Gaza : du ghetto au génocide avec feu vert de l’Elysée

Nous devons être tenaces et en revenir toujours aux faits : les colonies sont illégales, le mur est illégal, le blocus est illégal, l’emprisonnement sans procès ni jugement est illégal, l’occupation est illégale. Il nous faut le marteler : Israël est dans l’illégalité totale et la résistance palestinienne est dans son droit total.
Chers camarades, chers amis solidaires du combat du peuple Palestinien pour sa liberté,

Aujourd’hui, neuvième manifestation à Lille. La communauté palestinienne du Nord, l’Association France Palestine Solidarité, les nombreuses organisations solidaires du peuple palestinien présentes aujourd’hui, et vous tous ici encore si nombreux, nous rendons une nouvelle fois hommage à tout le peuple palestinien, aux Palestiniens de Gaza la martyre, mais aussi aux Palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem Est occupés, aux Palestiniens des camps de réfugiés et ceux les Palestiniens de 48 (les « Palestiniens d’Israël »).

Nous rendons un hommage particulier à la Résistance héroïque des Gazaouis, habitants d’une petite bande de terre de quarante kilomètres, face à l’une des toutes premières puissances militaires au monde. Nous savons que la propagande des « tunnels » et autre « riposte aux roquettes » est une manipulation grotesque que plus personne ne peut croire : ces derniers jours, en Cisjordanie occupée, des enfants palestiniens ont été assassinés par l’armée coloniale israélienne.

Il n’y a pourtant, à cet endroit, ni tunnel, ni roquette ! Depuis 66 ans, Israël n’a cessé de brandir des prétextes pour chasser le peuple palestinien de sa terre, dont il ne reste aujourd’hui que quelques confettis occupés par une armée de soldats arrogants et décérébrés. Hier comme aujourd’hui, c’est bien pour étendre encore son « espace vital » qu’Israël largue ses bombes, envahit Gaza et massacrent des familles entières.

Rappelons au passage, que si tunnels il y a, c’est que 1 million 800 000 êtres humains sont assiégés, emmurés, depuis plus de sept ans, par un blocus illégal, et qu’au 21ème siècle cette méthode barbare et moyenâgeuse, pour affamer et soumettre un peuple, est utilisée par une démocratie, « la seule démocratie du moyen orient », selon les critères de la propagande israélienne, reprise par un journaliste local.

Que répondre à cette affirmation, à cet argument qui se veut imparable ?

Oui, en effet, Israël est une démocratie. Qui colonise, spolie, vole l’eau et la terre palestinienne.

Oui, Israël est une démocratie. Qui occupe militairement la Palestine, en violation totale du droit international.

Oui, Israël est une démocratie. Qui emprisonne arbitrairement, sans procès ni jugement, des milliers de Palestiniens, dont des centaines d’enfants et d’élus du peuple, sur lesquels cette démocratie pratique la torture.

Oui, Israël est une démocratie. Qui n‘a toujours pas, à ce jour, fixé les frontières de son Etat.

Oui, Israël est une démocratie. Qui a légalisé l’apartheid, qui pratique la ségrégation selon l’origine de ses citoyens.

Oui, Israël est une démocratie. Qui assiège et affame un peuple pour le mettre à genoux.

Oui, Israël est une démocratie. Qui poursuit depuis dix ans, en Palestine occupée, la construction illégale d’un mur de plus de 800km de long.
Oui, Israël est une démocratie. Qui viole depuis sa création en 1948, et en toute impunité, les résolutions de l’ONU et le droit international.
Oui, cet Etat créé sur un « nettoyage ethnique », selon l’historien Ilan Pappé, est une démocratie ! Au-dessus de toutes les lois, mais une démocratie quand même !

Evidemment qu’Israël est une démocratie puisque cet Etat, dirigé exclusivement par des militaires depuis sa création, est gouverné par des représentants élus, qu’elle possède un parlement et des députés élus. Une députée d’extrême-droite a d’ailleurs appelé, il y a quelques jours, publiquement et très démocratiquement, à tuer « la mère de tous les Palestiniens ».
Oui, Israël est une démocratie puisque les israéliens ont choisi démocratiquement leurs dirigeants. Soit. Cela fait donc de la majorité des israéliens des complices de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité !
Voilà ce que nous pouvons répondre à ceux qui nous parlent de « démocratie israélienne ».
Il faut en permanence nous armer des faits et des dates, il nous faut dire la vérité, face à la propagande et aux mensonges des petits soldats d’Israël en France (…)

(…) Cette affiche montrant l’évolution de la Palestine depuis 1947 est une preuve indéniable qu’Israël est un état colonial et donc hors la loi ! Quand verrons-nous cette REALITE, cette vérité qui crève les yeux, au journal télévisé ou à la Une d’un quotidien ? Cacher la réalité, la nier, n’est-ce pas du négationnisme ?

Dire la vérité, c’est revenir à la cause, à la racine de la guerre contre la population de Gaza : pour les Israéliens et leurs soutiens, la France, l’Europe, les Etats Unis, le Canada, l’Australie, et autres « démocraties » occidentales, mais aussi les pétromonarchies, il s’agit de « terminer 48 » en poursuivant le nettoyage ethnique de la Palestine.

Nous devons être tenaces et en revenir toujours aux faits : les colonies sont illégales, le mur est illégal, le blocus est illégal, l’emprisonnement sans procès ni jugement est illégal, l’occupation est illégale. Il nous faut le marteler : Israël est dans l’illégalité totale et la résistance palestinienne est dans son droit total.

Face à la propagande relayée par les médias dominants, il nous faut aussi argumenter et donc comprendre pour mieux agir. Il nous faut lire et nous informer en permanence. Ainsi que je l’ai souvent entendu dire, nous devons tous être des journalistes « avec un J majuscule, un J comme justice ». Car si on ne sait pas, alors on laisse les portes ouvertes aux mensonges.

Rappelons sans cesse les faits et les dates. Nous, nous n’avons rien à cacher ! Nous, n‘avons pas besoin de créer « des cellules de propagande » comme le fait l’état colonial israélien, en particulier dans leurs universités, pour fabriquer des ritournelles mensongères. La vérité est là sous nos yeux :

La guerre contre le peuple palestinien n’est pas, comme certains voudraient nous faire croire, une affaire trop complexe à comprendre, ou une bagarre de cour de récréation dont on ne sait plus qui a commencé  et qu’aucune des parties ne veut arrêter. La vérité est là sous nos yeux, flagrante ! Les atrocités commises aujourd’hui à Gaza assiégée ne sont que la poursuite du nettoyage ethnique de la Palestine, commencé en 1947 !

En affirmant que la Palestine est « une terre sans peuple pour un peuple sans terre », les fondateurs du mouvement sioniste ont nié l’existence d’un peuple et donc d’une partie de l’humanité. Le sionisme est une idéologie négationniste, pensée, écrite, qui a planifié au début du 20ème siècle, la création d’un état colonial et raciste en lieu et place de la Palestine.
Dire la vérité, c’est déconstruire les mots et les expressions de la puissance occupante : il ne s’agit pas d’un « conflit israélo-palestinien » mais d’une guerre coloniale, une guerre d’agression contre tout un peuple, et ce depuis 1947.

Dire la vérité, c’est aussi dénoncer la symétrie permanente entre Israël et la Palestine, symétrie que font les présentateurs télé et autres animateurs radio (qu’on ne peut décemment pas appeler « journalistes », ce serait un déshonneur pour cette profession). Cette symétrie entre Israël et la Palestine, non reconnue encore à ce jour comme Etat à part entière par l’ONU, participe d’une stratégie qui voudrait mettre dos à dos l’assassin et sa victime. Il n’y a AUCUNE symétrie entre :

Un occupant et un occupé
Un terroriste qui occupe et un résistant à l’occupation
Un colon et un colonisé
Un oppresseur et un opprimé
Un bourreau et sa victime
Un état colonial surarmé et un peuple colonisé sans armée

Il ne peut y avoir aucune symétrie entre des milliers de tonnes de bombes, de drones, de F16, de missiles, de chars, de blindés, de navires de guerres, de centaines de têtes nucléaires (technologie nucléaire fournie par la France en 1956 dirigée à l’époque par le socialiste Guy Mollet), il ne peut y avoir aucune symétrie entre cet arsenal de guerre et de mort, et les armes de la résistance palestinienne, légales et légitimes : des pierres, et des roquettes qui tombent approximativement, parce que la résistance n’a pas les moyens d’une technologique de pointe pour cibler précisément la puissance occupante.

Aujourd’hui, 9ème mobilisation à Lille depuis le début des bombardements sur Gaza. Nous exprimons encore, et toujours avec détermination, comme partout en France, et à Paris notamment, notre totale solidarité avec le peuple palestinien, en particulier celui de Gaza qui compte à cette heure plus de 900 morts quand l’Etat colonial a perdu trois civils.

Nous disons au gouvernement français, qui, le 9 juillet, a délivré un permis de tuer à la démocratie israélienne dirigée par la droite extrême de l’extrême droite*, qu’il est complice de crimes coloniaux et donc de crimes contre l’Humanité, et que nous REFUSONS qu’il parle en notre nom car nous, nous avons choisi l’autre camp, celui du colonisé, de la victime, le camp de Jean Moulin, le camp de la résistance à l’occupation, le camp des Palestiniens !

Messieurs Hollande et Valls, nous avons choisi le camp de la justice tandis que vous, vous avez choisi celui de la « démocratie israélienne », celui de la colonisation, de l’occupation, de l’illégalité, de la loi de la jungle.
Vous, messieurs Hollande, Valls et tous les membres de votre gouvernement, vous avez choisi le camp de la force contre le camp du droit.

Vous, messieurs Hollande, Valls, Cazeneuve, madame Taubira, vous avez choisi de piétiner la liberté d’expression en interdisant la manifestation à Paris cet après-midi, manifestation maintenue et que nous soutenons.
Vous, Messieurs Hollande, Valls et madame Taubira, vous avez choisi de traîner devant les tribunaux des citoyens qui utilisent l’arme pacifique du boycott pour contraindre l’état colonial israélien à respecter le droit international.

Vous, Messieurs Hollande, Valls et votre gouvernement, non seulement vous refusez de prendre des sanctions à l’égard d’un Etat qui viole en toute impunité les lois internationales et les droits humains les plus élémentaires, mais, plus grave encore, vous contribuez au développement et au financement des colonies ILLEGALES, via la banque Dexia, et, pour ne pas être en reste de votre soutien à un Etat terroriste, vous lui vendez des armes.

Vous, messieurs Valls, Hollande, Fabius, madame Taubira, vous avez choisi d’importer « le conflit israélo-palestinien », quand la maison du représentant consulaire de France à Gaza est bombardée par Israël et qu’aucune condamnation publique de votre part n’est entendue, un silence synonyme de collaboration.

Vous messieurs, Valls, Hollande, madame la ministre de la justice, vous avez choisi d’importer le « conflit israélo-palestinien » et de soutenir le camp de l’extrême droite, lorsque vous refusez de dissoudre la LDJ, milice fasciste, interdite même aux Etats Unis et en Israël, mais qui s’entraîne librement en France, agresse violemment et terrorise en toute impunité. Ces terroristes français ont trouvé un soutien gouvernemental, en la personne d’ Harlem Désir, l’un des fondateurs de SOS racisme et actuel secrétaire d’Etat aux affaires européennes, qui a déclaré, le 22 juillet sur RFI, qu’il ne croyait pas que « la LDJ ait été mise en cause dans des violences ». Harlem Désir est un menteur ! Car les vidéos, qu’il a forcément vues, comme nous tous ici, prouvent l’agression extrêmement violente de la LDJ rue de la Roquette.

Messieurs Hollande, Valls et votre gouvernement, vous avez choisi votre camp, celui de l’importation du « conflit » en collaborant avec l’occupant, en permettant à des citoyens français de participer « à des activités terroristes, à des crimes de guerre, voire à des crimes contre l’humanité » : en effet, des Français servent dans l’armée d’occupation coloniale israélienne, deux au moins d’ailleurs sont morts en territoire occupé à Gaza. Comment des Français, attachés comme vous aux valeurs de la République française, peuvent-ils, avec votre aval, servir dans une armée étrangère, une armée coloniale, une armée d’assassins ? Vous me direz, ce n’est pas la première fois que des Français, très attachés aux valeurs de la République française, s’engagent dans une armée étrangère d’occupation…
Vous, Mr. Valls, vous avez choisi le camp du mensonge : « Rien ne peut justifier la haine de l’autre », dites-vous. Faut-il que « la haine de l’autre » soit sans borne pour que votre gouvernement, pour que la France se soit abstenue sur la résolution de l’ONU pour l’envoi d’une commission d’enquête sur les crimes israéliens commis à Gaza. Qu’avez-vous à cacher à la justice internationale, monsieur Valls, qu’avez-vous à cacher monsieur Hollande ? Qu’avez-vous à cacher madame Taubira ? Sachez cependant que, malgré votre abstention qui équivaut, pour la soldatesque barbare, mais néanmoins démocratique, à un permis de tuer les enfants palestiniens sans être inquiétés, sachez que la Cours Pénale Internationale est maintenant saisie : le ministre palestinien de la Justice et le procureur général de Gaza ont déposé plainte pour les crimes commis par l’armée « la plus morale du monde ». Il faut que justice soit rendue et que vous répondiez, tôt ou tard, de votre complicité à ces crimes coloniaux.

Nous ne lâcherons rien ! Au-delà de nos manifestations de solidarité, de compassion, de colère, de dénonciation de la politique française qui fait le choix de la barbarie contre l’humanité, au-delà de nos manifestations, ici à Lille, comme partout en France et dans le monde, essentielles car elles sont un soutien concret à la lutte du peuple palestinien pour la justice et la liberté, nous restons mobilisés en permanence et nous ne lâcherons rien !
Au-delà de nos manifestations, il nous faut rester mobilisés durablement, nous organiser, nous engager dans des associations de solidarité avec la Palestine. Il nous faut développer la campagne internationale B.D.S. : Boycott, Désinvestissement, Sanctions contre Israël.

Nous devons poursuivre notre campagne pour la rupture du jumelage de la honte avec Safed, poursuivre la campagne de signatures pour exiger l’arrêt de cette collaboration avec une puissance occupante, qu’il s’agisse de Safed ou d’Haïfa, où l’apartheid est particulièrement violent. Nous restons mobilisés et exigeons toujours l’arrêt immédiat des bombardements, la levée immédiate et sans condition du blocus illégal de Gaza, le soutien au gouvernement d’entente nationale, des sanctions immédiates contre Israël, la libération des prisonniers politiques palestiniens, le démantèlement du mur de l’apartheid et des colonies et exigeons, avec le député communiste du Douaisis, Jean Jacques Candelier, la dissolution de ce groupuscule raciste et violent qu’est la Ligue de Défense Juive.

Contre ceux et celles qui portent la haine, la mort et l’injuste, nous opposons les valeurs de solidarité, de vie et de justice. Nous réaffirmons notre totale solidarité avec la résistance héroïque de tout un peuple, qui vient d’ailleurs de remporter une belle victoire en imposant à plusieurs compagnies aériennes européennes et étasuniennes, la suspension de leurs vols vers la capitale israélienne, sur l’aéroport Ben Gourion, celui-là même qui proclama en 1948 la création d’un Etat colonial et raciste.
Résistance de tout un peuple qui ne laisse pas dormir en paix, semble-t-il, les habitants paniqués de Sdérot, colonie construite à la lisière de Gaza, sur les ruines du village de Najd, rasé par les sionistes en 1948 et que les survivants, leurs enfants et petits-enfants, aujourd’hui réfugiés à Gaza, viennent hanter chaque nuit. Que le syndrome de Sdérot réveille la conscience de ces colons qui, macabrement, se réjouissent en regardant

à la jumelle, le spectacle des bombes larguées sur les enfants de Gaza.
Nous, pendant ce temps, nous continuerons à mobiliser car NOUS N’AVONS PAS LE CHOIX !!

A l’instar de Nelson Mandela, leader de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, qui, s’adressant à son peuple, affirmait « Notre liberté ne sera pas totale sans la liberté des Palestiniens », nous affirmons, nous aussi, que notre liberté ne peut être complète sans la liberté du peuple palestinien !
Ce que nous devons au peuple palestinien, à sa résistance à la barbarie coloniale, ce que l’Humanité doit au peuple palestinien pour son combat pour la liberté est inscrit à tout jamais dans les livres d’histoire. C’est ce combat que nous menons et poursuivrons jusqu’à l’application totale des droits nationaux du peuple palestinien !

Nous ne lâcherons rien ! Car, comme l’écrit le grand poète palestinien, Mahmoud Darwich, « nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir » et nous portons, avec le peuple palestinien « le fardeau de cet espoir » de libération !

BOYCOTT ISRAEL APARTHEID !
VIVE LA PALESTINE ! VIVE LA RESISTANCE DU PEUPLE PALESTINIEN !
VIVE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE  DES PEUPLES !

Mireille Gabrelle – Militante à l’Association France Palestine Solidarité 59/62

*Le Président de la République française « a exprimé [à Netanyahou] la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces » Communiqué de presse de l’Elysée – Mercredi 9 juillet 2014