« Bush fait la guerre au concept de nations indépendantes »

23 rendez-vous en deux jours! En visite à Bruxelles , Naji Sabri, ministre irakien des Affaires étrangères, n’a pas chômé pour tenter d’empêcher la guerre qui menace son pays. «J’ai eu des contacts intéressants», m’a-t-il confié dans la voiture le ramenant à l’aéroport…

Pourquoi Bush veut-il attaquer votre pays ?

Naji Sabri. Parce que l’Irak est un pays riche : les premières réserves mondiales de pétrole et de gaz. Riche aussi en ressources humaines. Et parce que c’est un pays indépendant. Nous menons une politique modérée envers les religions et nous soutenons les pays arabes qui s’opposent au colonialisme et à la domination.

Donc une guerre pour le pétrole, mais pas seulement ?

Naji Sabri. C’est aussi une guerre contre le concept de « nations indépendantes », une guerre contre le droit international, contre la paix et le dialogue entre peuples.

Une guerre liée aussi à la question de la Palestine ?

Naji Sabri. Oui, car l’Irak aide les peuples arabes avec, en première ligne, le peuple palestinien. Nous n’acceptons pas l’occupation de la Palestine.

Mais on dit que Bush a promis un Etat palestinien aux régimes arabes, s’ils le laissaient attaquer votre pays…

Naji Sabri. Ses véritables intentions quant à la Palestine, Bush les montre actuellement : s’ingérer, changer la direction palestinienne, imposer une direction marionnette. En menaçant les Palestiniens d’une guerre s’ils ne se laissent pas faire. Monsieur Bush considère l’assassin Sharon comme « un homme de paix ». C’est tout dire.

A Bruxelles, on vous a accusé de « manquer de flexibilité »…

Naji Sabri. Nous avons montré beaucoup de flexibilité, au contraire. Simplement, nous demandons qu’on respecte toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, donc aussi la fin de l’embargo qui avait été décidé parce que l’Irak occupait le Koweït. Demander l’application des résolutions du Conseil, est-ce de l’ « inflexibilité » ?

Ceux qui disent cela, devraient appeler Israël au respect des résolutions de l’ONU ! Vous savez, il avait été décidé d’envoyer une mission d’enquête sur le massacre de Jenine. Israël a refusé, le Conseil de Sécurité n’a pas dit un mot. Israël a refusé quantité de résolutions de l’ONU, la Turquie vient encore d’en refuser une sur Chypre, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont refusé des résolutions. Qui a menacé ces pays de destruction ?

Comment expliquer cette agressivité de Bush ?

Naji Sabri. Il fait face à plusieurs crises aux USA même. Primo, il est l’élu de 25% de la population. Secundo, il n’a pas gagné ces élections grâce à son génie, mais grâce à l’argent de grosses sociétés. Lesquelles se heurtent à des échecs, scandales, faillites (deux des plus grosses firmes US). Bush et le vice-président ont été eux-mêmes impliqués. Tertio, l’administration Bush s’est révélée incapable de protéger la population US d’attaques terroristes : ils étaient au courant qu’elles étaient possibles et n’ont pris aucune mesure.

Un de leurs mobiles, c’est de faire diversion. Faire oublier toutes ces faillites au public américain. Clinton avait envoyé des missiles contre l’Irak en 1998 pour détourner l’attention du scandale Lewinsky. Ce président-ci tente de faire oublier les scandales économiques.

On spécule beaucoup sur le moment qui serait choisi pour l’attaque ?

Naji Sabri. Il n’est pas possible de faire la distinction entre les informations que les Etats-Unis lancent à titre de manœuvres et les véritables informations. Une chose est sûre : ils ont lancé une grande campagne de propagande de guerre contre l’Irak. Dans le but de terrifier les pays arabes et d’imposer leurs plans.

Qu’est-ce qui peut arrêter la guerre ?

Naji Sabri. Seulement la solidarité des nations. Que chacun, dans les pays arabes, en Europe, partout, exprime sa protestation de la manière qui lui est possible. Il faut rejeter l’axe du mal des USA.