté pour la levée des sanctions contre Cuba lors de la réunion annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies. Washington s’est une nouvelle fois vu infliger un camouflet politique cinglant, se retrouvant isolé sur la scène internationale. Seul Israël a apporté son soutien aux Etats-Unis.

De nombreuses voix se sont élevées aux Etats-Unis pour réclamer un changement de politique à l’administration démocrate. Hillary Clinton, secrétaire d’Etat durant le premier mandat de Barack Obama, avait exhorté l’actuel président à assouplir l’état de siège contre Cuba, et même à éliminer complètement les sanctions en raison de leur caractère anachronique, cruel et inefficace. « L’embargo n’a pas atteint ses objectifs », a-t-elle souligné dans son ouvrage Hard Choices, ajoutant que l’hostilité vis-à-vis de l’île était très mal perçue en Amérique latine et constituait un obstacle au développement des échanges avec les pays du Sud (2).

Charlie Crist, ancien gouverneur démocrate de la Floride, où réside la plus grosse communauté cubano-américaine des Etats-Unis, a également fait part de sa circonspection quant au maintien des sanctions. « Je suis arrivé à la conclusion que nous devons lever l’embargo. La définition de la folie est de refaire la même chose est d’espérer un résultat différent », a-t-il souligné, en rappelant le caractère irrationnel de la politique étrangère des Etats-Unis vis-à-vis de Cuba (3).

La Chambre de commerce des Etats-Unis, qui représente le monde des affaires et près de 3 millions d’entreprises, a appelé la Maison-Blanche à établir une nouvelle relation avec La Havane. Thomas Donohue, son président, s’est rendu à Cuba et a lancé un appel aux responsables politiques étasuniens : « Trop longtemps, la relation entre nos nations a été définie par nos différences. Il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre des relations entre les Etats-Unis et Cuba, et ce moment, c’est maintenant […]. Il est temps d’éliminer les barrières politiques établies de longue date et de gommer nos différences. C’est dans l’intérêt du peuple américain et des entreprises américaines (4) ».

Donohue a été charmé la beauté de l’île : « Cuba est un endroit merveilleux ». Il a appelé Obama à lever les restrictions qui pèsent sur les citoyens étasuniens, lesquels sont interdits de séjour à Cuba, alors qu’ils peuvent se rendre dans n’importe quel autre pays du monde : « Nous souhaitons que les Américains qui n’ont pas de famille à Cuba puissent également voyager (5) ».

Dans un long éditorial, le New York Times a enjoint Washington à changer de politique et à établir une relation plus apaisée avec La Havane (6) :

{« Pour la première fois depuis plus de 50 ans, un changement de politique aux Etats-Unis et à Cuba rend politiquement possible le rétablissement de relations diplomatiques formelles et le démantèlement de cet embargo insensé. […] M. Obama devrait saisir l’opportunité de mettre un terme à une longue ère d’inimitié et aider la population qui a énormément souffert […]. Le gouvernement [cubain] a fait part de sa disposition à rétablir les relations diplomatiques avec les Etats-Unis sans conditions. En guise de premier pas, l’administration Obama devrait éliminer Cuba de la liste du Département d’Etat des nations soutenant le terrorisme […]. Le gouvernement des Etats-Unis reconnait que La Havane joue un rôle constructif dans le conflit en Colombie en accueillant des pourparlers entre le gouvernement et les leaders de la guérilla. Depuis 1961, Washington a imposé des sanctions pour se débarrasser du régime castriste. Au fil du temps, il est devenu évident pour de nombreux responsables américains que l’embargo est un échec cinglant. […]. Un sondage récent montre qu’une ample majorité de Cubains-américains de Miami sont désormais opposés à l’embargo. Une majorité significative d’entre eux est favorable au rétablissement de relations diplomatiques, reflétant ainsi le point de vue de l’ensemble des Américains ».}

Même l’Eglise catholique cubaine a fortement critiqué la politique des Etats-Unis lors de la Conférence des Evêques catholiques de Cuba (COCC). « La population souffre de l’isolement dont est l’objet Cuba de la part des Etats-Unis car cette politique contribue à accroitre les difficultés des plus faibles (7) ».

En persistant à appliquer une politique obsolète datant de la Guerre froide, qui affecte les secteurs les plus fragiles de la société cubaine, Washington se retrouve isolé au sein de la communauté internationale qui ne comprend pas cet acharnement à maintenir un état de siège inefficace et contreproductif. Désormais, le seul pays d’Amérique à ne pas disposer de relations diplomatiques et commerciales normales avec Cuba sont les Etats-Unis. A deux ans de la fin de son second mandant, Barack Obama serait avisé de prêter une oreille attentive à cette exhortation unanime et d’accepter le rameau d’olivier tendue par La Havane.

{{{Notes:}}}

1 Le Monde, « Les pays des Caraïbes appellent à lever l’embargo ‘absurde’ contre Cuba », 8 décembre 2014.

2 – Matthew Lee, « Hillary Clinton pidió fin de embargo a Cuba », The Associated Press, 6 juin 2014.

3 – Agence France Presse, « Charlie Crist critica el embargo y desea viajar a Cuba », 17 mai 2014.

4 – RTL, « La Chambre de commerce américaine souhaite une nouvelle relation USA-Cuba », 30 mai 2014 ; AFP, « La relation USA-Cuba doit changer maintenant, selon le président de la Chambre de commerce américaine », 30 mai 2014.

5 – Cubainformación, « Thomas J. Donohue : ‘Cuba es un lugar maravilloso. La Cámara de Comercio de EEUU defiende la libertad de viajar a Cuba”, 30 mai 2014. http://www.cubainformacion.tv/index.php?option=com_content&view=article&id=56740&Itemid=200700

6 – The New York Times, « Obama Should End the U.S. Embargo on Cuba », 11 octobre 2014.

7 – Nora Gámez Torres, « Iglesia Católica cubana critica política de EEUU hacia la isla », El Nuevo Herald, 9 septembre 2014.

{{{Source:}}} Opera Mundi
http://operamundi.uol.com.br/conteudo/babel/38856/la+comunidad+internacional+exhorta+a+estados+unidos+a+poner+fin+a+las+sanciones+contra+cuba.shtml

{{{Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Son nouvel ouvrage s’intitule [Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013->http://www.amazon.fr/Cuba-m%C3%A9dias-face-d%C3%A9fi-limpartialit%C3%A9/dp/2953128433/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1376731937&sr=1-1] et comporte une préface d’Eduardo Galeano.}}}

{{{Contact :}}} lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

{{{Page Facebook :}}} https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel