Desmond Tutu lance un appel pour mettre fin au blocus de Gaza

Selon le lauréat du Prix Nobel de la Paix, la situation est abominable et il y a une culture d'impunité des deux côtés du conflit.

30 /5 /008

Desmond Tutu, Nobel de la Paix sud-africain, a appelé hier à mettre fin à "l'abominable" blocus israélien de Gaza et a condamné la "culture de l'impunité" dans les deux camps de ce conflit.

Tutu, envoyé par l'UNHCR, était à Gaza pour une mission de trois jours afin d'enquêter sur la mort de 18 Palestiniens de la même famille, qui ont été tués par une pluie d'obus israéliens tirés sur Beit Hanoun en novembre 2006. Tutu a dit qu'il était en "état de choc" après avoir vu Gaza et recueilli les témoignages détaillés des survivants de cet incident.

"Cet endroit angoissant est morne, désolé et abandonné", a-t-il déclaré. "La situation entière est abominable. Nous pensons que les citoyens israéliens ordinaires ne supporteraient ce blocus, ce siège, s'ils savaient que ce cela signifiait vraiment pour les gens ordinaires comme eux". La communauté internationale est aussi fautive, a-t-il dit, pour son "silence et sa complicité".

Tutu a dit qu'il avait voulu se rendre aussi en Israël avec son équipe, pour entendre le compte-rendu israélien sur ce qu'il s'est passé et pour visiter la ville de Sdérot, qui est la cible fréquente d'attaques à la roquette de la part des partisans à Gaza. Toutefois, au cours des 18 derniers mois, depuis les morts de Beit Hanoun, Israël n'a pas accordé de visa à Tutu. Il a pu se rendre à Gaza cette semaine en traversant exceptionnellement la frontière depuis l'Egypte.

L'archevêque et militant anti-apartheid a déclaré que la paix entre Israël et les Palestiniens ne viendrait qu'en rendant des comptes sur les incidents tels que celui du pilonnage de Beit Hanoun et avec un dialogue entre les parties.

"Il ne peut y avoir aucune justice, aucune paix, aucune stabilité, ni pour Israël, ni pour les Palestiniens, sans rendre de compte sur ces violations des droits de l'homme", a-t-il déclaré. "Israël a admis avoir commis une erreur, mais nous sommes loin d'une prise de responsabilité et d'une réparation en bonne et due forme pour les victimes et leurs familles".

L'armée d'Israël a dit que le pilonnage de Beit Hanoun avait été une erreur et la conséquence d'une "défaillance rare et grave du système de contrôle de mise à feu de l'artillerie" qui a créé une "télémétrie incorrecte". Elle a dit qu'aucune action judiciaire ne serait entreprise contre quelque officier que ce soit.

Cependant, la raison pour laquelle cette arme d'artillerie a été dirigée sur une cible si proche d'un quartier résidentiel de Beit Hanoun n'est pas claire, ni pourquoi les obus ont continué d'être tirés après que le premier d'entre eux a touché cette maison. Ce matin-là, au moins six obus ont été tirés en l'espace de quelques minutes, bien que certains témoins aient dit à l'équipe de Tutu qu'une bonne quinzaine d'obus avaient été tirés.

Christine Chinkin, professeure de droit international à la London School of Economics, qui faisait le voyage dans l'équipe de Desmond Tutu, a dit que son évaluation préliminaire était que cet incident est quand même une violation de la loi internationale. "Tirer de façon à ne pas pouvoir distinguer entre les civils et les combattants est clairement une violation de la loi humanitaire internationale", a-t-elle déclaré. "Je ne pense pas que l'idée d'une erreur technique supprime la responsabilité initiale de cette action, consistant à tirer là où des victimes civiles sont clairement à prévoir … lorsque l'on s'accorde une si petite marge, il est prévisible que la moindre erreur a le potentiel de faire des victimes civiles".

Mardi, Desmond Tutu a rencontré l'ancien Premier ministre palestinien Ismail Haniyeh et il lui a dit que, même s'il était opposé à l'occupation israélienne, il condamnait les tirs de roquettes par les partisans à Gaza. Tutu a dit qu'il devrait y avoir plus de dialogue avec le Hamas.

"La véritable sécurité et la paix ne viendront du barillet d'une arme à feu", a-t-il dit. "Elles arriveront par la négociation : pas la négociation avec vos amis, la paix ne peut venir que lorsque les ennemis se mettent autour de la table et se parlent. Cela s'est produit en Afrique du Sud. Cela s'est produit plus récemment en Irlande du Nord. Cela arrivera aussi ici."

Source: The Guardian, vendredi 30 mai 2008

Article original : "Tutu calls for end to blockade of Gaza"

Traduit de l'anglais par [JFG-QuestionsCritiques]

www.questionscritiques.free.fr

__________________________________________________